Olivia joue les espionnes (8 juin 2017) de Ian Falconer

Un matin, en passant dans le couloir, Olivia surprend sa mère, qui chuchote au téléphone avec une amie : elle prétend que sa fille l’épuise. Elle parle même de l’envoyer quelque part où on saura lui mettre « du plomb dans la cervelle ».

Chronique : Olivia est une jeune truie espiègle, qui a beaucoup d’énergie. Elle a des gouts affirmés et de la répartie. C’est un album très recherché graphiquement et qui utilise la bichromie du noir et du rouge sur le fond blanc, les éclairages, et les astuces graphiques sont  très biens faits,  le dessin très riche et le trait minimaliste et l’absence de fond évoquent Grégoire Solotareff,.
Un album qui a toutes les qualités du travail d’un authentique grand illustrateur et Olivia ne fait jamais les choses à moitié et vise haut !
Un album drôle, sensible et… différent ! Elle cultive cette différence au jour le jour et elle en est d’autant plus appréciable.

Note : 9/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (8 juin 2017)

51d6mEuqRIL._SX364_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s