Une vie nouvelle (18 avril 2018) de David Gréa

« Je suis prêtre catholique. Mais je veux femme et enfant. Le pape François m’a dit : Entrez dans la patience de Dieu… ». Le père Gréa a choisi de consacrer sa vie à Dieu. Sa foi est profonde et inébranlable. Son ministère le rend heureux, mais il n’a jamais caché que le célibat le minait en tant qu’homme. Il éclaire l’histoire de ce célibat, qui n’est ni un point de foi ni un dogme religieux, mais une règle de discipline. Le mariage des prêtres : le dernier tabou.

Chronique :Une vie nouvelle est un récit où l’on en ressort ému, bouleversé par la souffrance  a enduré cet homme . Chaque page est un cri d’amour. Du cœur : de ne pouvoir aimer comme il aimerait aimer. Du corps bien sûr : de ne pouvoir se laisser aller. Il ne fait aucun cadeau à l’Eglise dont il dénonce l’hypocrisie à chaque mot. De « l’extérieur » on ne s’imagine pas l’acharnement dont elle fait preuve à l’égard de ceux qui ne sont pas dans la « norme » .  Curé emblématique, connu bien au-delà de son diocèse, David Gréa avait réussi en six ans, dans sa jeune paroisse de Lyon-Centre-Sainte-Blandine, à attirer des milliers de fidèles et à dépoussiérer l’image de l’Église. Son départ très médiatisé, annoncé en février 2017 sur le site de la paroisse, a surpris, choqué ou déçu des fidèles. D’autres l’ont soutenu. « Il y a quelque temps, j’ai commencé à construire une relation avec une femme avec laquelle je pense que Dieu m’appelle à vivre », écrivait-il alors dans sa lettre. Quand un homme semble ainsi rajeunir et nous le dit avec force au fil des pages, qu’il se lève et déclare, en dépit de toutes les embûches du chemin, de toutes les déceptions, voire de toutes les trahisons, son amour de la femme aimée tout autant que son inconditionnel attachement au Christ et à sa parole, on se sent vraiment comptable et nourri soi-même d’une tradition capable de donner encore, aujourd’hui, de tels fruits ! Même si les tenants de son orthodoxie ne sont guère prêts à les goûter ni même à les reconnaître. Mais cela ne fut-il pas l’expérience même de Jésus, telle que nous la rapportent les Evangiles ? C’est en artiste et en poète que David Gréa accueille ainsi le Verbe et voilà, en tous les cas, un itinéraire singulier et fécond qui nous rendent, ô combien présent, le mystère qui cherche à se révéler en chacun d’entre nous.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 290 pages
  • Editeur : Les Arènes (18 avril 2018)
  • Collection : AR.TEMOIGNAGE

51h0GwCFYOL._SX328_BO1,204,203,200_

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s