Tchernobyl de Igor Kostine | 2 janvier 2020

Présent en première ligne, Igor Kostine nous délivre des photographies exceptionnelles montrant des hommes déplaçant des blocs radioactifs à mains nues, l’évacuation des villages, le désespoir et le courage des populations, la construction du sarcophage au-dessus de la centrale, les cimetières de machines radioactives, les jardins et les vergers contaminés redevenus des terres sauvages où l’être humain n’a plus sa place …

Achat du livre : https://amzn.to/2ubLr5i

Chronique : Reportage photographique réalisé par Igor Kostine à Tchernobyl à partir du premier jour de l’explosion du réacteur de la centrale nucléaire. Il a été le premier photographe reporter sur les lieux de la catastrophe. Ses photos ont servi à l’organisation des travaux de déblaiement. Plus tard il est revenu plusieurs fois sur les lieux afin de témoigner des conséquences de l’accident.

Ce livre dévastateur et remarquable capture en images ce que d’autres ont fait en paroles. En commençant par des prises de vue aériennes du site à partir d’un hélicoptère, Kostin a ensuite tourné une image du réacteur numéro quatre détruit à partir d’un bloc adjacent, et c’est là que l’événement prend toute son ampleur. Suivent des photographies au lendemain des travaux de maintenance, des bus évacuant les civils, des paysages arides dans les zones interdites, des images obsédantes de Tchernobyl et de Pripyat gisant morts sous un manteau de neige, et qui pourraient oublier la grande roue de Pripyat et les auto-tamponneuses fantomatiques abandonnées. Des images qui résonnent tout aussi puissamment aujourd’hui. Il y a ceux qui ont refusé de quitter leur maison, pour la plupart des personnes âgées, qui étaient déterminés à mourir à l’endroit où ils étaient nés. Il y a ce regard sur les visages des gens qui n’a vraiment pas besoin de beaucoup d’explications, comme si on leur arrachait le cœur devant la caméra.

Ce livre est fantastique, effrayant et intense ; la photographie de Kostin n’a pas seulement été faite avec la supériorité de la pellicule celluloïd sur le numérique, mais il documente l’une des tragédies environnementales les plus connues avec des images valant mille mots, faisant tout pour capturer l’émotion, la peur et la vérité de cet horrible accident. Qu’il ait risqué sa propre vie pour obtenir la première photographie de la fusion ou qu’il ait partagé avec le monde entier l’héritage dangereux de Tchernobyl, Kostin emmène les lecteurs dans un voyage à travers l’horreur et l’espoir dans ce livre étonnant.

Note : 10/10

Extrait :

234

 

  • Broché : 240 pages
  • Editeur : Les Arènes (2 janvier 2020)
  • Collection : AR.PHOTO REPORT
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1037500915

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s