Saint-Barthelemy – l’Intégrale (22 août 2018) de Pierre Boisserie et Eric Stalner

« Arrive un moment où la question de tuer au nom de Dieu ne se pose plus… Nous tuons, nous prions… et nous recommençons… »
Les guerres de Religion gangrènent la France dans sa totalité. Le fanatisme s’instille patiemment, incontrôlable, dévastateur, aveugle.

Chronique : A l’heure où certains s’approprient l’histoire de France en la mariant de force au catholicisme tandis que d’autres s’abritent derrière la notion de peuple tout aussi incertaine et démagogique que leur programme, cette intégrale est juste magnifique.
Boisserie et Stalner au scénario, Stalner au dessin et Florence Fantini pour la mise en couleurs réussissent largement cette saga.
Le récit est solide, le dessin n’est pas en reste, cette BD rend conte de cette journée incroyable et parfois confuse qui voit le massacre de 2500 protestants en 24 heures avec le déchaînement de violence inouï des parisiens, excités par le clan catholique (les Guise). L’atmosphère et la tension dramatique sont bien rendues. avec l’impressionnante documentation réunie par les deux complices afin de rester et de ressembler le plus fidèlement au contexte de l’époque. Le dessin, précis et expressif d’Eric Stalner est remarquablement bien servi par la mise en couleur de Florence Fantini, surtout dans les ambiances nocturnes. Cette période de barbarie et d’obscurantisme n’est pas sans écho avec la nôtre gangrenée par l’hégémonie des fanatismes et les massacres subséquents. Une très bonne  saga et si vous ne connaissez pas; plonger y avec bonheur.

Note : 9,5/10

91IR8b6gb2L.jpg

 

  • Editeur : Les Arènes (22 août 2018)
  • Collection : AR.HORS COLLECT

51Po0qIofaL._SX369_BO1,204,203,200_.jpg

 

Une histoire très en retard (30 août 2018) de Marianna Coppo

Il était une fois une page blanche… qui ne resta pas blanche très longtemps.
Elle est rapidement remplie par tout un ensemble de personnages colorés qui se demandent comment ils sont arrivés là. Pas de doute, ils doivent être dans un livre ! Et s’ils sont dans un livre, il n’y a plus qu’à attendre que l’histoire arrive.

Chronique : Magnifique album pour débuter cette année avec un rendu crayonné enfantin, soyeux et touchant où chacun est amené à être émerveillé par la poésie qui en anime les pages. La beauté de l’instant est ici inscrite en métaphore visuelle et le jeu des détails est à même d’éveiller notre imaginaire pour inventer de nombreuses autres histoires à partir de celle-ci.
L’histoire est a crée soit même ,c’est à la fois plus réaliste, plus moderne et la fantaisie prend le dessus avec les personnalités diverses qui attendent une histoire qui n’arrive pas. Une histoire simple mais merveilleusement illustrée qui invite à s’ouvrir aux autres, à rire et à apprécier la joie des petits riens qui remplissent agréablement nos vies.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 48 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (30 août 2018)
  • Collection : ALBUM JEUNESSE

51r7BYfgaoL._SX424_BO1,204,203,200_.jpg

 

Lison et la propreté (16 août 2018) de Andre Bouchard

Le moins que l’on puisse dire c’est que Lison a une vision très personnelle de la propreté, parfois inspirée de la vie des animaux. Nous ne serons donc pas surpris si Lison, à la manière des éléphants, se roule dans la poussière pour se laver!

Chronique : Tome quatre des récit de Lison. C’est en quinze petites scènes que l’auteur nous fait la leçon de la propreté  par Lison . Comme tous les enfants, elle a une imagination débordante. On y découvre, son ami et comment elle perçoit le propore mais nous allons également voir ses activités…  Qu’est-ce que l’on a aime suivre cette petite Lison. Dans certaines scènes l’auteur décrit vraiment ce que l’on vit quand on est adulte et que l’on voit les réactions des enfants et c’est super pour montrer aux enfants de leurs montrer une vision de leurs bêtises
Les illustrations sont parfaites, drôles et surtout très réalistes, ce livre est vraiment agréable à lire à vos enfants et il est adapté pour les tout petits. Les histoires sont courtes et c’est l’idéal pour les petits.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 64 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (16 août 2018)

51N3sVZ08OL._SY387_BO1,204,203,200_.jpg

 

Denis Fifty-fifty (16 août 2018) de Olivier Costes et Laurent Simon

Denis Fifty-Fifty a 6 ans et demi, et fait tout à moitié… sauf les bêtises ! Un album irrésistible qui joue sur les mots avec délectation.

Chronique :  Une histoire très innovante et très originale. Elle est écrite très simplement et les enfants vont trouver le concept très intéressant de l’idée de demi. C’est une belle façon de leur proposer de s’ intéresser au Monde d’une façon amusante.
Denis Fifty-Fifty est trés attachant et avec son chien il est complémentaire. Il n’y a pas de stéréotype, et ils sont rafraîchissants, le tout est accompagné de jolies illustrations agréables et colorées.

Note : 9,5/10

Bande son du livre :

 

  • Album: 40 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (16 août 2018)

51OYUeZR0oL._SX482_BO1,204,203,200_.jpg

 

La rentrée de Pinpin (16 août 2018) de Zhihong He

Qu’il est difficile de lâcher la main de sa maman pour aller à la crèche ou à l’école pour la première fois…
Dans cet album, toute la douceur et la tendresse de He Zhihong accompagnent le lecteur au fil des pages. Ainsi, l’inquiétude et l’appréhension laissent la place au plaisir de la découverte et à la joie de se faire des amis.

Chronique : Un très belle album pour la rentrée avec un beau format adapté au petite mains et où l’histoire de ce petit conte est ce petit pingouin qui à peur d’entrée en classe. Alors, ses camarades vont lui montrer comment avoir confiance en soi même et l’histoire  permet aux enfants de constater qu’en apprenant, on grandit et qu’ être nouveau et différant n’est pas si grave et que on peut s’aider entre tous.Une belle leçon d’humanité.

Note : 9,5/10

 

  • Album: 32 pages
  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : Seuil jeunesse (16 août 2018)
  • Collection : ALBUM JEUNESSE

31OHtvUsk9L._SX403_BO1,204,203,200_.jpg

 

Test Blu ray : Game Night de Jonathan Goldstein & John Francis Daley (22 aout 2018) avec Jason Bateman, Rachel McAdams

Pour pimenter leur vie de couple, Max et Annie animent un jeu une nuit par semaine. Cette fois ils comptent sur Brooks, le frère charismatique de Max, pour organiser une super soirée à thème autour du polar, avec vrais faux malfrats et agents fédéraux ! Brooks a même prévu de se faire enlever…. sauf qu’il reste introuvable.

Chronique : « Game Night » est une sacrée surprise où la folie des événements, l’absurdité des situations deviennent pour le spectateur des petits plaisirs très drôles, délicieusement croustillants et véritablement jouissifs ! Si parler de sac de nœuds, pourrait être le qualificatif à employer, c’est presque un euphémisme ici tant cette histoire part dans des directions et des dimensions incroyables et particulièrement d’étonnantes ! Et si le début se révèle gentil et un peu sage, c’est sans doute pour mieux nous surprendre quand la montée en puissance de ce jeu, va faire des ravages… Nos deux héros (Rachel McAdams et Jason Bateman, parfaits) et leurs amis tous très différents dans leur posture assez loufoque, forment une bande inénarrable, mais c’est sans compter sur ce voisin policier décidément sidérant dans sa prestation unique offerte par un extraordinaire Jesse Plemons ici ! Alors autant suivre ce jeu et ses pistes, fausses ou vraies, et le faire avec plaisir d’autant plus que sous nos yeux, les véritables joueurs se livrent à des compositions décalées et insensées en fonction du degré de leur perception des faits ! Ce qui devient souvent hilarant, et en même temps très inventif avec quelques trouvailles dont ces maquettes toujours suggestives, fort bienvenues et à point nommé, un peu à l’image de petits bricolages qui nous renvoient si justement à la conception et… au jeu ! Quant au générique de fin, autant ne pas le louper, il est dans la même veine et c’est donc une petite révélation à plusieurs degrés… Il fallait y arriver et grâce à Jonathan Goldstein et John Francis Daley, ça marche comme sur des roulettes…

Note : 9/10

game_night_jason_bateman

TEST Blu-ray :

Vidéo : Game Night est livré avec un transfert HD 1080p en format numérique et est présenté en format d’écran 2.40: 1. La palette de Game Night n’est pas claire et ensoleillée, mais se déroule plutôt la nuit avec beaucoup de lieux souterrains insalubres qui impliquent des couleurs fluo, qui semblent fortes dans chaque séquence. Les scènes se déroulant dans la maison de banlieue sont un peu assourdies par des murs aux tons de terre et un éclairage d’ambiance doux. Les couleurs primaires brillantes entrent en jeu principalement dans la séquence d’ouverture des pièces de jeux de société CGI tombant dans les airs, ce qui semble incroyable. Les néons lumineux dans les bars et autres lieux éclairent également l’écran. Passant aux détails de l’image, les gros plans affichent facilement des ombres, des rides et des imperfections de maquillage à cinq heures. La riche structure de la maison du frère de Max montre la brillance et les nuances des sols et des murs en pierre et en marbre avec des caractéristiques claires dans l’architecture. De plus, la grande scène CGI au début, avec toutes les pièces du jeu, présente toutes les textures des pièces en plastique, qui sont très réalistes. Les niveaux de noir sont authentiques et les tons de peau sont naturels. Aucune occurrence d’alias, de regroupement ou de tout autre artefact n’a été affichée sur cette présentation vidéo.

Audio : Game Night propose un mix DTS-HD MA 5.1 sans perte et est étonnamment turbulent dès le départ. Étant un film de comédie mélangé avec quelques sensations fortes, je ne pensais pas que ce mixage audio soit aussi fort eque ça, mais j’étais néanmoins satisfait. Les effets sonores viennent tous avec un grave bas qui ajoute un peu de profondeur à chaque coup de feu, à chaque moteur et à chaque coup de poing. Chacun de ces effets a une excellente directivité et est assez puissant, ce qui sert souvent à surprendre le public après de grands rires. Les bruits ambiants plus importants dans les maisons ou les bars bondés amènent toujours de la musique appropriée, des effets de table de billard ou d’autres personnes parlant aux enceintes surround à un bon volume. La séquence de poursuite culminante prend le pas sur les haut-parleurs, ce qui vous fera penser que vous écoutez un film de Michael Bay, qui n’est rien à redire ici. La partition électronique de Cliff Martinez ajoute toujours à l’ambiance palpitante et nostalgique des vieux jeux de société qui sont joués, ainsi qu’aux airs Queen qui apparaissent ici et là. Le dialogue est toujours propre et facile à suivre, et ne contient pas de bruit, de fissures, de sifflements et de sifflements.

Bonus :

  • Une soirée mémorable (HD, 4 min.) – Un court métrage promotionnel composé d’entretiens avec des acteurs et des membres de l’équipe parlant de la réalisation du film avec des images fixes. Tout trop bref, mais amusant.
  •   Bêtisier (HD. 7 minutes) – Une tonne d’indices manqués, de rires et bien plus encore.

 

 

  • Acteurs : Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler, Sharon Horgan, Billy Magnussen
  • Réalisateurs : Jonathan Goldstein, John Francis Daley
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (DTS-HD 5.1), Portugais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1), Espagnol (Dolby Digital 5.1)
  • Audio description : Anglais
  • Sous-titres : Danois, Portugais, Norvégien, Grec, Néerlandais, Français, Allemand, Suédois, Finnois, Espagnol
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais, Allemand, Italien
  • Région : Toutes les régions
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Warner Bros.
  • Date de sortie du DVD : 22 août 2018
  • Durée : 100 minutes

91F8nF9nHiL._SY445_.jpg

 

 

 

 

Test Blu-ray : Sherlock Gnomes ( 21 aout 2018) de John Stevenson avec Johnny Depp, Michael Gregorio

Savez-vous ce que font les nains de jardin quand nous avons le dos tourné ? Ils s’amusent et préparent l’arrivée du Printemps. Lorsqu’ils se mettent à disparaître mystérieusement un par un, il n’y en a qu’un qui peut voler à leur secours : SHERLOCK GNOMES. Le célèbre détective, fervent défenseur des nains de jardin, débarque avec son acolyte Watson pour mener l’enquête. Commence alors une nain-croyable aventure au cours de laquelle nos héros vont faire des nouvelles rencontres et découvrir la face cachée de leur ville !

Chronique : La qualité de l’image est douce et de très bonne facture; c’est propre. La scénario à rebondissements captive l’attention du spectateur contrairement à d’autres films d’animation plus lisses sur les bords. Pour la trame de l’histoire, l’aspect relationnel entre les protagonistes est beaucoup mis en avant. malgré peut-être des répliques assez classique, chaque moments compte : un geste furtif, l’instant d’un regard ou un non-dit engage de nouvelles perspectives émotionnelles qui guident le cheminement de l’aventure. Il y a de l’action, de l’émotion et des moments drôles aussi. Les chansons d’Elton John et de Mary J.Blige donnent un ton fort et dynamique à certains passages.  Une suite réussie du premier volet Gnomeo et Juliette . On prend plaisir à suivre ce sherlock de faïence et son acolyte dans les rues de Londres. Les graphismes sont excellents. Un bon moment pour toute la famille.

Note : 9/10

51zJMld3YyL._SX679_

TEST BLU RAY :

Vidéo : Sherlock Gnomes est livré avec un fantastique transfert HD 1080p. L’animation et les détails sont excellents avec des gnomes réalistes à chaque coin de rue. L’aspect vieilli de certains gnomes avec certaines de leurs fissures et peintures écaillées est incroyable, et le détail montre vraiment toutes les imperfections de ces objets animés. L’animation est également fluide et jamais agitée. Les textures d’arrière-plan et d’environnement sont splendides avec des détails dans l’écorce des arbres, dans les jardins de briques, tandis que la vie végétale semble dynamique et naturelle. Les couleurs sont vives et audacieuses en tout temps. Les couleurs primaires des gnomes, y compris les verts profonds, les rouges, les bleus et les jaunes, sont saisissantes, même dans les scènes de nuit. Les grandes séquences d’action ne sont jamais non plus pixellisées. Les niveaux de noir sont également profonds. Il n’y a pas de vrais problèmes avec cette présentation vidéo.

Audio : Cette version est livrée avec un mélange DTS-HD MA 7.1 tout aussi agréable à écouter. Les petits détails audio sont excellents et robustes à tout moment. Les bruits de la nature dans le jardin et les gnomes qui sillonnent tout semblent excellents et vivants. Le cliquetis, les bruits de pas, le vent et le bruissement des arbres ont tous un son dynamique qui crée une expérience immersive. Il y a le son des orages qui apporte assez bien la basse qui ne sonne jamais rocheuse, mais plutôt lisse avec la directionnalité des gouttes de pluie. D’autres gros effets sonores sont forts et peuvent être entendus facilement par les enceintes surround, ce qui signifie que les composants arrière retentiront assez souvent. La musique et la partition ajoutent toujours à la bêtise du film, que les enfants devraient apprécier. Le dialogue est toujours propre et clair, et ne présente aucun bruit, fissure ou sifflement. Ceci est une autre très bonne présentation audio de Paramount.

Bonus :

Gnome est où le cœur est (HD, 7 min.) – Les acteurs et l’équipage discutent des personnages, du décor et de la voix dans le film.

Toutes les routes mènent à Gnome: lieux de Londres dans Sherlock Gnomes (HD, 3 min.) – Une brève discussion sur la façon dont certains endroits de Londres ont fait leur entrée dans le film.

Gnome n’a pas été construit en un jour: la conception et l’art des gnomes de Sherlock (HD, 6 min.) – Une autre discussion avec des membres de l’équipe au sujet de la conception des personnages et des arrière-plans.

Miss Gnomer: Mary J. Blige et la musique de Sherlock Gnomes (HD, 4 min.) – Un peu sur la musique du film.

Plus fort que jamais, la vidéo musicale (HD, 4 min.) – La chanson du film contient des extraits du film.

Comment dessiner (HD, 18 min.) – Il y a 4 segments différents dans lesquels le créateur de personnage du film vous apprend à dessiner quatre des personnages principaux du film.

Animation des gnomes de Sherlock (HD, 2 min.) – Un aperçu très rapide du processus d’animation qui montre comment le film a été réalisé à partir d’illustrations manuelles et de CGI.

 

  • Réalisateurs : John Stevenson
  • Format : PAL
  • Audio : Néerlandais (Dolby Digital 5.1), Polonais (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Portugais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Français, Anglais, Néerlandais, Portugais, Polonais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 2.39:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Paramount Pictures
  • Date de sortie du DVD : 21 août 2018
  • Durée : 82 minutes

71Alg2YZL4L._SL1000_.jpg