La Part des ombres – tome 2 de Gabriel KATZ | 13 février 2020

Dans le royaume de Goranie déchiré par l’occupation, la nasse se resserre autour de la rébellion naissante. Sous la poigne du redoutable chef de guerre Akhen Mekhnet, les Traceurs sont en chasse, et la fragile résistance menée par celui qu’on appelle  » le Fantôme  » semble vivre ses dernières heures.

Achat : https://amzn.to/2Udhz1J

Chronique : La part des ombres se déroule dans le même univers que les précédentes œuvres de Gabriel Katz, continuant ainsi à explorer son monde et les nombreux royaumes qui le compose. L’histoire se déroule cette fois en Goranie, un ancien royaume autrefois prestigieux que l’on découvre occupé par un peuple de montagnards ayant profité de sa faiblesse pour l’envahir.

Après dix ans d’occupation, alors que le pays semble bien être maté par les méthodes brutales de l’envahisseur, un mystérieux mouvement de résistance commence à voir le jour.

C’est dans ce contexte que le lecteur découvre les trois protagonistes principaux de ce récit : Olen, l’un des trois héros du puits des mémoires ; Kaelyn, la maîtresse de guerre du roman éponyme ; et Desmeon du cycle Aeternia.

Et voilà l’idée de départ : reprendre des héros précédemment rencontré dans ses autres romans  et les remettre en scène dans une aventure commune. Il n’est cependant pas nécessaire d’avoir lu les autres romans pour s’y retrouver, Gabriel Katz prenant soin de nimber de mystères ou d’en révéler juste assez sur chacun des protagonistes pour que le lectorat s’y retrouve.

Les nouveaux venus dans l’univers de Katz ne seront pas perdus, et les « vétérans » apprécieront les clin d’œil très discrets aux événements passés qui seront à peine évoqué, mais qui lui reviendront en mémoire, mais en apprendront aussi un peu plus sur ce que sont devenus nos héros depuis la fin de « leur » roman.

On retrouve ce qui fait à mon sens la force de l’écriture de Gabriel Katz : un ton juste pour chacun de ses personnages, qui donne un côté très vivant aux dialogues et aux scènes. Peu de temps morts dans le récit, on passe de chapitres en chapitres presque sans s’en apercevoir.

À l’image de ses autres récits, La part des ombres dépeint un monde cruel et parfois même brutal, où les petites gens ne sont clairement pas à la fête face aux brutalités des soldats ou à la morgue des puissants. La justesse de ces hommes et femmes de peu que l’on croise le temps de quelques pages contribue pour beaucoup au plaisir de lecture. Chaque chapitre se dévore, jonglant entre la perfection de certains personnages et l’horreur des autres. Entre ceux que l’on aime, ou que l’on a apprit à aimer, et ceux qui nous horripilent sans avoir dit un mot.  Un magnifique final,

Note : 9,5/10

 

  • Poche : 304 pages
  • Editeur : Pocket (13 février 2020)
  • Collection : Fantasy
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2266300709

419y8JG8RcL._SX303_BO1,204,203,200_

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s