Bienvenue à Paradise Lodge (12 avril 2018) de Nina STIBBE

Été 1977 à Leicester, Angleterre.
Lizzie Vogel, 15 ans, ne fait jamais rien comme tout le monde. Pourquoi se compliquer la vie à sortir avec des garçons, se rebeller comme la bande de punks du collège ou faire du baby-sitting quand on peut… travailler à mi-temps dans une maison de retraite ? Lizzie est persuadée d’avoir trouvé la bonne planque à Paradise Lodge. Le job idéal pour renflouer les caisses sans être embêtée.

Chronique : Quiconque a déjà travaillé dans un foyer de soins infirmiers à presque n’importe quel titre reconnaîtra les qualités émotionnelles (et souvent humoristiques) merveilleusement dessinées de l’auteure Nina Stibble . En 1977, Lizzie, une protagoniste de 15 ans, qui accepte un emploi à Paradise Lodge, une maison de soins infirmiers vieillissante mais toujours bien aménagée avec une équipe d’infirmières et de jeunes soignants comme Lizzie – qui préfère de loin travailler avec les patients vieillissants et les infirmières fumeurs à la chaîne plutôt que d’aller à l’école. Lizzie apprend dès le premier jour qu’amener les patients à la salle de bain, ou ce que Paradise Lodge lui enseigne doit être appelé la  » zone de confort « , est une tâche ardue qui prend beaucoup de temps.  Mais Stibble, avec un humour doux et des descriptions poignantes des rencontres entre la jeune Lizzie et le personnel, raconte une histoire plus large, vraiment.  Ce qui surprend Lizzie encore et encore, c’est sa compréhension des personnes âgées, ce qu’elle apprend d’elles et la réalité que les personnes âgées ont beaucoup, beaucoup, beaucoup à enseigner.  Il n’est pas nécessaire d’être infirmière ou infirmière auxiliaire certifiée pour profiter de ce roman. Il suffit de reconnaître que la vie continue pour les jeunes et les vieux. C’est drôle d’aller de l’avant. Certains ne le sont pas. Mais cela résonnera parce qu’à la fin, nous emprunterons tous le chemin qui nous mène à un endroit où nous ne voulons peut-être pas être. Nina Stibbe est une écrivaine qui a une voix très authentique qui fonctionne incroyablement bien dans ce genre. Elle a le don de choisir les références culturelles qui pimentent ses livres, en se référant ici aux événements (la mort d’Elvis et Marc Bolan), à la mode (punk, teinture capillaire et shampoing) et aux médias (Starchy et Hutch) qui résonnent auprès de ses lecteurs. Personne ne pourrait décrire ce livre comme étant un livre profond et significatif, c’est une série de vignettes amusantes, mais il est écrit avec beaucoup d’enthousiasme et est parfois très drôle.

Note : 9,5/10

  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (12 avril 2018)
  • Langue : Français

51mkcNMzFxL._SX332_BO1,204,203,200_.jpg

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s