Dans la vallée (13 septembre 2018) de Hannah KENT

 » Certains êtres sont différents. Ils sont nés comme ça, sur le bord du monde. Ils savent voir ce que d’autres ne voient pas. Pour eux, les rivières ne coulent pas de la même façon.  » Le temps semble s’être arrêté dans ce village du sud de l’Irlande égaré dans la vallée et battu par la famine. Nóra Leahy a perdu son mari et sa fille et se retrouve seule avec son petit-fils de quatre ans, infirme. Pourtant, Nóra s’en souvient : quelques années plus tôt, Micheál marchait et commençait déjà à parler. Que lui est-il arrivé ? A-t-il été changé, remplacé pendant la nuit par les fées qui auraient posé une autre créature dans le berceau ?

Chronique :   Le livre s’ouvre sur la mort du mari de Nora, Martin. Nora doit maintenant s’occuper seule de son petit-fils, un enfant de quatre ans qui ne peut ni parler ni marcher, qui crie constamment la nuit et qui a du mal à se calmer. Affligée, Nora parvient à se convaincre qu’il n’est pas son vrai petit-fils mais plutôt un changeant, laissé à sa place par les fées. Elle fera tout pour récupérer son  » vrai  » petit-fils. Nance est un guérisseur mais on dit aussi qu’il connaît les voies des fées.

Nous sommes en 1825 en Irlande et la superstition et les anciennes coutumes sont encore très présentes, mais le prêtre local est en train de s’immiscer dans les croyances des villageois. Bientôt, ces deux systèmes de croyances s’affronteront et les choses ne seront plus jamais les mêmes. Atmosphère sombre, le sujet est sombre également, Kent tourne sa main vers un autre cas réel dans le passé, et le fait habilement. Ses descriptions, comme dans son premier livre, entraînent le lecteur dans cette période sombre et tragique. Le deuil peut prendre plusieurs tours et dans ce livre, celui qu’il prend est assez horrible et pas facile à lire. Pourtant, son écriture et sa prose sont une fois de plus remarquables, même si j’ai parfois eu l’impression que c’était un peu trop fait. J’ai aussi trouvé cela répétitif dans certains cas et j’ai parfois eu l’impression que cela entravait la narration et le rythme de l’histoire.

Il s’agit cependant d’un livre inoubliable, d’un livre percutant, difficile à oublier c’est un  livre qui traite du changement et des fées.

Note : 9/10

 

  • Broché: 480 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (13 septembre 2018)
  • Langue : Français

512QE1GMi8L._SX309_BO1,204,203,200_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s