Quand les ténèbres viendront (7 septembre 2017) de Isaac Asimov

Lagash est une planète extraordinaire dont les habitants ne connaissent pas la nuit puisque leur système solaire est composé de six soleils. Or, voici venir un événement terrifiant : le crépuscule tombe sur Lagash. Des six soleils, il ne reste plus que Bêta à briller, lequel commence à faiblir singulièrement. Dans quelques heures, les ténèbres viendront, et avec elles la fin de la planète, prétendent les savants. Mais pourquoi les habitants de Lagash ne supporteraient-ils pas la nuit ? Auraient-ils si peur des étoiles ? Quand les ténèbres viendront est souvent considéré comme le meilleur recueil d’Isaac Asimov. Une somme qui permet de découvrir ou redécouvrir l’extraordinaire talent de ce géant de la science-fiction.

Chronique : Quand les ténèbres viendront correspond strictement au recueil original d’Isaac ASIMOV Nightfall and Other Stories publié en 1969 aux Etats-Unis. En France, il était jusqu’alors découpé en trois volumes (Quand les ténèbres viendront, L’amour, vous connaissez ? et Jusqu’à la quatrième génération), et présentait un ordonnancement des nouvelles légèrement différent.
On y trouve donc 20 nouvelles offrant un panorama complet de la science fiction vue par Isaac ASIMOV. Elle s’inscrit souvent dans le cadre du space opera, où l’auteur américain se penche volontiers sur les hommes face à l’inconnu (Quand les ténèbres viendront…), ou encore sur leurs relations avec d’autres formes de vie extraterrestre (Hôtesse). Un autre de ses thèmes de prédilection touche au progrès technologique et ses conséquences sur les modes de vie humain (Sally). ASIMOV peut aussi aborder des sujets politiques (En une juste cause), ou tout simplement fantastiques, un peu à la façon deRichard MATHESON
Ce qui caractérise tous ces textes c’est la logique du propos, il est vrai parfois au détriment du développement des caractères. Mais c’est aussi l’humour d’Isaac ASIMOV, omniprésent, tant dans les textes eux-mêmes, que dans les présentations de chacun d’entre eux, lesquelles resituent leur genèse et le contexte de leur première publication à grand renfort d’anecdotes. Ces petits billets sont une habitude chez ASIMOV et sont tout simplement passionnants, parfois plus que la nouvelle elle-même. Cela rend d’ailleurs le recueil inégal mais l’ensemble est ma foi fort sympathique.

Note : 9,5/10

 

  • Poche: 704 pages
  • Editeur : Folio (7 septembre 2017)
  • Collection : Folio SF

51aAOWlrIyL._SX301_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s