Sous l’aile du concombre (6 juillet 2017) de Henri Girard

Les célibataires contre les hommes mariés, a-t-on idée ? Quelle mouche a donc piqué Hubert d’accepter ce match au village ? Lui, quadragénaire hypocondriaque, consultant en ressources humaines et… bancal du sentiment. Mais on ne se méfie jamais assez lorsqu’on se retrouve à la merci d’une nièce astucieuse et aux bons soins d’un ami moins débonnaire qu’il n’en a l’air… Car Hubert aime, mal, et ne sait le dire. Quelle plus belle phrase, pourtant, que  » Je t’aime  » ?.. Mais on oublie parfois de la prononcer, par peur, pudeur ou négligence, et l’on passe alors a coté de l’essentiel : ceux qui nous sont chers et à qui on n’a pas su le faire comprendre… A côté quelquefois de sa propre vie aussi… Sous l’aile du Concombre, on rit, on pleure… Mais au moment de dire  » Je t’aime « , on se souviendra de cette leçon de vie.

Chronique : Ce livre vous parle de la difficulté de vivre ou tout du moins de surpasser l’histoire d’amour catastrophique de vos parents. Comment en ayant pour exemple un fiasco, se projeter dans une histoire saine. Hubert, n’a jamais pu aimer tout simplement parce qu’on ne lui a pas appris. On ne lui a jamais dit « Je t’aime ». Difficile dons pour lui de le dire; Cet homme aux prises avec ses sentiments et ses contradictions est follement attachant. Il nous émeut autant qu’il nous fait sourire. L’humour lui sert d’ailleurs souvent de diversion lorsqu’il est question de sentiments.
Et cela fonctionne. D’ailleurs l’on ne peut empêcher un sourire de flotter sur nos lèvres tout au long de notre lecture. L’auteur nous embarque dans une histoire tendre, pleine d’humour et d’amour avec un sens de l’écrit qui joue avec les mots pour parler des petits ou grands maux du quotidien et de l’amour. Il cache dans les pages de son roman une histoire plus profonde qu’elle n’en a l’air, plus tendre qu’on le pense et qui finit par nous toucher .
Sous l’aile du Concombre est un grand moment de tendresse. Écrit avec sensibilité, humour et pudeur, ce roman recèle une leçon de bonheur.

Note : 9,5/10

Editeur : L’atelier Mosésu (6 juillet 2017)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s