Test -BLURAY + BLURAY4K ULTRA HD : BLADE RUNNER – EDITION COLLECTOR 35EME ANNIVERSAIRE

Dans les dernières années du 20ème siècle, des milliers d’hommes et de femmes partent à la conquête de l’espace, fuyant les mégalopoles devenues insalubres. Sur les colonies, une nouvelle race d’esclaves voit le jour : les répliquants, des androïdes que rien ne peut distinguer de l’être humain. Mais suite à une révolte, ces derniers sont peu à peu retirés. Quatre d’entre eux parviennent cependant à s’échapper et à s’introduire dans Los Angeles. Un agent spécial, un blade-runner est chargé de les exterminer…

Chronique Film :Blade Runner ne vieillira jamais. Splendeur glaçante d’un Los-Angeles tentaculaire, gigantesque Métropolis, où les Spinner peinent à s’arracher à la gravité pluvieuse et obscure d’un futur ou les rêves ne s’affichent plus que sur de gigantesques écrans publicitaires. L’humanité qui s’y agglutine semble désincarnée et la solitude accompagne tous les personnages. De l’ex-flic, Deckard, aux réplicants, ces androïdes devenus plus vivants que les humains. Tous vont voir se diluer le sens de leur existence et la perception de leur identité dans la lente et mélancolique traque qui les lient. Une atmosphère de fin du monde souvent imitée mais jamais égalée depuis. Dès l’ouverture, les spectateurs gavés d’effets numériques que nous sommes reprennent pied dans une saine matérialité.
Somptueusement photographiées par Jordan Cronenweth ( Au-delà du réel, Cutter’s Way) Ces visions inoubliables de gratte-ciel en abîmes, les costumes et les éclairages aux néons de ce gigantesque monstre de cinéma alimentent aujourd’hui encore la matrice de toute la SF contemporaine.
Et tout ceci de prendre son envol grâce à la musique de Vangelis avec une partition indissociable de ces images sublimes.
Vous trouverez ici et là sur le net une foule d’analyses et de décryptages passionnants concernant cette œuvre fascinante. Le pouvoir d’attraction de cet univers dystopique n’a rien perdu de sa puissance.  La galerie de personnage qui hante ce film est tout aussi marquante. Les charismatiques et puissants replicants dont le mentor est un Rutger Hauer statuaire et princier, secondé par les somptueuses Sean Young et Darryl Hannah dans leur premiers grands rôles. Pathétique J-F Sebastian, le généticien se fabriquant ses robots de compagnie pour tromper sa solitude. Et la présence inquiétante de Gaff, le messager, déposant ici et là ses origamis comme autant d’indices quant à la finalité du parcours de chacun.
33 ans après, Blade Runner continue d »éblouir. Un requiem sombre et somptueux, violent et poétique qu’une minuscule licorne en papier ramène au silence.

Note : 10/10

71kyPwV313L._SL1500_.jpg

TEST :

UHD:  Blade Runner a été tourné en 35 mm et les effets visuels en 65 mm et en utilisant des lentilles anamorphes et pour finir en 2.39: 1 comme ratio final. Bien entendu, le négatif du Final Cut en 2007 a été scanné en résolution 4K et 8K pour les 65mm et l’ensemble a été fini sur une base 4K DI (Digital intermédiaire). Les éléments originaux ont été numérisés en 4K native et restaurés numériquement avec une qualité colorimétrique en HDR10.
L’augmentation des détails sont très précis et surtout visible malgré le grain dont certains se plaignent. On y voit de la texture de la peau, le collier de la veste de Deckard, la finition sur les carreaux d’Ennis House sur les murs de son appartement, la rouille ou de la peinture sur le côté du bâtiment de Tyrell Corporation.

HDR:  Côté HDR, les couleurs sont belles, riches et vibrantes que jamais. Exemple type; le néon qui brille, les feux de la police.
Bref, c’est un travail remarquable dans l’ensemble.

Son Dolby Atmos:  Le son Anglais 7.1.4 est juste splendide. C’est du pure solide qu’ont fait là les ingénieurs du son. En effet, comme le mix TrueHD qui a été créé pour l’édition 2007, il s’agit d’une présentation audio étonnante, dotée d’un grand son exceptionnel avec un mouvement de canal vers canal, d’un dialogue clair et d’un LFE complet. La répartition des canaux de hauteur sont activement engagés pour la musique et les signaux sonores atmosphériques.

BONUS :Les bonus sont super complets et très intéressants. On y apprend énormément depuis le départ de l’idée du film, jusqu’au tournage difficile, son flop en sortie en salle, et comment le film est devenu culte plus tard avec la VHS, en passant par le choix des acteurs, les effets spéciaux, etc.. (4h rien que de making of), interview de tous les intervenants du films, et pas mal d’extraits de scènes coupés inconnues du public.
On y retrouve aussi un historique de la genèse de la version 2007 et on s’aperçoit que ce n’est pas seulement une version avec des rajouts et des coupes mais une copie qui a été entièrement été retravaillée pour éliminer les défauts de l’époque et les manques des effets spéciaux (le retravail de la scène de fusillade de la répliquante dans les vitrines est particulièrement éloquant ou l’incrustation d’une partie du visage du fils d’Harrison Ford dans une scène qu’il a retourné pour améliorer une image mal synchronisée à l’époque) et un petit livre de photos mais sans aucun commentaire.

 

  • Acteurs : Harrison Ford, Rutger Hauer, Sean Young
  • Réalisateurs : Ridley Scott
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 27 septembre 2017
  • Durée : 117 minutes

81D2BWLdbPL._SL1500_

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s