Délius, une chanson d’été de Sabrina Calvo | 22 août 2019

XIXe siècle. Un poète assassin sème la terreur autour du monde, ses victimes sacrifiées aux cours d’horribles rituels floraux. Sur ses traces, Bertrand Lacejambe, un botaniste excentrique et son fidèle Fenby, elficologue amateur. Aux portes de la folie et de la magie, ils vont devoir braver les dangers de Féerie pour dévoiler la terrible menace que fait peser le Diadème sur nos rêves.
Délius, une chanson d’été nous plonge dans une fantasy victorienne étourdissante, dans un univers merveilleux et effroyable, au cœur d’une enquête délirante sur un ton souvent décalé.

Chronique : Tout d’abord bravo pour ce sublime couverture qui donne un grand plus à cette ouvrage qui apporte de la poésie au beau milieu d’une enquête criminelle sordide telle est le défi que s’est imposé Sabrina Calvo, L’auteure de Délius une chanson d’été. Et de poésie il sera question dans cet ouvrage ainsi que de fantastique, de meurtre, de rêves sans oublier une touche d’humour, le tout enveloppé d’une atmosphère victorienne réjouissante qui imprègne tout le récit. À tel point que même si l’intrigue se déroule sur plusieurs continents on a toujours l’impression d’évoluer dans les rues de Londres plongées dans le brouillard. C’est une qualité tant l’auteure arrive à transcender le ton de son récit pour approfondir son œuvre.Il nous reste  un récit qui emprunte beaucoup au charme britannique. Il n’y qu’à lire les dialogues entre Lacejambe et son faisait valoir Femby qui rappelleront aux initiés les échanges entre un autre détective célèbre et un certain docteur Watson. L’auteure pousse le vice jusqu’à introduire le personnage de sir Arthur Conan Doyle dans quelques scènes somme toute superflues. La plume de L’auteure dégage une puissance onirique assez rare capable de nous faire passer de l’entretien avec un suspect à une course-poursuite dans un endroit des plus surprenants. Quelques lignes suffisent pour que l’univers empreint de fantastique et d’onirisme prend corps. Il est regrettable toutefois de remarquer que l’auteure n’a pu s’empêcher d’inclure des chapitres consacrés à l’assassin. ce sera le seul point négatif  mais il s’agit là d’une pratique récurrente dans les récits policiers. Tout l’ouvrage est un savant mélange d’enquête policière, de dialogues truculents, de magie débridé le tout saupoudré d’un charme anglo-saxon. Cela apporte parfois une certaine poésie et force  dans le récit. Quiconque se lancera dans cette aventure plongera dans un récit captivant, qui n’a rien à envier aux meilleures séries de fantasy.

Note : 8,5/10

 

  • Broché: 291 pages
  • Editeur : MNEMOS (22 août 2019)
  • Collection : ICARES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354087403

51vcHHskTQL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s