Les Révoltés d’Athènes de Mathilde Tournier | 18 avril 2019

Au 5ème siècle avant J.C., au bout d’une guerre interminable, la puissante flotte d’Athènes est réduite en cendres par l’armée de Sparte. Rescapé du massacre, le bel Héraclios, citoyen de vingt-deux ans, rentre chez lui, au Pirée, où l’attendrent sa mère et sa sœur Myrto. La cité est méconnaissable : vide, paralysée par la faim, le froid, et bientôt assiégée par les Spartiates. Pour survivre, défendre les siens et protéger la démocratie de la tyranie des Trente, Héraclios est prêt à tout.

Chronique : Ce roman court et intense a pour volonté de nous faire revivre une période agité de la grande cité grec et y parvient plutôt bien.
Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne faisait pas bon d’être un citoyen d’Athènes à cette époque. Entre les spartes qui rêvent de mettre à sac votre ville et les aristocrates de votre propre cité qui ne pensent qu’à leurs intérêts, le petit peuple à du souci à se faire pour tenter de survivre à ces temps agités.
L’auteur s’engage à nous faire revivre une période trouble qui s’étale sur sept ans, le tout en moins de trois cent pages. Forcément avec un tel parti pris certains aspects ne sont que survolés, la caractérisation des personnages auraient demandé à être un peu plus étoffé, les élipses temporelles sont nombreuses et parfois mal annoncées malgré le côté mémoires du récit.
Surtout il aurait été agréable que l’auteur detaille un peu plus le contexte politique qui a conduit Athènes à se retrouvé dans une telle situation, même si l’on arrive très bien à comprendre les enjeux de la situation, cela aurait pu être l’occasion d’enrichir le background de l’œuvre.
Cependant à l’heure des sagas historique ou fantastique interminable, dont les péripéties s’étalent sur des années de publication, il est bon de pouvoir savouré une histoire sans avoir à attendre la suite pendant une demi-décennie.
On peut ajouter que l’auteur s’y entend pour faire revivre une société grec disparu, que ce soit en nous faisant partager les vote lors de l’assemblé démocratique à l’agora ou en nous plongeant dans le quotidien difficile des habitants du Pirée.
Un récit qui plaira non seulement à tous les adolescents féru d’histoires mais aussi à tout ceux qui aiment suivre des destins extraordinaires.

Note 8,5/10
Chronique de Christophe C.

 

  • Broché: 240 pages
  • Editeur : Gallimard Jeunesse (18 avril 2019)
  • Collection : Scripto
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2075126186

51CVzNr+KYL._SX323_BO1,204,203,200_.jpg

 

La pire soirée de ta vie de Andy ROWSKI | 4 avril 2019

Un manoir, un passé sanglant, une soirée qui vire au cauchemar. Halloween, dans un manoir en pleine campagne. Tu es invité, avec toute ta bande de potes, à la soirée de l’année. Dans cette histoire, onze fins sont possibles. Pour survivre, sauras-tu faire les bons choix ?

Chronique : Vous souhaitez découvrir les mystères du manoir d’Amarante ? Pour ce faire, il faudra survivre aux terribles dangers du manoir d’Amarante. Une tâche périlleuse étant donné les terribles histoires qui planent sur cet endroit. Soyez prudent dans vos choix, même une banale chute pourrait bien sceller votre destin.
Andy Raconte, connue en tant que youtubeuse, signe ici un livre jeux prenant et difficile qui conviendra aux ados à la recherche de frissons.

Andy Rowski commence son livre  dans un style horrifique mais c’est cela la bonne idée, ne pas tomber dans le simple livre d’un youtuber ! Alors certes, on devines parfois quelques petites choses mais  cela n’est pas dérangeant. L’idéal serait de le lire dans une maison plongée dans le noir avec juste une bougie. Le lecteur va prendre plaisir à guider Sacha (ou a le faire lamentablement mourir sur des mauvais choix pour mieux recommencer au début…). Mais on rentre dans l’aventure, l’écriture est simple et efficace, on vit certains passages, on flippe, on stresse un peu, on râle aussi d’avoir fait de mauvais choix ! On est Sacha, littéralement…. On ressent ses émotions, on referme parfois le livre pour respirer un peu mais on y retourne sans pouvoir s’arrêter.

On ne  rentrera pas dans les détails de l’aventure pour ne rien  spoiler mais si vous aimez frissonner, devoir faire des choix, recommencer pour avoir toute les fins possibles et passer un super moment.

Note : 9,5/10

la-pire-soiree-de-ta-vie

Extrait :

2345678910

 

  • Broché: 336 pages
  • Editeur : 404 Editions (4 avril 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-13: 979-1032402627
  • ASIN: B07MJMCFSL

1.jpg

 

 

Eclosion de Ezekiel Boone | 4 avril 2018

Au coeur de la jungle péruvienne, une étrange et menaçante masse noire s’abat sur un groupe de touristes américains en excursion. Et les dévore vivants. Dans le Nord des Etats-Unis, un agent du FBI enquête sur le mystérieux crash de l’avion d’un milliardaire. Un peu partout dans le monde, des phénomènes anormaux et inexpliqués se produisent. Jusqu’à ce qu’une bombe nucléaire explose en Chine, transformant tout l’Ouest du pays en un vaste champ de ruines atomiques. Que contient ce colis en provenance d’Amérique du Sud, qu’une scientifique renommée, spécialiste des araignées, vient de recevoir ? Est-ce là, à l’intérieur de ce fossile qui semble lutter pour revenir à la vie après un sommeil de plusieurs milliers d’années, que se trouve la clef de l’énigme ? Roman choral et mondial, Eclosion tisse la toile d’une humanité aux prises avec une menace assoiffée de sang venue des profondeurs de l’histoire. Féroce comme ces nuées de bestioles noires qui ravagent la Terre, l’humour n’est jamais bien loin de l’hémoglobine dans ce thriller apocalyptique haletant – premier volet d’une trilogie puissamment addictive.

Chronique : Qu’est ce qui pourrait être pire qu’une apocalypse zombie ou un bon vieil hiver nucléaire ? Une apocalypse d’araignée bien sûr.

Pour tout arachnophobe comme moi ce livre est un rappel des pires angoisses jamais ressentie au cours de ma vie. Ces cauchemars à huit pattes grouillent sur toutes les pages du livre, armées de leur soie collante, de leurs sac d’œufs poisseux et de leurs mandibules assoiffés de chair humaine. L’aspect surréaliste de la menace décrite par l’auteur ne suffit pas à étancher le malaise que j’ai ressenti à la lecture du livre.

La structure de l’ouvrage est très inspiré par Word war z de mark brooks, on a donc droit à des chapitres courts se déroulant un peu partout sur le globe. L’idée n’a rien d’original mais reste efficace,tout du moins au début. L’auteur multiplie les chapitres introduisant différentes situations critiques, mettant en place des personnages et des histoires, que l’on ne retrouvera plus par la suite. L’intrigue se focalise très vite sur les U. S. A, certes avec des personnages réparties sur une grande partie du territoire mais aussi gigantesque soient-ils les U. S. A ne sont pas le monde entier. On aurait aimé revoir, ne serait-ce qu’au détour d’un court chapitre, cet ouvrier chinois qui parvient à s’échapper in extremis de la zone de quarantaine ou bien cette sismologue indienne accompagné de son collègue désinvolte. Sans parler de cette bergère afghane qui n’a droit qu’à un seul chapitre que l’on a du mal à relier à l’ensemble de l’œuvre.

Malgré ces soucis de structure la lecture reste agréable, il ne faut pas oublier que la volonté de l’auteur est de faire de son histoire une trilogie, il est donc possible que certains éléments obscurs soient éclaircies par la suite.

Les chapitres consacrés à Mélanie Guyer, ethnologue passionné par les araignées, sont les plus intéressants car comme tout bon arachnophobe ces créatures me fascinent autant qu’elles me terrifient.

Ce premier volume s’achève sur un point d’interrogation soyeux et poisseux quant à la suite l’histoire. Piquant suffisamment la curiosité du lecteur pour que celui-ci ait envie de se jeter sur la suite tout comme la nuée d’arachnide se jetant sur leurs pauvres victimes

Note : 7 /10

Chronique de Christophe C.

 

  • Broché: 368 pages
  • Editeur : Actes Sud Editions (4 avril 2018)
  • Collection : Exofictions
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330096674
  • CVT_Eclosion_8558.jpg

 

M. O. (Tome 1-La secte du Serpent): Modus operandi de Nathalie Cohen | 11 avril 2019

Rome, en l’an 54, sous le règne de Néron. De riches pères de famille, atteints d’un mal étrange, trouvent la mort le soir chez eux dans divers quartiers de la ville. L’homme qui se charge de l’enquête découvre petit à petit que ces disparitions sont l’œuvre concertée d’un mystérieux groupe de jeunes gens qui suivent toujours le même mode opératoire. L’enquêteur, Marcus Tiberius Alexander, est un vigile gradé des patrouilles dites « les yeux de Rome», chargées de circonscrire les incendies et la délinquance nocturne. Il est aux prises avec Lucius Cornelius Lupus, un jeune et ambitieux fils de sénateur, dévoré par la passion du jeu. Le premier, d’origine étrangère, met tout en œuvre pour resserrer l’étau sur le second, favorisé par son rang. Mais la vérité qu’il met au jour est terrifiante. Thriller antique, «La secte du Serpent» est le premier tome d’une série intitulée M.O. (Modus operandi).

Chronique :  Écrire un roman dont l’action se déroule dans l’Antiquité est une entreprise des plus ardues car en plus de narrer une histoire captivante, il faut créer des personnages intéressants et parvenir à rendre vivante une société disparue en tenant compte de ses us et coutumes, de sa structure politique et de tout un tas d’autres aspects qui rendent la création de telles œuvres périlleuses.
Nathalie Cohen connaît la Rome antique on s’en rend compte assez vite à la lecture du roman malheureusement c’est aussi la seule chose qu’elle connaît. Tout le reste de l’ouvrage est une déception.
Commençons tout de suite par le plus gros problème du récit : le langage employé par L’auteure pour faire s’exprimer ses personnages. Elle place dans leurs bouches des mots tels que “fric”, “ouste”, “perché”, “tchao”, l’expression “ça urge” (que plus personne ne dit depuis 1998 au moins) et la liste est loin d’être exhaustive.
Outre que ses mots n’ont rien à faire dans un récit se situant dans l’Antiquité, ils font ressortir la pauvreté des dialogues et sont du même effet que des ongles sur un tableau noir.
L’intrigue étant traité de manière sérieuse il ne s’agit donc pas d’un effet comique voulu, en tant que lecteur l’on est en droit de se demander si l’éditeur a vraiment relu les épreuves avant des envoyés à l’imprimerie.
À côté de ça, l’intrigue ne fait rien pour relever le niveau. Les personnages aussi bien secondaires que les principaux sont creux et fades.
Le personnage principal est coulé dans un moule bien connu, celui de l’idéaliste un peu naïf mais déterminé. Sauf que le tout est mal caractérisé et bancal. Pas un seul instant on se prend d’affection pour cet enquêteur malhabile. Même la grande révélation à la fin de l’ouvrage ne parvient pas a créé de l’empathie envers lui.
La résolution de l’enquête se voit venir de loin, genres dès les premières pages. Les retournements de situation sont mal amené et surtout prévisible.
La société romaine antique est plutôt bien décrite dans son organisation sociale et politique. La ville de Rome bénéficie d’une très bonne transcription de sa géographie et de son architecture mais tout ça est très scolaire et se trouve être dépourvu d’âme.
Le livre est un naufrage littéraire et éditorial que pas un seul aspect ne parvient à sauver.
Note 3/20 (parce que l’histoire a quand même un début, un milieu et une fin)

Extrait des problèmes du récit:

 

Chronique de Christophe C.

 

  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Denoël (11 avril 2019)
  • Collection : Hors collection – Thrillers
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2207143325

4127IzzWkwL._SX303_BO1,204,203,200_.jpg

 

 

Comment on fait les bébés ? de Isabelle Jameson et Maud Legrand | 7 mars 2019

Un jeune garçon dessinant tranquillement dans le salon pose LA grande question à ses parents : comment on fait les bébés ? Quoi répondre ?
Jamais ses pauvres parents n’auraient cru que cette question allait venir si rapidement. Vont-ils dire la vérité ou y aller avec l’un des grands mythes ?

Chronique : Coup de cœur , ce livre humoristique explique toutes les étapes clairement en étant bien adapté à l’univers d’un enfant. Certaines pages vont  amusée  les enfants. Au début, il explique surtout d’où viennent les bébés mais finalement, on comprend rapidement grâce à une superbe chute qui donne tout le sens au récit.

Note : 10/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : 400 Coups jeunesse (7 mars 2019)
  • Collection : Grimace
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2895407827

41fl-xHkmTL._SX486_BO1,204,203,200_.jpg

 

Albert l’artiste de Joaquin Camp | 7 mars 2019

Albert est un chien, mais il est surtout un artiste.
Il adore se promener pour trouver l’inspiration. Lorsqu’il revient dans son studio, il peut créer sans limites.

Chronique : Albert est un chien qui ce voit artiste dans ses bêtise du quotidien. Joaquin Camp utilise habilement une situation comique pour présenter aux jeunes lecteurs les questions d’identité de genre. Les illustrations simples parodient avec enjouement la variété des expressions animales et des bouffonneries. Ce livre est une histoire fantaisiste d’amour et d’acceptation.

Note : 9,5/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : 400 Coups jeunesse (7 mars 2019)
  • Collection : Grimace
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2895408459

41YWkxIoX0L._SY498_BO1,204,203,200_.jpg

 

Un habit pour Oscar de Charles Le prevost et Camille Pomerlo | 28 mars 2019

Quand Oscar perd son drap en jouant à cache-cache avec Francis, c’est toute une aventure qui commence.

Chronique : Voici Oscar qui à perdu son habit, un petit fantôme tout mignon avec un  dessin une mise en couleur parfaites, très esthétiques. Le découpage est lui aussi d’une grande qualité et donne un rythme au récit qui n’est ni trop lent ni trop rapide et nous offre une belle leçon de vie et de rigolade.

Note : 9,5/10

 

  • Tranche d’âges: 6 – 8 années
  • Editeur : 400 Coups jeunesse (28 mars 2019)
  • Collection : Mes premiers coups
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2895408270

51gojNJB6aL._SY498_BO1,204,203,200_.jpg