L’interview de Jacques Olivier Bosco pour la sortie de « Laisse le monde Tomber »

20140827_1_3_1_1_1_obj7091582_1.jpeg

Avec la parution du nouveau livre de Jacques Olivier Bosco  » Laisse le Monde Tomber « aux Éditions French Pulp voici une interview en 14 points avec un auteur hors norme.

Achat du livre : https://amzn.to/33ASUao

Chronique sur le site : https://culturevsnews.com/2019/10/17/laisse-le-monde-tomber-de-jacques-olivier-bosco/

  • Pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours ?

J’ai un travail, une famille et une passion pour l’écriture, raconter des histoires. J’aime cuisiner, et est-ce que je noue des contacts facilement si je me retrouve seul dans une soirée ? Je ne sais pas, cela dépend, j’ai toujours du mal avec cette question. Mais à vous, je peux le dire, je me lie plus facilement avec mes personnages inventés (c’est triste, je sais)

  • Comment vous est venue l’envie d’écrire ? À quelle période ?

J’ai commencé en faisant des dessins à deux ou trois ans ( comme tout le monde en fait ), et puis cela s’est transformé en BD ( très naïves), des nouvelles, des poèmes ( période préado), et encore des nouvelles ( des tas) et puis des scénarios (j’ai eu la chance de travailler un peu dans le cinéma), que j’ai transformé en roman par la suite.

  • Quelles étaient vos lectures de votre enfance ?

Presque toutes les BD des bibliothèques que je fréquentais, puis j’ai sauté le Club des cinq pour aller direct aux Six compagnons, puis les Signes de pistes, tous les Conan Doyles, quelques Agatha Christie, et la littérature sont venue avec Jack London (tous, tous, tous, quels moments d’évasion et d’émotion !). Plus tard, Fante m’a beaucoup impressionné par son énergie et sa mélancolie, encore plus Bukowski, plus crue et violente, puis Djian, Ravalec, et les Son et Rivages de toutes époques (beaucoup, beaucoup de Son et de Rivages)

  • Quel est votre ‘modus operandi’ d’écriture ?

Je travaille l’histoire, l’imaginaire, pendant des siestes, ou lorsque je conduis ou que je m’isole dans le bruit d’un bar, le silence d’après minuit ou dans la musique, puis je n’écris que le matin, au calme, deux à trois pages par jour, et encore, cinq ou six jours par mois, vers la fin du roman, beaucoup plus.

  1. Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez vous évoluer vos personnages ?)

J’ai un plan, évidemment, j’ai fait une conférence une fois avec Karine Giebel, elle fait l’inverse. J’ai essayé de faire évoluer mes personnages tout seul, mais je n’ai pas la même force d’imagination qu’elle. Alors je scénarise les grandes lignes, les histoires dans les histoires, tous mes romans ont de multiples histoires, des personnages fouillés, même pour quelques paragraphes, j’essaie de densifier mes histoires, je veux dire, qu’elles soient très travaillées ( à part Loupo qui est assez linéaire). C’est une question de respect pour le lecteur, et pour moi, je m’ennuie vite en écrivant, comme en lecture.

9782221190760_1_75.jpg

  • Quelle est la genèse de votre dernier roman « Laisse le monde tomber»?
Ce roman est un peu spécial, il y a eu trois ou quatre versions, la toute première s’appelait « Nuit Noire », c’était une histoire de gamins braqueurs, puis je l’ai transformé une première fois, le titre est devenu « Tombe la nuit », j’étais sur un huis-clos familial, l’histoire d’un homme qui bat sa femme et ses enfants, avec une enquête criminelle sur un tueur et violeur de jeunes femmes dans une cité, il s’agissait du même personnage, un monstre, le mal incarné, il créait une tension terrible autour de lui, abusant de sa propre nièce, suivant des adolescentes pour les agresser et les tuer. Ce sont ses enfants, au final, qui décidaient de le tuer. Mais l’histoire était vraiment très – trop sombre J. Par contre, dans les deux cas, cela se passait dans une cité de banlieue, et il y avait cette atmosphère glauque et dure. J’avais surtout toute une série de personnages, de jeunes, de flics, de vieux que j’avais du mal à laisser tomber. J’ai décidé de tout reprendre à zéro en contrebalançant le côté misérable et glauque par une intrigue ultradynamique et violente, en rajoutant quelque chose de fantastique, ce qui permettait de colorer un peu cet univers déprimant par des touches gothiques. Au total, il a fallu presque six ou sept ans avant que laisse le monde tombé (même le titre a changé une dizaine de fois) ne soit quelque chose de concret et d’intègre.

  • Il y a-t-il des personnages dont vous vous êtes inspiré ?

On a toutes les mêmes idées en même temps, malheureusement. Lorsque j’ai écrit le Cramé (un gangster qui se fait passer pour un flic dans un commissariat), la série Banshee sortait quelques semaines plus tard. J’ai des héros d’enfance qui vont des Strange aux mousquetaires, et à des tas de films que j’ai vus, beaucoup de westerns. Mais c’est l’inconscient qui agit, et le plaisir. Lise – Brutale – Lartéguy était un peu inspiré de Kill Bill, c’est ensuite que j’ai remarqué la ressemblance avec Lisbeth Salender (déjà le prénom), je m’en suis amusé dans Coupable en transformant le prénom de Lise en Lisbeth. Ensuite, des lectrices m’ont parlé de Meurtres pour rédemption, du coup, j’ai voulu lire le livre J. En Fais, au départ il s’agissait du prénom de ma fille Lise, il y a aussi celui de sa sœur Camille, je voulais en faire des héroïnes. Pour mon dernier livre, Jef est inspiré, cette fois exprès, de Chet, le héros du livre Rue Barbare (moins Giraudeau), pour les autres personnages, j’utilise beaucoup la physionomie mouvante et de caractère de personnes que j’ai connues ou fréquentées. Un de mes cadres peut devenir Capitaine de Police, tout comme un collègue, ou la vendeuse de la boulangerie, une fille flic, un témoin, ou, pourquoi pas, une victime (j’ai fait des misères à des collègues et des amis J)

  • D’où vous venez cette vision de la banlieue ? et cette envie d’écrire dessus

La banlieue j’y ai vécu, je dirais même, en double. On vivait dans une cité dans les années soixante-dix, lorsque j’étais enfant, et mes grands-parents habitaient une autre, encore plus grande, la Grande Borne à Grigny, chez qui nous allions passer les vacances, et les weekends, parce que mon père bossait, et que ma mère était partie suite à leur divorce. Cela m’a énormément marqué, je souffrais du divorce, je crois, j’ai même fugué, un soir jusqu’à tard la nuit ( j’avais huit ou neuf ans), et je me souviens d’avoir marché, marché, pour essayer de sortir de cette banlieue, de ces cités, mais cela se répétait, la petite cabane dans la campagne n’apparaissait pas, il n’y avait que des halls d’immeubles, des routes éclairées de lampadaires jaunes, du types solitaires qui faisaient peur, et aussi, beaucoup à cette époque, ces bars de banlieue emplient de mecs qui fumaient et ne souriaient jamais. Dans la journée, on s’emmerdait, et donc, on faisait des conneries ; on se battait entre nous, ou bien on se faisait battre par d’autres, il fallait se planquer des fois, je me suis fais racketter aussi ( je devais être poissard) il y avait une ambiance assez violente, et puis, le problème des cités, c’est qu’on laisse les gamins rester tard en bas des immeubles, c’est à la fois sécurisant, et pour les gosses, l’envie de toucher à la soirée qui vient, et a la nuit derrière, de plus en plus tentant. J’ai retrouvé ces ambiances avec l’humanité fissurée et la rage exacerbée dans les chansons de NTM, des années plus tard. J’ai toujours voulu écrire dessus, un roman noir, pour faire ressortir mes anciennes sensations et émotions, et puis, l’univers de Rue barbare m’y a replongé, je voulais lire ce livre depuis longtemps, ayant été marqué par le film, et c’était vraiment différent, tout en me parlant : des rues mal éclairées et sales, des personnages perdus, des terrains vagues, des bars borgnes, des filles en quête des filles en quête d’amour ou de départ, de la violence et de la peur, des envies suicidaires dans l’air, comme dirait la chanson de Couture. Il y a aussi l’univers de Tchao pantin, et de cet album, Poèmes Rock. Cela s’est transformé en thriller, mais ce n’est pas plus mal. L’univers est si sombre, cela aurait été trop.

  • D’où est venue cette intrigue de militaire traumatisé ?

Pour l’histoire du militaire, je me suis inspiré d’une longue nouvelle que j’avais écrite il y a longtemps. Un jeune qui part faire la guerre au Kosovo et qui découvre les horreurs à la place des actions héroïques. La nouvelle s’arrêtait avec le vieux Gapo dans la fosse boueuse. Le héros rentrait ensuite chez lui et épousait la fille de Gapo en lui disant que son père s’était comporté en héros. Comme je voulais que mon méchant ait une histoire assez consistante (j’adore les méchants des romans d’Akounine, ils sont toujours très fouillés), j’ai eu l’idée de récupérer ce personnage de nouvelle. De plus, par rapport à la banlieue, je pensais à ces jeunes qui partaient faire la guerre en Syrie, alors que, dans le même temps, une grande partie des migrants arrivant en France, et donc en banlieue, fuyaient ces guerres. Je trouvais ce paradoxe intéressant. Certains venaient chercher la sécurité et un peu de confort, alors que d’autres partaient se battre plein de rage et de déception envers la société qui les avait vus naitre. J’ai imaginé alors, que ceux qui fuyaient ces horreurs, les voyaient revenir dans leur petit univers pauvre et abandonné, parce qu’un homme avait cru que la violence n’existait que dans les pays en guerre. En fait, c’est un livre sur la violence, urbaine, humaine, sociétale, et sur les ravages du mal-être, que l’on soit un ou une ado aux origines « de l’autre côté de la mer », qui se retrouve à grandir dans une grande cité de banlieue, ou un jeune flic débarqué d’une ville de province, balafré de désillusion et de solitude. Dans les deux cas, il s’agit d’êtres humains en manque de reconnaissance dont la société bafoue la dignité.

  • Le final explosif est très cinématographique comment vous vous t il venue ? était- cette une envie dès le début de l’écriture ou est cette venue plus tard

Le final vient du fait que j’aime écrire des scènes de tension et de « commando », comme j’ai pu en voir dans les Alien, Rambo, ou dans le premier Prédator. J’avais déjà écrit des scènes de ce type dans Aimer et laisser mourir, une attaque de guérilla en pleine jungle, ou des scènes de braquage sanglant dans le Cramé, ou sur un Ferry Corse dans Brutale. D’habitude, je mettais ces scènes en milieu d’histoire, mais après avoir lu les trois romans de S Craig Zahler (d’affilés), j’ai trouvé super qu’à chaque fois, l’auteur les finissait par une scène d’anthologie, violente et héroïque, et je me suis dit, voilà ce que je veux faire ! Il a fallu reprendre mon histoire au départ pour qu’au final j’ai assez de personnages dans cette forêt. Il fallait un minimum de pertes, chacune dans des conditions assez atroces et impressionnantes, j’ai donc été chercher les trois jeunes de cités en épaississant le personnage de Moussa, et en le faisant intervenir dans les caves au milieu du récit pour créer un peu d’empathie (la construction dramaturgique exige quelques techniques).

  • Comment vous est venue cette idée d’intrigue à base de stress posttraumatique, de technologie high tech, et chien de guerre ?
Pour l’intrigue, stress post-traumatique (tous mes personnages sont traumatisés dans mes livres) et technologiques, je lis beaucoup de journaux comme le Monde et le Figaro et j’ai lu quelques trucs sur les dauphins « militarisés » et guidés par des capteurs ou sur des chiens qu’on utilisait pour poser des mines sous des chars, on parle même d’abeilles munies de microcaméras, et puis, le progrès va si vite, qu’il est très facile d’imaginer ce genre de chose. Il fallait que le côté fantastique du début, finisse par basculer dans quelque chose de réel, sans ça, le roman aurait perdu de sa crédibilité, et de sa contemporanéité, ce qui aurait pu atténuer le message sociétal et humain que je voulais faire passer.

  • Le parcours a-t-il été long et difficile entre l’écriture de votre livre et sa parution ?

Le livre a été très difficile a faire publier parce que la banlieue effrayait les éditeurs de thrillers, ils disaient que les lecteurs n’avaient pas envie de lire des histoires qui se passaient en bas de chez eux. Pour d’autres, sans évoquer ce problème, ils trouvaient l’univers et les personnages trop sombre ; « trop noirs » et, paradoxalement, dans les collections plus « noires » polar, le côté thriller de l’intrigue ne correspondait pas à leurs critères. Je n’arrivais pas trop à comprendre car j’en avais parlé à des amis libraires ou lecteurs et ils disaient que cela leur faisait penser à la première série True Détective, ou l’intrigue est très tendue, limite gothique, et sans véritable sens politique, une intrigue de thriller en fait, alors que tout l’intérêt est placé sur les personnages et leur quête de vérité, envers eux-mêmes, autant qu’envers leur institution, sans parler des rapports ambigus et tendus qu’ils entretiennent entre eux. On retrouve cet aspect sur les personnages et aussi ce côté sombre et sociétal dans La Caire Confidentiel, de même dans Que doit nous perdons ou La Isla minima, des polars dans l’esprit de True Détective, justement. Et ne parle pas des romans américains comme ceux de S. Craig Zahler ou Benjamin Whitmer, qui utilisent l’environnement autant que les failles de leurs personnages, et je trouvais qu’en France, on ne voyait pas ce genre de livre, équivalent des romans noirs qui ont perduré dans tous les pays saufs en France, où la ville joue un rôle important, de même que la société actuelle, ou, dans le cas de mon livre, le ressenti ou les dégâts qu’elle provoque sur mes personnages, tant flics qu’habitants, témoins, victimes, et même, tueurs.

  • Utilisez vous une bande son pour écrire? A moins que le silence suffise.

Pour la musique, c’est vrai, j’en écoute beaucoup, pour créer des atmosphères, ou de l’action, pendant que j’imagine une scène. Pour ce livre, c’était différent, j’vais besoin d’un ressenti émotionnel pour faire agir et vivre mes personnages par rapport à leur environnement, j’ai beaucoup écouté NTM, comme j’ai lu pas mal d’articles sur les problèmes dans les cités, sans vouloir approfondir le sujet. Il s’agit d’un roman de divertissement, dans la catégorie roman noir avec tout ce que cet aspect peut signifier, tout en étant contemporain, je veux dire, humain, vivant, quoi.

  • Avez-vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma) ? Quels sont vos projets ?

Pas d’autres passions, à part mes proches, et écouter de la musique, des tas de projets, dont un roman adolescent ou préadolescent (mais c’est compliqué à faire), et d’autres polars mais avant, j’aimerais que celui-ci vive et fasse son petit chemin.

CVT_Laisse-le-monde-tomber_7964.jpg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s