Déserteur (17 août 2016) de Boris Bergmann

Qui se cache derrière le « je » de ce journal intime aux allures de fable postmoderne, nous l’ignorons. Il nous ouvre néanmoins les yeux jusqu’à en frôler la brûlure. « Je » est avant tout un jeune homme en quête d’engagement et d’action mais incertain quant à son ancrage dans un monde informe. Génie de l’informatique, il met son talent au service d’une pensée radicale, utilisant son clavier comme arme pour hacker les actions de l’État et de ses suppôts. Une déconvenue amoureuse va cependant le faire basculer idéologiquement : pour contrarier l’être aimé, il s’engage dans l’armée française. Son savoir-faire plaît et il se voit aussitôt confier la programmation des drones qui survolent nos conflits, les ratissant « cliniquement ». Après avoir passé quelque temps derrière un écran parisien à manier à distance les armes du futur, il est envoyé en mission sur le terrain. Le voilà alors propulsé vers une base militaire du Moyen-Orient, aux côtés de jeunes soldats dont la ferveur se fissure vite face à l’inaction de leur fonction. Les drones mènent désormais la guerre à leur place ; la chair à canon n’a plus lieu d’être. Ils errent dans l’ennui en espérant la blessure, alors que notre « je », ostracisé, pianote à l’infini la défense d’un pays qui déshumanise le combat pour mieux tuer.

Critique : Boris Bergmann a un style et sait écrire, c’est indéniable.En nous plongeant dans les entrailles d’une jeunesse aux causes floutées, Boris Bergmann nous livre un roman aussi dompté qu’agile. Une lecture ardente servie par un style vif et ingénieux qui nous transporte dans une fascinante expérience de terrain où le sol ne fait que se dérober. Déserteur signe le retour fracassant d’un jeune prodige, et l’arrivée d’un grand roman dessinant les nouveaux contours de l’engagement et de la résistance. Ainsi, les points positifs sont nombreux, c’est un sans faute concernant le scénario. Pour ce qui est de l’écriture, il n’y a aucune lourdeur, le style de Bergmann reste simple, rythmé et efficace. Aucun de ses personnages n’est stéréotypé, chacun a ses ambiguïtés, là aussi le travail est époustouflant.Quant aux décors et aux descriptions, on n’est pas déçu, on visualise les scènes.Mais ce n’est pas tout, impossible de révéler un des gros rebondissements de l’histoire, mais il nous fait basculer dans une autre dimension, tel un triller paranoïaque, il nous fait vibrer et nous questionner encore plus.Le livre est un vrai turn-over, on le dévore d’une traite, pour assécher cette soif de savoir qui nous conduit vers la fin.Un super roman à lire, où on ne s’ennuie jamais.

 Note : 9/10

  • Broché: 278 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (17 août 2016)
  • Collection : Littérature Française
  • Prix : 17 euros

4127HBQBJNL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’affaire de la terrible chose géante (7 juillet 2016) de Doreen Cronin et Kevin Cornell

Un matin, la Brigade des poussins voit débarquer dans son poulailler l’écureuil en panique. Entre deux évanouissements, celui-ci les avertit d’un nouveau danger : une chose inconnue est apparue dans le jardin ! Les poussins demandent plus d’informations à l’écureuil, en vain. Il ne cesse de s’évanouir, il est incapable de distinguer un rond d’un carré, et il ne sait que répéter que la chose est « énorme et effrayante »… Difficile, dans ces conditions, d’identifier le mystérieux machin ! Pourtant, petit à petit, les poussins parviennent à recueillir des indices : et s’il s’agissait… d’une dangereuse soucoupe volante ?

Critique :Un livre humoristique sur quatre boules de plumes jaunes vivant dans un poulailler, cherchant à résoudre des énigmes et récoltant les ennuis. Dans cet ouvrage, c’est Noisette, l’écureuil qui vient leur soumettre une demande. Réflexions, sarcasmes, actions, les poussins avec l’aide du chien de la maison et de leur mère résoudront le mystère.
Une nouvelle série qui devrait plaire aux lecteurs débutants.
L’histoire est drôle et les illustrations sont d’une très belle qualité. La fin est inattendue.Bon livre original et drôle.

Note : 9/10

 

  • Poche: 112 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : GF 8 10 ANS
  • Prix: 9,95 euros

51RCskpG4sL._SX331_BO1,204,203,200_

 

Guide de survie pour les parents – école Primaire & Collége (17 juin 2016) de Safia Amor et Caroline Moka

Un contenu complet pour répondre à toutes les questions que se posent les parents sur les programmes et le fonctionnement du système scolaire. Une première partie  » Mode d’emploi  » qui répond aux questions les plus fréquemment posées. Une deuxième partie  » Nouveaux programmes  » qui explique ce qui change en 2016 : les priorités du programme par cycle et par classe, le détail par matière, des conseils de méthode pour aider son enfant.

Critique : En quelques pages, tout est clairement expliqué :
◾le découpage des cycles
◾le contenu des nouveaux programmes
On apprécie des outils concrets pour accompagner son enfant :
◾comment lui donner le goût de lire
◾comment l’inciter à écrire
◾comment réviser avec lui
◾comment lui apprendre à prendre des notes
◾comment être présent sans l’assister
Une approche éducative pleine de bon sens et qu’il est utile de lire.
On y trouve également de nombreux témoignages : des paroles de psychologues, de professeurs, de parents.
La pagination est très agréable, ce qui permet de rentrer dans cette lecture sérieuse.
On n’oublie pas le petit test situé à la fin de l’ouvrage : « Quel parent êtes-vous ? »…

Note : 9/10

 

  • Broché: 64 pages
  • Editeur : Nathan (17 juin 2016)
  • Collection : PT GUIDE SURVIE
  • Prix : 5 euros

 

 

La bataille de New York (7 juillet 2016) de Geoff Rodkey et Lilas Nord

Je m’appelle Claudia, j’ai 12 ans, et je tenais absolument à rétablir la vérité sur la chasse au trésor à laquelle toute ma classe a participé à travers New York. Les rumeurs d’émeute et de kidnapping sont totalement exagérées. Tout ce qui s’est passé est uniquement la faute des Cyberpestes, cette bande de filles odieuses qui a voulu tricher ! C’est vrai que mon père, coach de l’équipe de mon frère Reese, n’a pas assuré ; mais quand on voit les débiles qu’il avait… Les filles de mon équipe vous diront qu’avec Jens, on n’était pas gâtées non plus, mais ne les écoutez pas : ce n’est pas parce qu’il est trop mignon que je lui trouve des circonstances atténuantes.

Critique: Ce roman graphique devrait plaire à tous les jeunes enfants : c’est ludique et bon enfant, un livre qui se laisse facilement lire, même par les enfants qui répugnent à lire des livres.
Reese et Claudia sont deux jumeaux de 12 ans, totalement différents dans leur manière d’être et d’appréhender la vie. Bien qu’ils s’aiment énormément, ils ne font que se disputer pour des futilités. Chaque dispute est suivie d’une vengeance personnelle, plus ou moins méchante.
Raconté sous forme de journal intime – avec Claudia qui raconte, mais qui laissent son frère Reese, ses parents, ainsi que la nounou qui les garde s’exprimer à tour de rôle -, ce roman incorpore également de nombreuses images. C’est cela qui rend réellement vivant le récit : le texte est entièrement imagé, de façon plus ou moins drôle. Je trouve que c’est un bon moyen de faire apprécier à de jeunes enfants la lecture.
Cette petite histoire se lit rapidement – en une matinée, je l’avais bouclée -, elle est simple et très drôle à lire. Geoff Rodkey nous montre bien que derrière les rivalités fraternelles, se cache quand même un amour inconditionnel. C’est beau, très touchant… ça donne envie de faire un câlin à son frère/sa soeur. Les enfants, retenez-bien ceci : réfléchissez avant d’agir. Sinon, vous ne vous rendrez compte que trop tardivement à quel point vous avez pu vous conduire bêtement.
De plus, loin d’être un simple petit roman pour enfants, Geoff Rodkey aborde le thème du voyage, ici New York .
En somme, ce petit livre est agréable à lire, avec une écriture rythmée par l’alternance d’images et de narrateurs. C’est ludique, mais en même temps, l’auteur nous prodigue une petite morale, qui vient nous faire réfléchir quant à la teneur de nos actes. Les enfants devraient beaucoup apprécier.

Note : 9/10

 

  • Relié: 272 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : GF JUMEAUX TAPP
  • Prix: 12,95 euros

51TQrZXeFFL._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’affaire du bizarre poussin bleu (7 juillet 2016) de Doreen Cronin et Kevin Cornell

C’est un drôle d’oiseau qui vient trouver la Brigade des poussins : plumage bleu, petits pieds, sur la défensive… Les poussins concluent qu’ils ont affaire à un Bizarre Poussin Bleu. Une fois ce problème résolu, ils s’attaquent au suivant : le Bizarre Poussin Bleu vient réclamer leurs services, car un intrus occupe illégalement son nichoir ! Le criminel serait un oiseau jaune de 5 m de haut…

Critique : Un roman touristique où quatre boules de plumes jaunes vivant dans un poulailler, , cherche à résoudre des énigmes et récolte les ennuis.
Dans ce récit, un bizarre poussin bleu vient leur demander de l’aide car sa maison est occupée par un oiseau géant de 5 m. de haut.
Une très bonne suite original et drôle avec les illustration toujours aussi bonnes. Vive le tome 3.

Note : 9/10

 

  • Broché: 112 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : GF 8 10 ANS
  • Prix: 9,95 euros

51a8EOQgvIL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

 

L’affaire de la terrible chose géante (7 juillet 2016) de Doreen Cronin et Kevin Cornell

Un matin, la Brigade des poussins voit débarquer dans son poulailler l’écureuil en panique. Entre deux évanouissements, celui-ci les avertit d’un nouveau danger : une chose inconnue est apparue dans le jardin ! Les poussins demandent plus d’informations à l’écureuil, en vain. Il ne cesse de s’évanouir, il est incapable de distinguer un rond d’un carré, et il ne sait que répéter que la chose est « énorme et effrayante »… Difficile, dans ces conditions, d’identifier le mystérieux machin ! Pourtant, petit à petit, les poussins parviennent à recueillir des indices : et s’il s’agissait… d’une dangereuse soucoupe volante ?

Critique:  Un roman touristique où quatre boules de plumes jaunes vivant dans un poulailler, cherche à résoudre des énigmes et récolte les ennuis. Dans cet ouvrage, c’est Noisette, l’écureuil qui vient leur soumettre une demande. Réflexions, sarcasmes, actions, les poussins avec l’aide du chien de la maison et de leur mère résoudront le mystère.
Une nouvelle série qui va plaire aux lecteurs débutants.
L’histoire est drôle et les illustrations sont d’une très belle qualité. La fin est inattendue, les enfants de moyenne et grande sections adorent.

Note : 9/10

 

  • Poche: 112 pages
  • Editeur : Nathan (7 juillet 2016)
  • Collection : GF 8 10 ANS
  • Prix: 9,95 euros

51RCskpG4sL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg