La voie blanche (8 mars 2017 de Edmund de Waal

«Je grimpe la montagne où l’on trouve la terre blanche.»
La porcelaine est un mystère fait de quêtes ancestrales et de destins brisés. Folie des grandeurs, trahisons, obsessions : de la Chine ancienne aux Appalaches en passant par Venise et les camps de l’Allemagne nazie, la «fièvre de l’or blanc» a fait le tour du monde.
Edmund de Waal, artiste et écrivain, se lance lui aussi à sa recherche et redonne souffle et vie aux empereurs, voyageurs et apprentis-sorciers fascinés par ce matériau quasi mystique. Récit littéraire à l’élégance rare, La Voie blanche nous transporte dans une passionnante aventure artistique à travers l’Histoire.

Chronique : De Waal décrit dans ce roman une véritable obsession et a fait une grande description des nombreuses et variées histoires sur  la porcelaine. L’auteur a travaillé étroitement avec la porcelaine depuis qu’il avait dix-sept ans, et il continue à faire des navires de porcelaine .Son histoire décrit ce pèlerinage comme un dévouement à son amour pour l ‘«or blanc». Il rend hommage à ces trois «collines blanches» en Chine, en Allemagne et en Angleterre et incorpore de nombreux facteurs dans ses découvertes et ses recherches. Tout au long de ses voyages, il rencontre des fours, des instituts de céramique, des musées, des installations de recherche, des usines de porcelaine et des sculpteurs actuels. Il fournit des histoires élaborées d’empereurs, de chimistes et d’expérimentations de porcelaine en utilisant sa recherche étendue de cartes, de photographies, de mémoires, et d’archives de commande de porcelaine. Tous les éléments fournissent un texte complet qui contient une abondance de connaissances sur la vie de la porcelaine.En lisant ce livre, nos pensées et perceptions au sujet de certaines choses vont changé. Mais en lisant ce livre, on commence à apprécier ce  voyage dans la céramique d’une perspective différente. Savoir comment certains ont chéri, valorisé et ses précieux articles de la nature. Très rarement nous avons l’occasion d’apprendre les subtilités de la profondeur et de la largeur d’un livre. Grâce à son obsession particulière, mais intéressante, de Waalfait cela avec beaucoup de succès et a rassemblé ce qui semblait être tout ce qui a été jamais connu sur la porcelaine dans ce texte unique. C’était un exploit impressionnant. On peut apprendre beaucoup si une vie entière doit être consacrée à aimer un article autant que de Waal la fait.

Note : 8,5/10

  • Collection : AUTREMENT LITTE

51sOO9gRdKL._SY346_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s