Un rapport (5 janvier 2017) de Brian EVENSON

Capable de l’humour le plus noir, plongeant ses personnages dans l’acide de situations extrêmes, Brian Evenson revient aujourd’hui avec ces textes forts et dérangeants, où l’absurde cache souvent une logique instable ou une terrible vérité.
Qu’il s’agisse du cœur d’un bébé qui bat dans la poitrine de son ours en peluche, d’un homme qui perd son bras, ou de la puissance dévastatrice de la poussière sur une autre planète, ce sont, toujours, le corps humain et sa psyché fragile qu’Evenson explore, grâce à son écriture à la fois épurée et tranchante.
Distillant le doute, jouant avec le suspense et l’incompréhension, il réussit à créer des ambiances aussi tangibles qu’irréelles, avec, en perpétuelle ligne de mire, la chute sans cesse recommencée de l’homme. Avec Evenson, le cauchemar a trouvé son ambassadeur.

Critique : Éventrés, éclatés, démembrés, les corps de Brian Evenson sont ramenés à leur matérialité la plus élémentaire. Au fil de ses nouvelles l’auteur met en scène des corps mutilés à l’extrême qui dans leurs contorsions douloureuses rappellent d’autres corps, ceux de Francis Bacon, des corps obscènes et abjects réduits à l’état de chair informe. Ces corps qui portent les stigmates des ravages du mormonisme viennent critiquer de façon acerbe les dérives du fanatisme religieux. Plongés au cœur d’élucubrations mystiques, les personnages qui traversent la fiction d’Evenson viennent latéraliser les écritures saintes, dont le corps se fait le support privilégié. Cette empreinte dans le corps du discours religieux constitue l’un des tenants esthético-moraux saillants de la production complexe et protéiforme de Brian Evenson. Ces corps ainsi anéantis, vidés de toute transcendance se font les oracles muets de la signifiance du monde. Ils mettent en cause un rapport particulier entre le monde et sa représentation par le langage qui semble se faire sur le mode de la déchirure. On pourrait parler de langage de la cruauté pour qualifier cet usage unique et inquiétant des mots qui viennent blesser les corps et empoisonner l’intelligibilité du réel. Si la notion de corps constitue un point nodal de ce livre elle ne forme qu’un point d’entrée non exclusif dans cette production étrange et violente.

Note :  9,5/10

 

  • Broché: 288 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (5 janvier 2017)
  • Collection : LOT 49

51fjT0aTyJL._SX332_BO1,204,203,200_.jpeg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s