Or noir (9 mars 2017) de Dominique Manotti

Marseille, 1973. Le commissaire Daquin, vingt-sept ans à peine, prend son premier poste au commissariat de l’Évêché, et découvre une ville ensanglantée par les règlements de compte qui accompagnent la liquidation de la French Connection, des services de police en guerre larvée les uns contre les autres, et la prolifération de réseaux semi-clandestins comme le SAC ou la franc-maçonnerie.

Chronique : Dominique Manotti nous livre ici un récit extrêmement documenté à base d’intrigues politico-financières imbriquées et de quelques meurtres.
On retrouve le personnage de Théo Daquin dans les années 70, juste avant le premier choc pétrolier. Manotti mêle  faits et personnages réels à sa fiction qui n’en devient que plus crédible.  Le livre bénéficie d’une écriture remarquable, sèche qui parvient à nous rendre intelligibles, des mécanismes complexes, sans jamais sacrifier le sens du récit et de la tension…
L’auteur rend hommage à la beauté des paysages et ne cache rien de la complexité des relations humaines et des renvois d’ascenseur. Car les réseaux se télescopent : les stups sont liés au consulat américain de Marseille, la sécurité publique abrite quelques membres du SAC, les Corses s’entraident entre truands et flics, la PJ veut faire oublier son inefficacité. Un très bon thriller.

Note : 9/10

  • Poche: 384 pages
  • Editeur : Folio
  • Collection : Folio Policier

téléchargement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s