La Coupure (13 septembre 2018) de Fiona BARTON

Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte d’un squelette de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n’y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer.
Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses.

Chronique : Avec un début très intrigant « La Coupure » de Fiona Barton est un de ces livres que vous ne pourrez pas écrire tant que votre curiosité n’aura pas été satisfaite.
C’est un excellent exemple d’un thriller psychologique à suspense et à combustion lente avec une fin que je n’ai pas vue venir et qui était complètement inattendue.
Bébé Alice Irving disparaît de son berceau de maternité à l’hôpital en 1970. Quarante-deux ans plus tard, le squelette d’un bébé est retrouvé par des ouvriers sur un chantier de la rue Howard. La mère d’Alice, Angela veut croire que c’est Alice ; Emma, qui était une adolescente résidant dans la rue Howard dans les années 80, craint qu’un long secret enfoui ne soit révélé et Kate Waters, une journaliste de journal accrochée au côté humain de la découverte des os, est déterminée à découvrir qui est le bébé en devenant amie avec Angela et Emma. De vieux souvenirs refont surface et peu de temps après, des secrets enfouis commencent à envahir et à détruire la vie des gens. Du point de vue des trois femmes, leurs histoires s’entremêlent parfaitement et elles se confondent harmonieusement dans une conclusion intrigante et émotionnelle.
J’ai adoré l’époque des années 70 et 80 qui est couverte dans l’histoire, étant exactement le même âge qu’Emma dans le livre au moment où il est réglé, j’ai vraiment senti une partie de l’histoire.
Tous les personnages principaux sont parfaits, sympathiques et réalistes, ils ont vraiment montré de vraies émotions et étaient le type de personnages auxquels on pouvait s’identifier et comprendre leurs sentiments.
J’aime le style d’écriture des auteurs, c’est facile à suivre, divertissant, ne traîne pas et vous oblige vraiment à continuer à lire.
Avec une excellente attention aux détails et en restant sensible au sujet délicat, c’est un livre fabuleusement exécuté que j’ai beaucoup aimé. Il y a aussi d’excellentes citations dans le récit.

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 480 pages
  • Editeur : Fleuve éditions (13 septembre 2018)
  • Langue : Français

51t38IEaXBL._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s