Des rêves infinis de Karen Thompson Walker | 9 mai 2019

Dans une petite ville universitaire de Californie du Sud, la vie des habitants est soudain transformée par un mystérieux phénomène que personne ne peut expliquer ni contrôler. La population sombre dans un profond sommeil d’où nul n’arrive à sortir. Et pendant ce temps, tous rêvent… Les personnages s’entrecroisent. Mei, la première confrontée à ce mal, découvre sa colocataire endormie, et la fait hospitaliser. Sarah et Libby, deux jeunes soeurs partageant la vie de leur père atteint de catastrophisme, vont en son absence apprendre à faire face à la réalité. Ben et Annie, enseignants venus de Brooklyn avec leur bébé, tentent d’échapper à la menace en franchissant le cordon sanitaire imposé par la police. En vain. Ce récit à la puissance romanesque captivante emporte le lecteur dans un univers où se mêlent le rêve et la réalité, comme dans la célèbre comédie de Shakespeare, Le Songe d’une nuit d’été.

Chronique : Ce style narratif ! Dès le premier paragraphe, j’ai su que j’allais être ainsi entraîné dans cette histoire, quelle qu’elle soit, par l’écriture. Il y a quelque chose là-dedans, la façon dont Karen Thompson Walker raconte cette histoire. C’est un récit à la troisième personne et je me sentais à l’écart comme si je regardais ça sur film ou sur scène, mais en même temps, il y a une intimité qui permet au lecteur d’avoir un lien avec ces personnages, leurs peurs, leur solitude, leur passé, et leurs rêves de ce profond sommeil. Bien que cela m’ait semblé très visuel, je n’ai pas trouvé le langage trop descriptif. C’était clair, concis et beau.

Dans une petite ville de Santa Lora, en Californie, la maladie du sommeil, causée par un virus, frappe d’abord une résidence universitaire. Un par un, ils sont emmenés à l’hôpital, jusqu’à ce que des médecins et des infirmières tombent dans ce sommeil, et l’hôpital ainsi que le dortoir sont mis en quarantaine, puis la bibliothèque où les patients débordés sont emmenés et le gymnase où les étudiants du dortoir touché sont emmenés. C’est un sentiment étrange car Santa Lora est placée en quarantaine – personne n’entre ou ne sort. Nous voyons la crise à travers la vie d’un assez grand nombre de personnages qui ne sont pas dépeints comme de simples statistiques, mais comme de vraies personnes que nous connaissons ou que nous pourrions être. Rebecca, la deuxième victime est allongée à l’hôpital et nous apprenons quelque chose sur elle qu’elle ne peut pas savoir dans son état de sommeil avant que les rêves ne lui viennent. Mei, une étudiante solitaire de première année d’université pour qui la crise permet de nouer des liens. Sara et Libby, des filles de onze et douze ans, qui sont obligées de prendre soin d’elles-mêmes. Anne et Ben et leur fille nouveau-née, s’adapter à leur rôle de parent et faire face à la crise. Ce sont là quelques-uns des personnages que j’ai appris à connaître et dont je me soucie avec d’autres, alors que le récit alterne entre leurs points de vue, se chevauchant parfois lorsqu’ils se connectent les uns aux autres.

Une lecture apocalyptique plutôt calme (enfin, ils dorment et rêvent n’est-ce pas:-) et j’ai aimé ça. La façon dont il est écrit, calme, pas beaucoup de grande action dramatique qui est souvent vu dans les romans dystopiques, c’est un rapport calme mais aussi émotionnel d’un drame qui se déroule en Californie sur un campus étudiant. Tout à coup, les élèves s’endorment et ne se réveillent pas. C’est comme un virus qui se propage. Notre expérience dans ce monde est personnelle et différente pour tous, mais ce sont des romans  qui nous font nous sentir plus connectés à l’expérience humaine. Quand de mauvaises choses arrivent, nous essayons tous de chercher des réponses, mais en fin de compte, les réponses se trouvent en nous-mêmes et dans les gens qui nous entourent, pas nécessairement dans le monde chaotique et imprévisible dans lequel nous vivons.

Note : 9/10

 

  • Broché: 380 pages
  • Editeur : JC Lattès (9 mai 2019)
  • Collection : Littérature étrangère
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2709661942

51Sscw3w9vL._SX312_BO1,204,203,200_.jpg

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s