Les sorcières du Clan du Nord, 2: La Reine captive (29 mars 2018) de Irena Brignull

Certaines histoires d’amour ne s’oublient pas.Certaines amitiés résistent à la distance.Et certains ennemis ne meurent jamais. Alors qu’elle doit devenir reine des sorcières, Poppy s’est enfuie en Afrique, où elle est bientôt retenue prisonnière. L’amour de Leo pourra-t-il la libérer ? Sans blesser la douce Clarée, qui cherche sa voie dans sa nouvelle communauté ?Quand la réalité et la magie se mêlent, quand le passé rencontre le présent…Révélations, passion, dangers : retour au cœur d’une aventure fascinante.

Chronique : Irena Brignull a une très belle façon d’écrire, dans laquelle elle sait vraiment comment vous attirer dans l’histoire en tant que lecteur.  Vous êtes directement impliqué dans un grand secret, dont une seule personne est au courant, mais qui affecte beaucoup de gens. En tant que lecteur, on est heureux de le savoir , tandis que les personnages en apprennent peu à peu plus au cours de l’histoire. Cela ne rend pas l’histoire moins excitante, mais donne juste un petit peu plus. Dès que vous ferez connaissance avec Poppy et Ember. les deux sont si différents, mais partagent la même solitude. Vous voyez comment l’amitié s’épanouit dans la simplicité. Un vol d’une compagnie aérienne est plein de malentendus, l’autre aspire à une vie « normale ». Et l’un dans l’autre, ils trouvent la connaissance et l’expérience qu’ils désirent tant.  Et l’histoire d’une sorcière n’est bien sûr pas complète sans une sorcière maléfique. La sœur jalouse Raven, qui malgré le grand amour pour sa sœur, ne peut pas voir que Clarée aura juste celui qu’elle n’aura jamais. Pouvez-vous ajuster le destin en prétendant que quelque chose ne s’est jamais produit ? Pouvez-vous porter un secret sans que personne ne le découvre jamais, et ainsi mettre la prédiction sur leurs propres appareils ? L’amalgamation de la tradition et le cadre rural et fantastique dans lequel les sorcières ont élu domicile auraient pu facilement s’opposer à l’environnement urbain alternatif et à la voix. Les deux, cependant, ont été habilement tissés pour former deux perspectives alternantes et pourtant entrelacées, ce qui a créé un récit entièrement formé. Cependant, lorsqu’une perspective masculine supplémentaire a été ajoutée, le suspense et l’intrigue ont été portés à un autre niveau.  Un superbe roman.

Note : 9,5/10

 

 

  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (29 mars 2018)
  • Collection : ROMANS ADO ETRA

51GHMpmhxjL._SX342_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s