Léo a disparu (21 septembre 2016) de Roselyne Bertin

Pour suivre un chat, Léo se glisse à travers un soupirail et tombe dans une cave abandonnée dont il est impossible de sortir. Livré à lui-même, il explore les lieux et découvre le butin caché de cambrioleurs. À l’extérieur, sa disparition suscite l’angoisse de ses parents, l’inquiétude de ses camarades et une enquête de gendarmerie menée par l’inspecteur Valérian.
Léo sera-t-il délivré grâce à la ténacité de ses camarades ?

Critique: Léo va avoir 13 ans dans 22 jours. Ses parents viennent de se séparer et il vit avec sa mère dont il est très proche. Son existence se partage entre le collège malgré son aversion terrible pour les leçons de grammaire, ses copains Olivier et Clément et la passion qu’il voue au monde animalier. D’ailleurs c’est simple, plus tard, il sera vétérinaire!
Cette petite vie tranquille et sans histoire se trouve bouleversée le jour où il ne se présente pas au collège.
Pourtant il est parti le matin comme d’habitude, un peu contrarié certes car son premier cours proposait un contrôle ardu de grammaire. En plus, Estelle, une camarade de classe secrètement amoureuse du jeune garçon, l’a vu devant la grille de l’établissement scolaire. Elle en est sûre et en témoigne face au policier, Gilles Valérian, chargé de l’enquête.
Car il faut bien se rendre à l’évidence. Léo a disparu ce mardi matin à 7h45 devant son collège et en présence des quelques centaines d’autres élèves venus en cours tout comme lui.
Alors enlèvement? Fugue? Le mystère reste entier.Roselyne Bertin nous offre une lecture passionnante tant par le contenu de son récit, que par la manière dont elle nous le livre et surtout l’approche de style singulière à laquelle elle nous confronte.Entre les lettres anxieuses et pourtant résolument optimistes qu’écrit sa mère à Léo pour garder espoir, l’avancée de l’enquête avec toutes ses incertitudes de Gilles et surtout le récit par Léo lui-même qui va passer peu à peu de l’inquiétude que doit susciter sa disparition aux pires craintes pour sa sécurité, rien n’est laissé au hasard et on se laisse prendre au rythme et au ton de ce récit enlevé jusqu’à la dernière ligne.

Note :9/10

 

  • Poche: 96 pages
  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Rageot Editeur (21 septembre 2016)
  • Collection : Heure noire

41+XV7vg3cL._SX341_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s