Enterrées vivantes (2 mai 2018) de Arno Strobel

Quand elle ouvre les yeux, rien. Le noir total. Si elle essaie de bouger, elle se cogne de tous côtés. Elle se sait prise au piège. Enfermée vivante dans une caisse en bois, d’où personne ne peut l’entendre crier. Elle se débat…

Chronique : Eva Rossmann a la trentaine et est une femme d’affaires prospère. Mais au lieu de vivre le glamour, elle mène une vie très retirée. En fait, elle n’a qu’un seul ami : Wiebke Pfeiffer. Il fait entièrement confiance à Eva et Wiebke est très inquiète pour son amie, car on ne peut guère la négliger. En fait, Eva souffre de terribles cauchemars dans lesquels elle se réveille constamment dans un cercueil – sans avoir la possibilité de se libérer. Sur le conseil de Wiebke, Eva est prête, parce qu’elle est complètement épuisée de voir un psychiatre, parce qu’en plus des cauchemars, elle a eu de plus en plus de défaillances dernièrement. Pendant cette interruption, elle manque de mémoire et revient à elle-même sans savoir comment elle est arrivée à cet endroit ou ce qu’elle vient de faire.

Pendant ce temps, une femme morte apparaît à Cologne, enterrée vivante dans un cercueil. L’agresseur joue avec les enquêteurs parce qu’il leur donne des indices sur l’endroit où se trouve la victime, mais les autorités n’ont pas réussi à sauver la victime vivante. Bernd Menkhoff et Jutta Reithöfer enquêtent sous haute pression, mais ce n’est que lorsqu’ils découvrent l’identité de la victime qu’ils parviennent à retrouver une première trace de l’auteur du crime. L’intrigue a été élaborée de manière passionnante et variée. Les chiffres sont multiples. Aux yeux du public, Eva est peut-être une femme d’expérience dans la trentaine, qui a une grande fortune et pas peu d’influence, mais le lecteur se rend vite compte que sa nature est plutôt incertaine et qu’elle est sur le point de s’effondrer à travers toute cette situation confuse avec ses cauchemars extrêmement réalistes. Le style d’écriture est très facile à saisir, de sorte que on ne  peux pas du tout s’éloigner du livre – On veux  juste savoir comment cela va se terminer.

Note : 9/10

 

  • Poche: 320 pages
  • Editeur : Archipoche (2 mai 2018)
  • Collection : Suspense

Electre_978-2-37735-153-4_9782377351534.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s