Carnaval de Ray Celestin

Résumé : Au cœur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…

Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche.

Chronique : Avec la lecture de ce roman je rattrape un retard de plusieurs années. Et vu le plaisir pris à la lecture, j’ai envie de dire qu’il était temps de partir à la découverte de la Nouvelle-Orléans de Ray Celestin.

Ray Celestin n’est pas un auteur c’est une agence de voyages. Sa plume est le vaisseau par lequel il nous fera voyager jusqu’à la Nouvelle-Orléans de 1919. La ville prend vie sous nos yeux, ses couleurs, ses odeurs, son atmosphère entre violence raciale et célébration sans fin. C’est un don précieux que possède l’auteur de pouvoir insuffler un tel aura d’imagination autour de son ouvrage. Avec ce premier roman Ray Celestin rejoint le groupe restreint des auteurs qui offre un billet d’avion à chacune de leurs parutions. À noter que la carte placée au début de l’ouvrage aide bien à se rendre compte de la diversité et de la richesse ethnique de la ville.

La puissance évocatrice de la ville la plus mystérieuse des U. S. A. a malheureusement tendance à effacer quelque peu les personnages. Ceux-ci sont bien écrits, bien décrits mais peut être un peu trop convenu pour apporter ce supplément de densité à l’ouvrage. On a donc la jeune métisse courageuse, le flic ripoux coincé par ses liens qui le relient à la mafia italienne et enfin l’enquêteur intègre mais vulnérable. On prend plaisir à les suivre dans leurs enquêtes respectives, aidé en cela par le rythme soutenu, mais aucun d’entre eux ne recèle cette petite chose en plus qui permettrait de les rendre mémorables.

L’intrigue est haletante mais semble avoir été compléxifier de manière artificielle bien que l’auteur parvienne à conserver une certaine clarté malgré le nombre conséquent de personnes impliquées dans l’histoire. Ceci dit ce carnaval sanglant est un divertissement honnête qui promet le meilleur pour la suite de la trilogie.

Note : 7/10

  • Date de publication : 13 mai 2015
  • Éditeur : Cherche Midi
  • Langue : Français