L’Île des absents (7 juin 2018) de Caroline ERIKSSON

Rester à la surface des souvenirs, ou tomber dans l’abîme. On l’appelle le Cauchemar. C’est un lac à l’eau noire et stagnante, quelque part en Suède, dont la légende raconte qu’il est maudit. Au milieu du Cauchemar, il y a un îlot. Sur cet îlot, Alex et la petite Smilla vont faire une promenade, tandis que Greta les attend dans la barque amarrée au rivage, puis s’endort.

Chronique : Ce livre est une balade sauvage et effrayante dans une longue salle remplie de folie en miroir. Greta est une jeune femme suédoise en vacances avec son beau mari et sa fille adorable. Ils font une courte promenade en bateau l’après-midi jusqu’à une île voisine. Puis Alex et la petite Smilla disparaissent par-dessus une colline et ne reviennent jamais. Greta retourne sur le continent et prévient la police, n’est-ce pas ? Non, elle retourne sur le continent pour récupérer son téléphone portable. Quand ses appels à Alex restent sans réponse, elle s’endort. Quand elle arrive enfin au poste de police, le résultat est choquant pour nous, mais exactement ce à quoi Greta s’attendait. Parce que la vie de Greta est remplie de mystères. Qu’y a-t-il de si fascinant chez les Scandinaves ? Avec la prédominance des cheveux blonds et des yeux bleus, un teint éclatant et une silhouette élancée et athlétique, ils ressemblent à des enfants de l’aube des temps. Certes, leurs pays d’origine sont froids et stériles, mais leur société est bien ordonnée et logique. Après avoir produit pendant des siècles certains des guerriers les plus redoutables de l’histoire de l’humanité, ils ont dénoncé la violence en faveur de la paix, de l’égalité et de l’équité. Mais la violence est difficile à éradiquer et il y en a beaucoup dans cette histoire. Il y a l’abus émotionnel négligent des conjoints sans foi, la brutalité insensée des adolescents en colère et les cruautés mesurées et délibérées d’un sadique charismatique. Et, comme toujours, la violence engendre la violence aussi sûrement que la nuit suit le jour. Les Scandinaves ont aussi fièrement promu l’égalité des sexes, mais l’égalité des chances en matière d’éducation et de formation professionnelle ne peut pas effacer la vulnérabilité fondamentale des femmes à la violence. Ce livre est donc en partie un examen des raisons pour lesquelles certaines femmes sont plus vulnérables que d’autres. La narratrice pendant la majeure partie du livre, Greta est une jeune femme dont les tragédies familiales l’ont laissée incertaine et soumise. Désespérée par l’affection qui lui a été refusée, elle est une cible facile. Mais qu’en est-il de sa « rivale » qui reprend le récit ? Nous n’apprenons jamais ce qui, dans sa vie, l’a amenée à accepter de devenir une prisonnière physique et émotionnelle. Est-ce que N’IMPORTE QUELLE femme peut être piégée dans une relation de violence ? S’agit-il simplement de rencontrer le bon sociopathe ? C’est aussi un livre sur la relation mère/fille, qui semble incassable, peu importe à quel point elle est rocheuse. La maternité (surtout celle d’une fille) rend une femme plus vulnérable à la violence, mais elle peut aussi lui donner le courage de faire ce qu’elle doit faire pour se libérer d’une relation violente. L’une des femmes de ce livre l’a fait et n’a pas de regrets. On est déterminé à se libérer et le sort de la troisième demeure incertain. L’auteur essaie d’entrer dans l’esprit d’une personne émotionnellement fragile. Greta porte les cicatrices des traumatismes de l’enfance et son instabilité a été accentuée par la manipulation intelligente de la personne qui contrôle maintenant sa vie. Il est impossible de démontrer des peurs et des obsessions irrationnelles SANS être trop dramatique.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (7 juin 2018)
  • Langue : Français

516UvZRVzrL._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s