La Reine des mers de Linnea HARTSUYKER | 3 octobre 20

Ragnvald de Møre règne désormais sur le comté de Sogn. Les batailles menées au nom du roi Harald de Norvège l’éloignent cependant la plupart du temps de ses terres, ce dont profitent certains de ses proches pour tenter d’affaiblir son pouvoir. Svanhild, sa soeur, mène quant à elle la vie aventureuse dont elle rêvait aux côtés de Solvi, ennemi juré de Ragnvald. Mais cette liberté à un prix. L’ambition sans limites de Solvi le pousse en effet à reprendre la mer, au détriment de la santé de leur fils. Et tandis que la rébellion gronde face au projet du roi Harald d’unifier le pays, Ragnvald conçoit un plan pour en finir avec leurs opposants et ramener Svanhild à ses côtés…

Chronique : La trilogie viking a été comparée a Game of Thrones, ce qui, d’une certaine manière, est compréhensible. Les deux se composent d’une série de pages assemblées de fibres de bois moulues reliées par de lourdes couvertures et des dos. Les deux sont de dimensions rectangulaires et portables. Et tous deux sont des broyeurs d’araignées de première qualité si vous tombez sur un arachnide particulièrement agressif qui se précipite sur le sol de la cuisine. D’un autre côté, c’est injuste. Game of Thrones est une série si bien établie et si populaire que ces comparaisons peuvent mener à la déception, à la frustration et même à des furoncles.

La Reine des mers est le deuxième livre ici et il se déplace aussi vite (avec les mêmes frissons, frissons, et chaos norvégien) que le premier. L’auteure Linnea Hartsuyker donne vie aux personnages avec une telle vivacité que l’on peut pratiquement sentir les harengs marinés et entendre les cris d’agonie des membres et des phalanges des pioches de combat. Notre héros Ragnvald fait la guerre au roi Harald alors que sa sœur, Svanhild, navigue sur une mer agitée avec son plus grand ennemi, Solvi Hunthiofsson. Mais ces situations sont appelées à changer. Comme tout lecteur éduqué de Hägar l’Horrible le sait, les Vikings sont un peuple fier et ils ont facilement le nez hors de l’ordinaire. Cela signifie qu’avant que vous puissiez crier : « Valhalla, j’arrive ! » il y aura beaucoup de trahisons, de trahisons, de doubles-croix et de trahisons sans fausseté. L’intrigue est plus pointue que les points effilés au sommet d’un casque à cornes et les pages passent plus vite qu’Adrian Peterson en chargeant vers la zone d’en-but au U.S. Bank Stadium dans le centre de Minneapolis. La Reine des mers est une digne suite d’une belle série que même Odin, chef des Asgards, donnerait deux fois le pouce en l’air.

Note : 9 /10

Lien achat : https://amzn.to/2IvJO6M

  • Broché : 592 pages
  • Editeur : Presses de la Cité (3 octobre 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2258143349

517HUSFF-iL._SX310_BO1,204,203,200_.jpg

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s