Dark Web (06 février 2019) de Dean Koontz

Tels sont les derniers mots d’un homme que la vie semblait avoir comblé… mais qui y a mis fin. Brutalement.
Jane Hawk, inspectrice du FBI, refuse de croire que son mari se soit donné la mort par sa seule volonté. Pour elle, il y a une autre raison. D’autant qu’une vague inexpliquée de suicides frappe le pays.
Quitte à se mettre à dos sa hiérarchie – qui souhaite étouffer l’affaire -, Jane veut des réponses, quel qu’en soit le prix… Or, son enquête dérange. Ses ennemis de l’ombre détiennent un secret si terrifiant qu’ils sont prêts à tout pour l’éliminer.

Chronique : Jane Hawk est une femme en fuite. Elle pleure le suicide de son mari et fuit son passé ; elle court vers des réponses. Agent du FBI en permission, Jane est une protagoniste débrouillarde et intelligente qui soupçonne une conspiration : le taux de suicide aux États-Unis augmente de façon exponentielle, et chaque suicide est plus étrange que le précédent. Déclenchée par le suicide de son mari, ambitieux et couronné de succès, Jane décide de prendre des mesures et de résoudre ce mystère intrigant après beaucoup de recherches et de planification. Plus elle s’enfonce dans le terrier du lapin (et le terrier du lapin est assez profond !), plus elle rencontre d’adversaires ; les gens en position de pouvoir connaissent le nom de Jane Hawk et n’ont pas peur de l’empêcher de suivre son instinct. Ils veulent qu’elle soit réduite au silence, voire tuée.

J’ai lu beaucoup de Dean Koontz. C’est l’un de mes auteurs préférés, en fait ; bien que je n’aie pas peur d’être honnête quand je sens qu’il n’a pas fait beaucoup d’efforts ou qu’une histoire tombe à plat (ce qui est naturel pour tout écrivain qui a été dans le jeu aussi longtemps que lui), et Dark web n’est rien. En fait, je suis tenté de dire que c’est l’un de mes trois meilleurs romans de Koontz. C’est un auteur chevronné qui écrit au sommet de sa forme. Avec ce nouveau roman, Dean Koontz a écrit une histoire avec un élan vers l’avant plus intense que tout ce qu’il a publié  tout en conservant et en développant les complexités émotionnelles complexes et la croissance des personnages comme on l’a vu dans des romans récents. Le thème dominant et paranoïaque de la technologie qui a mal tourné (ou, du moins, d’être utilisée pour des plans diaboliques) rappelle beaucoup les albums de Koontz dans les années 70 et 80. Pourtant, ce livre parvient toujours à se débrouiller tout seul et est très pertinent dans la culture d’aujourd’hui.

Dark web est le premier d’une nouvelle série de Koontz mettant en vedette Jane Hawk, le personnage le plus délicieusement dur à cuire que j’ai lu depuis quelque temps. Je n’en avais jamais assez d’elle. Son charisme suinte des pages. Enivrante, pleine de suspense et parfois effrayante comme l’enfer, c’est l’œuvre d’un auteur qui aime clairement ce qu’il fait. La suite avec La chambre des murmures dont le lien avec ma chronique sur cette suite : https://culturevsnews.com/2019/02/06/la-chambre-des-murmures-6-fevrier-2019-de-dean-koontz/

 

  • Poche: 448 pages
  • Editeur : Archipoche (6 février 2019)
  • Collection : Suspense
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2377352367

51zBSmPkxVL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s