Sous ses yeux (31 août 2017) de Ross ARMSTRONG

Passionnée d’ornithologie depuis son enfance, Lily Gullick ne s’éloigne jamais de sa paire de jumelles. Depuis l’appartement qu’elle occupe avec son mari, elle ne se contente toutefois pas d’observer les oiseaux. Elle ne peut en effet s’empêcher d’espionner ses voisins, en particulier les derniers habitants d’une vieille résidence, un vestige dans ce quartier qui s’embourgeoise à vue d’œil. Alors qu’elle vient de faire connaissance d’une de ses occupantes, Jean, cette dernière est retrouvée morte dans des conditions étranges. Lily, qui croit connaître presque intimement tous ses voisins pour les avoir longuement observés, décide de mener son enquête. Celle-ci, commencée par désœuvrement, pour fuir un mari de plus en plus lointain, une vie un peu trop déprimante, tourne vite à l’obsession.

Chronique : Ce roman est une vrai surprise tout d’abord, c’est quelque chose d’un peu différent, le style d’écriture, l’intrigue, tout le concept est écrit en première personne, presque comme un format de journal.
Lily Gullick vit avec son mari Aiden dans un appartement neuf construit en face d’un domaine qui a été marqué pour la démolition. À l’aide de jumelles, elle devient vraiment obsédée par l’espionnage des voisins dans d’autres appartements et voit beaucoup de choses intéressantes en cours de route.Pour beaucoup du livre,on est pas sûr de la relation entre Aiden et Lily, mais cela devient très clair dans le livre vers la fin. L’auteur fait un travail fantastique avec de très grands moments de surprise dans ce livre.
Quand un des voisins de Lily, Jean est assassiné, elle devient déterminée à trouver des réponses et à en faire une mission pour le découvrir. Obsédée est un euphémisme. Elle rassemble les pièces, cherche des indices, cherche des suspects et utilise ses «jumelles d’observation des oiseaux» pour aider. Il a une tonalité de suspense et sombre dans ce roman et le rythme est rapide vers la fin. L’auteur parvient à nous glisser dans la psychologie complexe de ses personnages et on finit par mordre à l’hameçon. Même si l’intrigue en elle-même n’est pas bouleversante d’originalité, le mode narratif est original et addictif. Un très bon roman qui ferai un superbe film.

Note : 9/10

  • Broché: 408 pages
  • Editeur : Le Cherche Midi (31 août 2017)

51Mt4HUiiAL.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s