Les puissants – Libres – Tome 3 de Vic James | 11 avril 2019

Meurtrie, trahie, choquée, Abi a rejoint les rangs de la rébellion. Mais peut-elle encore croire à la paix ? Et si la violence était la seule arme à opposer à la tyrannie ?
Évadé de prison, Luke n’a pas d’autre choix que de s’allier à son ennemi, le mystérieux Silyen Jardine. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Chronique :  Libres met un terme à la trilogie Les puissants . Cette série a tenu presque toutes les promesses qu’elle avait faites à l’époque, ce qui en a fait une expérience extrêmement satisfaisante pour ce lecteur.

Nous sommes de retour avec tous les mêmes personnages, (enfin, ceux qui sont encore en vie), et reprenons leurs drames individuels dans une Londres agitée, dominée par Equals. Dans cette série, Equals naissent avec des pouvoirs spéciaux, voire magiques, qui leur permettent de contrôler toutes sortes de matériaux et d’énergies. En tant que tel, ce monde que Vic James a créé permet à ceux qui sont riches en ces pouvoirs de contrôler et d’asservir ceux qui ne le sont pas. Le pouvoir absolu corrompt absolument, et tout ça.

Mais ce que James a si habilement fait (Skill étant le nom donné à ces « pouvoirs »), c’est qu’elle est tissée dans un commentaire politique qui est étrangement en phase avec les événements d’aujourd’hui dans le monde réel. Classes dirigeantes et/ou lutte des classes ? Vérifier. Des partis politiques qui complotent et planifient de garder le silence et de travailler avec leur nez à l’ouvrage pour les personnes non qualifiées ? Vérifier. Ceux qui sont riches en Compétences, (ou dans notre monde, les billets de banque), gagnent facilement plus de richesses, tout en tenant leurs pieds à la gorge de ceux qui ne sont pas si bénis ? Vérifier. Utiliser la peur pour faire peur aux masses et ne pas trop s’intéresser à ce qui se passe VRAIMENT ? Vérifier.

« La peur était le super pouvoir qu’ils possédaient tous. Et contrairement aux monstres de la Saint-Jean, il n’y avait pas de limite au nombre de personnes qu’ils pouvaient contrôler avec lui. »

Ce que Vic James a fait ici et de façon opportune (je vous regarde, écrivains de fantaisie célèbres dont la série n’est pas terminée – vous savez qui vous êtes), c’est de livrer une trilogie qui a quelque chose pour chacun. Même si c’est classé dans la catégorie YA, je me méfierais de le recommander à la foule des super jeunes YA, car beaucoup de points politiques leur passeraient par-dessus la tête (et peut-être les ennuieraient), mais aussi parce qu’il y a des thèmes extrêmement sombres et des scènes violentes. Cela dit, je recommanderais cette trilogie à tous les autres, surtout aux amateurs de fantasmes noirs et d’horreur.

Mon seul problème avec ce dernier livre, c’est que tout semble s’être terminé assez rapidement – le dénouement est venu vite et furieusement, et il m’a semblé qu’un coup dur ou une découverte après l’autre – un style de feu rapide. Non pas que je me plaigne, mais je crois que je voulais savourer un peu plus les événements.

Vic James a prouvé qu’elle était une auteure à surveiller et je sais que je surveillerai de près tout ce qu’elle publiera. Si elle peut me faire lire et apprécier une trilogie complète de YA, qui sait de quoi d’autre elle pourrait être capable ? J’ai hâte de le savoir !

En attendant, je recommande vivement ce livre et toute la trilogie.

Note : 9/10

 

  • Broché: 512 pages
  • Editeur : Nathan (11 avril 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT DIVERS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2092570420

41AyLMPeNlL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s