Cendres vives de Serge Brussolo | 7 février 2020

Jérémie, 13 ans, vit au Chili, à la lisière de la forêt amazonienne. Son frère aîné, Jonah, est en proie à de curieuses idées fixes et exerce sur lui un harcèlement que sa famille refuse de prendre au sérieux. Lors dune excursion insensée dans la jungle, Jonah disparaît et est bientôt présumé mort. Ravagés par le chagrin, ses parents accusent Jérémie d’avoir assassiné son propre frère par jalousie. Ne supportant plus sa présence, ils expédient l’adolescent aux USA dans un mystérieux pensionnat militaire où lui seront inculquées les techniques d’infiltration et d’assassinat qui constituent le bagage de tout vrai patriote au service de son pays. Jérémie va alors passer de l’autre côté du miroir et pénétrer dans le cercle très fermé de ceux qui tirent les ficelles du monde et ne reculent devant rien pour parvenir à leurs fins. Avec «  »Cendres vives » », Serge Brussolo signe un nouveau thriller dune redoutable efficacité.

Chronique : Avec ce nouveau livre que j’ai pu lire en auto édition dans un premier temps et ici dans une version retouché et qui gagne en profondeur et en force dans ce récit qui est un de ses meilleurs livre dans le genre du thriller. Si vous n’avez jamais lu un de ses romans ce livre est également une bonne entrée dans le style de l’auteur.   Serge Brussolo immerge son récit dans une histoire à la Indiana Jones qui frôle la démesure. Les idées qu’il emploie sont proches de la folie, souvent totalement absurdes, mais on se plonge dans le monde qu’il nous décrit car ce livre enchaîne les lieux comme  des plus étranges et des décors qui sont de plus en plus étranges : la jungle et ses autours qui regorge de piège, un pensionnat des plus secrets et enfin l’hôpital interdit . Les descriptions sont nombreuses et précises . Il faut réussir à suivre l’auteur dans cet univers où l’absurde qu’il nous est dépeint : mais c’est aussi au lecteur de rester terre à terre et de ne pas croire chacune des théories de ses personnages . À chaque page, le lecteur peut rencontrer une nouvelle trouvaille qui repousse encore plus loin des limites qu’on pensait atteintes depuis longtemps. Les idées partent vraiment dans tous les sens historiquement ou non. L’auteur joue avec la religion et la place de Dieu dans ce monde où les cultures ne savent ce que sait . Serge Brussolo aime aussi réutiliser les noms de certains personnages ou de lieux . Tantôt incertain, tantôt sûr de son héros renommé à un moment du récit David Sarrella on se demande s’il est vraiment le personnage central de l’histoire ou s’il suit simplement le mouvement. Ce roman est agréable et la lecture recommandée.

Note : 9,5/10

  • Poche : 320 pages
  • Editeur : H&o (7 février 2020)
  • Collection : H&O POCHE
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2845473516

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s