Cavalier du dragon Tome 1 & 2 (18 octobre 2018) de Cornelia Funke

Les hommes menacent d’envahir leur vallée des dragons argentés.
Il faut fuir ! Mais où ? Une ancienne légende parle d’un lieu entouré de montagne… Long, le plus jeune de tous les dragons argentés, part à la recherche de cet endroit mythique, accompagné de Fleur de soufre et d’un jeune orphelin. Mais il devra d’abord affronter Ortimore, le terrible dragon doré.

Chronique : Voici une saga de dragon qui ne s’enfonce pas trop profondément dans l’histoire du dragon, préférant se tenir seul comme un conte d’aventure impliquant des dragons. La prémisse du livre est que le repaire d’un groupe de dragons est menacé et que l’un des leurs est le seul à vouloir et à pouvoir partir explorer le monde effrayant pour trouver un meilleur endroit où vivre pour son clan. Comme beaucoup de ces livres, lorsque le protagoniste sort des confins abrités de son monde d’incubateur de personnages, il apprend rapidement à quel point la vie réelle est difficile. Dans Cavalier du dragon, ce traumatisme est incarné par un dragon mécanique irrésistible, bien que pas complètement étoffé. La distribution des personnages comprend un jeune orphelin nommé Ben, qui devient le cavalier dragon homonyme. Cette histoire nous  rappelle un film d’enfance intitulé  » L’histoire sans fin « , et n’est qu’un bon conte à l’ancienne, qui réunit des elfes et bien d’autres. Le message de Funke au lecteur est que le bien domine toujours le mal et la suite est que Funke a ajouté des références au livre précédent de la série ainsi qu’à tous les personnages et espèces que l’on trouve dans le livre précédent. Les illustrations qui se sont enroulées sur les bords des pages sont également attrayantes  Comme quelqu’un qui se bat parfois pour recréer l’image de créatures fantastiques  c’est un cadeau de pouvoir voir le rendu de l’artiste de ce à quoi ressemblaient ces êtres fabuleux. Et il y avait des êtres fabuleux. Cette histoire inclut , dragons, griffons, centaures, trolls…  A travers l’amour de Funke pour ces êtres extraordinaires, nous voyons son amour pour les êtres non moins extraordinaires qui habitent la Terre avec nous (comme les singes, les singes et les oiseaux). Encore et encore, les pages ont laissé échapper une chaleur vers toutes les espèces. Si vous avez un enfant plus jeune qui veut lire ce livre, il aura certainement le cœur d’un écologiste à la fin. Parmi les autres leçons que Cornelia Funke enseigne tout au long mentionnons que l’argent ne remplace pas l’amour, que juger quelqu’un selon son espèce (ou sa peau) peut empêcher des amitiés extraordinaires, et que le travail acharné et la persévérance seront toujours la voie.Cette histoire fantaisiste a tant de choses à enseigner, même aux plus âgés des adultes. On recommande vivement ces livres aux lecteurs de tous âges, des classes moyennes aux tout-petits et aux octogénaires.

Note : 9,5/10

 

  • Tranche d’âges: 9 – 12 années
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (25 octobre 2018)
  • Collection : Grand format littérature

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s