Les Hauts de Hurlevent (COLLECTOR) (11 avril 2018) de Emily Brontë

Depuis son arrivée chez les Earnshaw, qui l’ont adopté, Heathcliff, enfant abandonné, semble attirer le malheur sur la maisonnée. Hindley, l’aîné, l’a pris spontanément en grippe. Et tandis que l’orphelin s’est épris de sa sœur Catherine, celle-ci décide de quitter les Hauts de Hurlevent pour se marier, dans l’espoir qu’elle pourra soustraire le malheureux aux colères de son frère aîné…
Au comble du tourment, Heathcliff s’enfuit. Mais il reviendra accomplir sa vengeance et détruire ceux qui l’ont fait souffrir…
L’unique roman d’Emily Brontë, publié en 1847 sous pseudonyme, se présente comme la chronique d’un amour contrarié. Au climat passionnel qui ravage ses personnages, répondent les paysages de lande balayés par les vents, emblématiques de ce chef-d’œuvre de la littérature anglaise, « le plus beau roman d’amour de tous les temps » selon Georges Bataille.

Chronique : Ce roman n’est pas une histoire d’amour ; ce n’est pas une histoire de vengeance ; ce n’est pas un livre romantique. La «lecture sociale» veut en faire la revanche de l’orphelin opprimé sur la bourgeoisie rurale installée ; tel n’est, à l’évidence, pas le cas non plus…
Ce roman est un livre sur le mal.
C’est aussi un livre sur la contagion du mal, sa fascination, son emprise, sa puissance, ses dégâts…
On n’est guère étonné qu’Émilie Brontë ait été fille de pasteur. Son discernement non seulement psychologique mais « spirituel » est remarquable. D’où un roman sans faille, implacable et exhaustif.
Catherine et Heathcliff ne s’aiment pas d’amour; ce sont des âmes sœurs (« Il est plus moi-même que je ne le suis ») : l’ego de caprices (« ‘j’essaierai de briser leurs coeurs en brisant le mien… ») et l’ego de domination (« je le tiens mieux que ne me tenait son coquin de père, et je l’ai fait descendre plus bas »)…
Il est trop facile de mettre le comportement d’Heathcliff sur le compte d’une revanche alors qu’il est l’expression mécanique et implacable du mal qui réside en lui. Au demeurant, il est clair que sa démarche ne relève pas simplement d’une revanche ou d’une vengeance et ne se limite à l’évidence pas à l’être qui l’a délaissé (et qui en avait d’ailleurs parfaitement le droit). Elle ne commence pas non plus à partir de ce moment-là ; l’épisode des deux poulains est déjà parfaitement révélateur de la nature d’Heathcliff et ne ressortit en rien au choix postérieur de Catherine… S’en prendre aux enfants et pendre lentement la chienne d’Isabella ne s’inscrit pas simplement dans une démarche de vengeance ; c’est le choix du mal, l’engagement délibéré dans le libre cours d’une nature mauvaise.
C’est là la grande force de ce roman, son originalité aussi : loin de retracer seulement le scénario d’un amour déçu et de sa vengeance, il nous relate, dans une description psychologique non seulement fine mais presque imperceptible, et certes, principalement à l’occasion d’un amour déçu et de sa vengeance, l’essence mauvaise qui habite certains êtres.
Évidemment, nous préférerions le nier ou l’occulter ; il est plus confortable de s’abriter derrière le concept de Rousseau : l’homme est bon, c’est la société qui le déprave…
Emily Brontë, elle, ne concède rien à la facilité.
Heathcliff finira « habité», ayant, au bout du compte, fait, spirituellement, son entrée dans le monde du mal. Mais les enfants de l’ego et de la lâcheté, délivrés de l’emprise dudit Heathcliff, laisseront poindre l’Amour. Non l’amour passion, de l’ego, mais l’Amour don, de l’humilité, apprise par l’humiliation subie…
Ce livre est prenant et passionnant, c’est juste un chef-d’oeuvre…

Note : 10/10

 

  • Poche: 456 pages
  • Editeur : Archipoche; Édition : édition de luxe (11 avril 2018)
  • Collection : Classiques

9782377351367_1_75

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s