Comme des lions de Fatima BHUTTO| 6 février 2020

Anita, Monty et Sunny. Trois adolescents qui n’auraient jamais dû se rencontrer vont se croiser et se heurter à des choix terribles. Anita vit dans le plus grand bidonville de Karachi. Grâce à son voisin, un homme âgé dont les étagères regorgent de livres, elle découvre un moyen de s’évader de son morne quotidien. De l’autre côté de la ville habite Monty, fils d’un père autoritaire et richissime qui possède la moitié de la ville. Mais Monty, troublé par l’arrivée d’une fille rebelle dans son école, s’écarte de la voie qui lui était toute tracée. Sunny, lui, est né en Angleterre où son père a émigré dans l’espoir d’une vie meilleure. Cependant, il ne s’intègre pas. Séduit par le charisme de son cousin revenu de Syrie, Sunny pense avoir enfin trouvé sa communauté.
Jusqu’où seront-ils prêts à aller pour échapper à leur destin ?

Achat : https://amzn.to/2UNM9B9

Chronique : Le dernier roman de Fatima Bhutto, Comme des lions , est accompagné du slogan : « Jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour échapper à notre vie ?  » La question est pertinente compte tenu de son sujet. Le roman suit trois jeunes adultes d’horizons très différents qui, pour diverses raisons, décident de s’enfuir de chez eux et de rejoindre l’État islamique. Malgré cette sombre intrigue, Mohammed Hanif a qualifié le roman de « grand cœur,e tbeau », et Elif Shafak le trouve « tendre, puissant et richement brodé ».

Dans Comme des lions , Bhutto suit Anita, Monty et Sunny. Anita a grandi dans la misère dans le plus grand bidonville de Karachi, et ce n’est qu’après s’être liée d’amitié avec son voisin âgé qu’elle réalise que son avenir est porteur d’espoir, et qu’il lui offre un moyen de sortir de la pauvreté. Monty, également originaire de Karachi, est issu d’une famille incroyablement riche ; son père possède « la moitié de la ville » et attend beaucoup de son fils. Lorsque « la belle et rebelle fille rejoint son école », Monty est forcé de prendre des décisions difficiles concernant son propre avenir. Le père de Sunny a quitté l’Inde pour Portsmouth afin de créer une vie meilleure pour son enfant. Malgré les efforts de son père, Sunny a l’impression d’être à cheval sur deux cultures, et ne s’intègre pas vraiment. Lorsqu’il renoue avec son cousin « charismatique », il prend lui aussi un chemin différent de celui que son père avait espéré.

Dès le départ, les paysages et les décors sont vivants et décrits dans toute leur beauté et leur horreur. Comme des lions est par conséquent très atmosphériques, comme l’écrit Bhutto : « Sur la jetée de Netty, surplombant les mangroves… des cerfs-volants grouillent dans le ciel comme une épaisse couverture de nuages, attendant que les amoureux leur lancent des morceaux de viande – ou si les amoureux ne peuvent pas se permettre les colis sanglants vendus sur le pont, alors de petites boules de pain pâteuses ». À propos de Karachi, Bhutto écrit : « Sous le couvert de l’obscurité, avant que les projecteurs ne se transforment en aube, un oiseau mynah, avec son bec de bandit jaune et ses yeux oranges coupés par son gros plumage noir, chante ». A ce moment, qui se situe au tout début de « Comme des lions « , Anita s’est rendue à l’aéroport. Les seules choses qu’elle a en sa possession sont un passeport, un carnet rouge et un « petit sac avec des vêtements de rechange et du maquillage ». Elle aspire à laisser Karachi derrière elle pour toujours, et a l’impression de faire une vraie pause pour la liberté.

Bhutto utilise la perspective de la troisième personne tout au long de son parcours, ce qui lui permet de suivre efficacement chaque personnage. J’ai aimé la façon dont leurs parcours très différents vers l’islam radical ont été présentés et dont on en a parlé. Bhutto explique que chacun de ses protagonistes traverse une sorte de crise : Sunny est confus quant à sa sexualité ; Monty a honte de la façon dont ses parents riches agissent autour des autres ; et Anita a l’impression de valoir plus que la vie restreinte et restrictive qu’elle mène dans une petite maison avec sa mère et son frère arnaqueur. Chacun des protagonistes de Bhutto est complexe et humanisé. Leurs histoires se sont accumulées, ainsi que les influences de leur vie actuelle qui les ont amenés à se rendre dans un bastion de l’État islamique en Irak. L’action, dans laquelle les trois personnages se rencontrent, se déroule entre Mossoul et Ninive.

La nature contemporaine du roman, qui s’étend sur la période de 2014 à 2017, crée une sorte d’urgence. Ses thèmes et ses préoccupations sont tellement pertinents pour nous. Bhutto explore, de manière mesurée et impartiale, ce qui pourrait pousser des personnes aussi jeunes et impressionnables à rejoindre une organisation terroriste aussi redoutée et franchement terrifiante. J’ai trouvé son écriture absorbante et j’ai admiré la façon dont elle a donné un contexte et une compréhension aux chemins que prennent ses personnages. Comme des lions offre beaucoup de matière à réflexion, et est d’une grande actualité et pertinence.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 432 pages
  • Editeur : Les escales éditions (6 février 2020)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2365694586

41ncvYZC2VL._SX309_BO1,204,203,200_

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s