Dispersez-vous, ralliez-vous ! (6 avril 2017) de Philippe Djian

Tout commence alors que Myriam est encore adolescente. Extrêmement introvertie, elle vit chez son père qui l’a élevée seul. La mort de leur voisine fait débarquer dans le quartier un homme d’une quarantaine d’années, Yann, qui très vite devient son premier amant.
Chronique d’une émancipation borderline, ce roman raconte une vie hors des codes, entièrement construite à la faveur de rencontres et de situations. On croit tout savoir de Myriam, mais peut-être nous a-t-on caché l’essentiel ?

Chronique : Comme dans Oh, Philippe Djian parle au féminin dans Dispersez-vous, ralliez-vous ! L’affaire est un peu délicate, on a un peu de mal à imaginer l’auteur dans la peau d’une femme, de son adolescence à ses trente ans. Et puis on s’y fait. Son style évolue au fil des livres, sa façon de raconter les histoires, aussi. Le premier tend de plus en plus vers l’épure, on connait l’obsession du romancier pour trouver le mot et la phrase justes, sans scories. De ce point de vue là, Dispersez-vous … est plutôt réussi. L’intrigue, elle, n’est pas foncièrement neuve pour qui a suivi Djian depuis ses débuts. Drogue, sexe, maternité, mal de vivre et une indifférence au monde dont on ne sait d’où elle vient. Peut-être que celui-ci est sans intérêt, après tout. Moins vrai que celui du zoo où l’héroïne traîne un spleen carabiné. Le récit est morcelé, elliptique, ce n’est pas le problème de l’auteur, plus préoccupé de peindre un tableau qui tend de plus en plus vers l’abstraction malgré ses détails réalistes. Peut-être faudrait-il davantage d’humour pour emballer le tout, Djian semblant de plus en plus amer quant à la condition humaine à la manière d’un Philip Roth dont il est encore loin d’être l’égal. Ceux qui ont abandonné l’écrivain depuis longtemps seront sans doute surpris par cette tristesse diffuse mais surtout par la construction du livre qui semble comme une quête vers une sécheresse narrative qui décrit une existence flottante et irrésolue. Manifestement, Djian est toujours à la recherche d’une sorte de perfection dans les non dits et purgée de toute graisse inutile. Attention à l’exercice de style gratuit, quand même, les lecteurs ont aussi besoin de quelques branches auxquelles se raccrocher.

Note : 7/10

 

  • Poche: 224 pages
  • Editeur : Folio (6 avril 2017)
  • Collection : Folio

41TpAvXIjNL.jpeg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s