Ne pars pas sans moi de Gilly Macmillan

Résumé : Par un joyeux dimanche, Rachel et son petit garçon de 8 ans se promènent en forêt. Désirant plus que tout être une bonne mère, et soucieuse de l’indépendance et de l’autonomie de son enfant, Rachel l’autorise à partir quelques mètres devant elle pour aller jouer. Arrivée au bout du chemin, l’angoisse la saisit : Ben a disparu.

Après une conférence de presse catastrophique, médias et réseaux sociaux se déchaînent. Pour eux, Rachel est responsable de la disparition de son enfant. Pourquoi n’a-t-elle pas veillé sur lui ? Comment se fait-il qu’elle ait du sang sur les mains ? Pendant que la police se lance dans une véritable course contre la montre pour retrouver Ben, Rachel se débat entre la culpabilité, le désespoir et la peur.

Rongée par le doute, assaillie par la violence de ceux qui la croient coupable et tandis que la moindre de ses certitudes

Chronique : Le sous-genre littéraire du polar domestique est devenue une mode et comme toutes les modes elle produit son lot de déceptions et de belles surprises. Heureusement le premier ouvrage de Gilly Macmillan appartient à la deuxième catégorie.

L’auteure brode sur le thème devenu classique de la disparition d’un enfant pour dresser un double portrait psychologique de la mère du petit Benedict et du policier chargé d’enquêter sur son kidnapping. À l’aide de sa plume analytique, elle nous révèle la pression et le désespoir qui s’empare des proches du disparu. On vit au plus près le drame de Rachel, le flot d’émotions qui la submerge, la pression médiatique insoutenable et les répercussions irrémédiables que ce cauchemar aura sur sa vie.

En mettant l’accent sur le rôle de la presse et des réseaux sociaux avec leurs commentaires toxiques tout en nous faisant vivre le quotidien d’une mère dévasté, L’auteure parvient à embrasser toute l’ampleur que peut prendre une tragédie comme celle-ci, tout à la fois intime et public. Cela donne une réelle dimension au récit qui lui permet de se détacher du reste de la production traitant du même thème. Surtout si l’on ajoute à cela le fait que pendant que Rachel vit une tragédie, l’enquêteur chargé de retrouver son fils se trouve dépassé par les événements.

Les thrillers domestiques oublient trop souvent la partie thriller dans leurs récits, c’est ce que je reproche à ce genre. Heureusement là ce n’est pas le cas. À coups de fausses pistes et de révélations fracassantes L’auteure nous tient en haleine jusqu’à la conclusion. Une conclusion qui, sans trop en révéler, aura une saveur douce amère, l’auteure refusant de conclure son récit sur un happy end édulcoré et c’est tout à son honneur.

Un thriller domestique bien rythmé c’est déjà suffisamment rare pour être noté mais il faut ajouter à cela un aspect psychologique finement travaillé et sans compromis. On peut juste regretter qu’il faille deux cents pages à l’auteure pour installer son récit mais cela reste un défaut mineur.

Note : 7/10

  • Date de publication : 25 février 2016
  • Éditeur : Les escales éditions
  • Langue : Français
  • ASIN : B01BFV1MAY