Cavaliers de l’orage (3 juin 2016) de Chris Anthem

« C’était leur première grande sortie depuis des mois. Comme les fleurs et les animaux, Vincent et Agnès quittaient leur coque protectrice, le trou où ils venaient d’hiberner pour renaître à la faveur du printemps… Eux et leurs instincts engourdis par le froid, qui démarraient leur dégel. » Un frère et une soeur en route vers le Sud. La campagne isolée. Un aubergiste maniaque. Des morts violentes. Mais sous l’apparence du slasher, un imprévu choc des titans.

Critique : Ce livre part d’une idée intéressante, mais traitée trop rapidement, alors qu’elle aurait pu être développée un peu mieux en plus de page, le livre comporte des scènes bien enlevées.
200 pages qui passent tous seuls, qui filent par moments la gerbe. Mais voilà, on bascule dans le meurtre et la violence gratuits. Une froideur qui fait tout simplement froide dans le dos. Toutes les séquences de sauvagerie se multiplient et nous ne laissent pas le temps de souffler. On est littéralement embarqué dans un voyage en enfer. Adorateur de gore, vous allez être servis. En revanche, âmes sensibles s’abstenir absolument. À la fois sale et d’un esthétisme travaillé, Cavaliers de l’orage impressionne de par son propos radical et la souffrance brillamment retranscrite à l’écran. Une atroce mais authentique expérience de lecture, dont on ne ressort pas indemne.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 185 pages
  • Editeur : l’Atelier Mosésu (3 juin 2016)
  • Collection : SLASH
  • Prix : 10 euros

51Rt6XndIAL._SX320_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s