Bienvenue à Mother’s Rest de Lee Child


Résumé : Pourquoi cette ville s’appelle-t-elle « Mother’s Rest » ? C’est la question qui pousse Jack Reacher à descendre d’un train, en pleine nuit, dans cette bourgade perdue de l’Oklahoma.À la gare, une femme splendide semble l’attendre. Mais Michelle Chang,  ex-agent du FBI, l’a pris pour Keever, qu’elle cherche désespérément.  Son collègue a disparu. Sans hésiter une seconde, Reacher décide de  l’aider à le retrouver. Mais ce qu’il ignore, c’est qu’après un périple à  travers tout le pays et dans les profondeurs du Darknet, il se retrouvera  à la case départ, à Mother’s Rest, face au pire cauchemar imaginable. 

Chronique : Certains auteurs tracent leurs plumes de leur côté, loin des modes éditoriales. Ils sortent leurs livres chaque année, réglés comme du papier à musique. Lee Child est l’un d’eux.

Sa saga, ayant pour personnage principal Jack Reacher, a débutée en 2003 et se poursuit depuis seize ans. L’auteur a trouvé la formule idéale pour perdurer le succès de sa saga, un héros vagabond déconnecté des considérations quotidiennes et qui parcourt les U. S. A. de long en large en combattant le crime partout où il le rencontre.

Le profil de son héros est atypique et participe au succès de la série. Jack Reacher est retraité de l’armée, il a le double avantage d’être un colosse doté d’un esprit analytique à toute épreuve, il reste d’un calme olympien en toutes circonstances et ne se laisse impressionner par pas grand chose. Un savant mélange de sherlocks holmes et de Chuck Norris, à la limite du surhomme. Ces aptitudes exceptionnelles poussent parfois la saga vers la caricature mais c’est toujours intéressant de voir Reacher tirer des conclusions à partir d’une observation ou du langage corporel de ses adversaires.

Jack Reacher ne se bat pas, il triomphe. C’est une notion à retenir notamment lors des combats rapprochés, inutile de préciser de Reacher est un expert dans ce domaine, le lieu de la confrontation devient un échiquier dans lequel notre ancien soldat visualise les prochains coups de son adversaire avant même que celui-ci n’y ait pensé. L’auteur ne conte pas un combat mais le récit détaillé d’une défaite inévitable.

La même formule se répète inlassablement de livre en livre et cet opus, l’avant-dernier en date, n’échappe pas à la règle. Reacher débarque dans un endroit, le plus souvent une ville paumée du fin fond des États-Unis, et découvre que quelque chose ne tourne pas rond. Il est souvent aidé par une femme dans son enquête, qui aura toujours des ressources dans le milieu judiciaire et qui finira par vivre une amourette avec Reacher avant que celui-ci ne reprenne son éternelle errance sur les routes d’Amérique.

La saga est l’exemple type du plaisir coupable. Elle offre une intrigue palpitante mais vite oublié et le personnage principal n’évolue jamais, héritier direct de James Bond, mais chaque opus de la saga est une occasion de se détendre en appréciant les aventures d’une machine à tuer inébranlable.

À noter que la série a été adapté deux fois au cinéma avec, aussi improbable que cela paraisse lorsque l’on connaît le personnage, Tom Cruise dans le rôle de Jack Reacher.

Note: 7/10

Date de publication : 19 septembre 2018
Éditeur : Calmann-Lévy
Langue : Français

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s