Un jour, je serai pompier (14 septembre 2017) de Quentin Gréban

Pas de doute, quand Oscar sera grand, il sera pompier. S’il a encore bien des choses à apprendre, il ne manque pas de courage, d’énergie et d’humour !

Chronique:Oscar est un petit ourson qui rêve de devenir pompier. En attendant, il joue à l’être. Mais Oscar est encore petit, et ne se rend pas toujours compte de la réalité des situations… C’est ainsi par exemple qu’il lancera de toute ses forces la puissance de sa lance à incendie sur… les bougies d’une fête d’anniversaire. Mais quand on l’appelle vraiment à l’aide, il s’en sort plutôt bien, contrairement à ce qu’on pouvait craindre… Un album pour les plus jeunes  dont les illustrations sont adorables.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Mijade (14 septembre 2017)
  • Collection : ALBUMS

61cAgRA8deL._SX439_BO1,204,203,200_.jpg

 

A quoi rêvent les crayons le soir, au fond des cartables ? (28 septembre 2017) de David Merveille et Zidrou

Le soir, au fond des cartables, les crayons rêvent… Ils rêvent d’écrire des mots d’amour, de dessiner le sourire d’un enfant, le chant d’un oiseau. Un feu d’artifice de couleurs pour réveiller notre imagination.

Chronique : Un album qui présente le rêve de tous les crayons : devenir petit en écrivant des mots d’amour et en dessinant le sourire d’un enfant ou le chant d’un oiseau avec un texte poétique qui donne littéralement vie aux crayons. C’est beau, bien écrit, bien rythmé ainsi que les illustrations sont superbes, inventives et originales. Mélangeant le noir et blanc et quelques touches de couleurs, chaque partie du crayon est exploité et mis en avant. Le mélange des matières et la complémentarité du texte et de l’esthétique sont magnifique.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Mijade (28 septembre 2017)
  • Collection : ALBUMS

51Jsa0SYWtL._SX437_BO1,204,203,200_.jpg

 

C’est Noël ! (2 novembre 2017) de Tim Warnes et Tracey Corderoy

C’est bientôt Noël. Arthur est encore plus excité que jamais. Il déborde d’idées pour faire de ce Noël une journée inoubliable.

Chronique : Arthur est presque subjugué par l’excitation à l’approche de Noël. En fait, il ne peut pas contenir son enthousiasme, et ses parents font des préparations, il fait un gâchis, ajoutant plus de glaçage et de saupoudrages aux biscuits fraîchement cuits, et traînant tous les ornements pour l’arbre. Même lorsqu’il est chargé d’observer tranquillement la neige, il finit par faire un gâchis, et tous les cadeaux finissent par être mal étiquetés et vont chez les mauvais destinataires. Mais peu importe ce qui ne va pas, car Arthur a des parents et des grands-parents patients et aimants, et le fait d’être ensemble rend ce Noël très spécial. Le texte et les illustrations ne manqueront pas de faire sourire, car l’aide d’ Otto n’est d’aucune utilité. Des illustrations joyeuses et une histoire amusante et prévisible font de ce livre un excellent livre à partager avec les jeunes enfants à l’approche des Fêtes.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : MIJADE (2 novembre 2017)
  • Collection : ALBUMS

51wqAUoNMDL._SX431_BO1,204,203,200_.jpg

 

Première nuit d’hiver (20 octobre 2016) de Lauren Tobia et Amy Hest

C’est la première nuit d’hiver. Par la fenêtre, Petite Ourse regarde tomber la neige. Elle n’a aucune envie d’aller au lit. Un album d’une douceur absolue, rassurant et réconfortant, sur l’amour maternel et le rythme des saisons.

Chronique : Pour les jeunes enfants, c’est un joli et doux livre pour les aider à dormir. La répétition sera rapidement reconnue. Petite Ourse hésite à aller se coucher parce qu’elle va rater beaucoup de choses. Elle dit: »Les étoiles vont me manquer. » Mère Ours répond qu’ils seront là au printemps quand il sera temps de se réveiller. Après avoir regardé par la fenêtre pendant un certain temps et porté un toast à la cannelle, ils se promènent, et la petite Mademoiselle fait une dernière descente sur la colline et regarde la lune. La dernière chose, c’est bien sûr que la petite Miss va regretter Mère Ours. Et les mêmes assurances se reproduisent. L’une des dernières pages contient un texte réconfortant: »Et quand nous nous réveillerons, les étoiles brilleront. La lune sera ronde. Les collines seront herbeuses. Et nous serons ici, dans notre propre maison, ensemble. »Excellente lecture pour les enfants qui ont de l’anxiété à propos de n’importe quoi (donc tous les enfants, le monde est un endroit effrayant!) et aussi une histoire très réconfortante à l’heure du coucher.

Note : 9/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Nord-Sud (20 octobre 2016)
  • Collection : ALBUMS NORDSUD

51W7Dw6LLWL._SX413_BO1,204,203,200_

 

Il a neigé (20 octobre 2016) de Rebecca Cobb et Richard Curtis

Toute la nuit, il a neigé. Quand Danny arrive à l’école le matin, la Seule personne qu’il trouve devant la grille est M. Trapper, le professeur qu’il déteste le plus.

Chronique : Richard Cutis et Rebecca Cobb ont créé un chef-d’œuvre  avec des journées de neige qui sont évidemment magiques pour les enfants et quand il y a un jour de neige, tout le monde est ravi qu’il n’ y ait pas d’école. Tout le monde sauf Danny Higgins, dont les parents sont toujours occupés et dont la tante a quitté la maison quand il l’ a fait et ne peut pas être contacté. Quand Danny arrive à l’école, il n’ y a qu’un seul enseignant – M. Trapper – le plus strict de l’école. Il semble que la journée sera terrible. La vérité, c’est que M. Trapper et Danny se sentent un peu seuls et que la neige pourrait leur permettre de s’amuser… Ce livre montre très bien la relation entre l’élève et l’enseignant dans un cadre formel et la façon dont cela peut changer en fonction des circonstances. La manière dont le livre montre des expériences similaires entre l’enseignant et l’élève montre comment même l’adulte le plus strict pourrait avoir des expériences similaires de la vie et permet au lecteur de relier les deux personnages entre eux.

Note : 9,5/10

 

  • Tranche d’âges: 3 années et plus
  • Editeur : Nord-Sud (20 octobre 2016)
  • Collection : ALBUMS

51nMcIDs5IL._SX402_BO1,204,203,200_.jpg

 

Un homme au foyer à la conquête du monde (16 novembre 2017) de William Quentin

Homme au foyer, je pensais incarner l’homme du XXIe siècle. Mais ni moi ni le siècle n’étions prêts. Pour beaucoup, je suis un homme dans un rôle de femme. Cette situation ne manque pas de piquer la curiosité de mes congénères masculins. Avec parfois des accents machistes, ils en profitent pour poser les questions qu’ils n’ont probablement jamais posées à leur femme :  » Franchement, qu’est-ce que tu fais de tes journées ?  » ou encore  » Tu ne fais quand même pas le ménage ? « . L’homme au foyer est, finalement, un excellent révélateur des rapports des genres, surtout, mais aussi des rapports à l’argent, à la solitude, à la réussite ou encore à la reconnaissance sociétale. Entre le témoignage truffé d’anecdotes et la critique d’une société encore bien à des égards sexiste et matérialiste, l’ouvrage alterne récit de vie et analyse sociétale documentée.

Chronique : Entre récit de vie et analyse sociétale documentée, William Quentin nous livre un témoignage drôle et inédit rythmé par les incontournables de la vie d’expatrié : l’annonce du départ, l’école internationale, le retour au pays pendant les fêtes, la visite des proches, et la difficulté, pour le conjoint suiveur, à trouver sa place. L’auteur a su être à la fois, drôle et tragique, émouvant et pugnace! Pas simple déjà d’être père au foyer, surtout quand on a une famille recomposée avec des grands et des petits… Le récit est édifiant, mais on y perçoit bien la volonté du couple de surmonter toutes les difficultés… Les chapitres sont courts, écrits comme des scénettes de vie d’une page, et cela se lit très facilement. Dans une société pétrie d’a priori encore machistes à bien des égards, l’auteur pose la question : l’homme du XXIème siècle sera-t-il au foyer ? Une réflexion à laquelle sont conviés hommes et femmes, au foyer ou pas.

Note : 9/10

 

  • Broché: 163 pages
  • Editeur : La boite à pandore (16 novembre 2017)
  • Langue : Français

41blKFzAcBL._SX318_BO1,204,203,200_.jpg

 

Test DVD : Atomic Blonde ( 16 décembre 2017) de David Leitch avec Charlize Theron, James McAvoy

L’agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionne du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s’associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers.

Chronique : « Atomic Blonde » a un gros point fort, son univers haut en couleur dans lequel évolue son personnage principal qui ne l’est pas moins ! C’est un véritable festival de l’image, où les yeux n’auront de cesse de tout enregistrer dans un contexte des années 80 en plein Berlin lors de la chute du mur, prétexte à une ambiance très particulière, à la fois glacée, brute et vintage qu’accompagne la musique qui est à son image.                David Leitch met le paquet dans des effets visuels alléchants, des plans séquence saisissants et des angles de vue étonnants ! Ça cogne dur à tous les étages, jusque et particulièrement dans les escaliers, si certains personnages sont loufoques et déjantés forcément au passage, tout est beaucoup trop sérieux pour que l’on s’amuse un peu de ces bagarres perpétuelles qui n’apportent au bout du compte pas grand chose de plus que ce que l’on connaît déjà ! C’est d’autant plus dommage qu’avec cet univers de choix, David Leitch avait toute latitude pour nous amuser véritablement ! Cet aspect est accentué par l’abondance de couleurs néons et la musique très Euro-dance des années 90 rendant le tout très pop. Côté acting, je n’ai toujours pas trouvé Charlize Theron exceptionnelle et James McAvoy est toujours impeccable dans ce genre de rôle et Sofia Boutella a enfin son premier vrai rôle et s’en sort plutôt bien et tire à elle le côté sexy du film. Après « Wonder Woman », « Atomic Blonde » prouve qu’en matière de film d’action aussi, la femme est l’avenir de l’homme.

Note : 9/10

107575.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

TEST DVD :

Vidéo: Atomic Blonde compte certainement parmi les plus belles éditions de l’année. Certes, l’approche graphique très brute du film ne permet pas toujours au disque de déployer toutes ses qualités visuelles, mais l’ensemble demeure tout de même assez remarquable. Sublimées par une définition exemplaire et des contrastes percutants, les images impressionnent en effet par leur niveau de précision. On appréciera ainsi tout particulièrement le rendu époustouflant des couleurs et des lumières.

Audio : La VO s’illustre en Master Audio 5.1, tandis que la VF profite, quant à elle, d’un encodage Digital Surround 5.1 tout à fait correct. L’une comme l’autre assure un spectacle de qualité, mais la VO est tout de même à privilégier pour sa gestion spatiale plus convaincante.

Bonus : Les suppléments  propose de nombreux bonus comme des scènes coupées, des modules sur la confection du film (effets spéciaux, cascades, casting…), des témoignages…

 

  • Acteurs : Charlize Theron, James McAvoy, Eddie Marsan, John Goodman, Toby Jones
  • Réalisateurs : David Leitch
  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Italien, Néerlandais, Allemand, Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 16 décembre 2017
  • Durée : 110 minutes

61MjtHYjcoL._SL1000_

 

 

 

Le Roy qui voyageait avec son royaume (4 janvier 2018) de Thierry Dedieu

Le roi de Galicie avait l’esprit curieux. Aussi, tous les voyageurs de retour d’un pays lointain avaient pour obligation de lui rapporter une curiosité. Un jour, il se lassa de collectionner les objets et les récits et voulut aller lui-même à la découverte du monde. Mais comme, en voyage, il fallait manger froid et marcher dans la boue, il décida qu’on le transporterait dans une litière.

Chronique: C’est écrit tel un conte avec sa fable , sa morale, belle, sensible et drôle. La vraie valeur de ce roy ne se trouve pas que dans le dessin, elle est aussi dans l’étude et l’inspiration. Pour reproduire la vie, la beauté, il faut d’abord l’approcher, l’analyser et l’apprendre. Thierry Dedieu qui ne cesse d’étonner avec sa multiple palette graphique, capable d’aborder pratiquement tous les genres de l’illustration. Un album empreint de philosophie. Une belle histoire sur l’impatience, sur le temps de profiter des choses de la vie pour en saisir toute la beauté et la bêtise humaine.
Un récit de Dedieu parfaitement dans l’air du temps afin de faire comprendre au plus petit le sens de la vie et du voyage.

Note : 9/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (4 janvier 2018)
  • Collection : ALBUM JEUNESSE

9791023510263_1_m

 

 

L’autobus (4 janvier 2018) de Marianne Dubuc

C’est la première fois que Clara voyage toute seule, et elle ne va pas être déçue ! De station en station, des voyageurs montent et descendent du bus et deviennent les personnages de saynètes qui se déroulent sous les yeux de la petite fille, curieuse et amusée. C’est fou ce qui peut se passer le temps d’un simple trajet ! Chaque double page nous raconte une histoire qui fourmille de détails. De lecture en relecture, on en découvre encore de nouveaux. L’Autobus est un ouvrage à lire seul pour s’imaginer des histoires, apprendre à observer, se perdre dans les pages ; c’est aussi le moment d’un partage avec les parents pour vivre ensemble ce périple insolite et drôle.

Chronique : Magnifique album pour débuter cette année avec un rendu crayonné enfantin, soyeux et touchant où chacun est amené à être émerveillé par la poésie qui en anime les pages. La beauté de l’instant est ici inscrite en métaphore visuelle et le jeu des détails est à même d’éveiller notre imaginaire pour inventer de nombreuses autres histoires à partir de celle-ci.
L’histoire rappelle évidemment le petit chaperon rouge. Ici c’est à la fois plus réaliste, plus moderne aussi puisqu’elle doit prendre l’autobus et moins : la fantaisie prend le dessus avec les personnalités diverses des passagers caricaturés par des animaux . Une histoire simple mais merveilleusement illustrée qui invite à s’ouvrir aux autres, à rire et à apprécier la joie des petits riens qui remplissent agréablement nos vies.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : De la Martinière jeunesse (4 janvier 2018)
  • Collection : ALBUMS

51V+-hmUaLL._SY310_BO1,204,203,200_.jpg