Femmes sans merci de Camilla Läckberg | 3 juin 2020

Ingrid Steen a renoncé à sa carrière de journaliste le jour où son mari infidèle a été promu éditeur en chef. Depuis, elle s’occupe de leur fille et s’efforce de maintenir l’image d’un mariage parfait.
Viktoria Brunberg est misérable, enchaînée aux fourneaux dans sa maison de Sillbo. Quand elle a découvert la véritable nature de son mari Malte, il était déjà trop tard.
Birgitta Nilsson, bientôt à la retraite, n’arrive pas à se libérer de son mari abusif. Depuis des années, elle fait tout pour cacher ses bleus.
Extrêmement différentes, ces trois femmes ont une chose en commun : elles sont toutes coincées dans des mariages destructeurs et toxiques. Via un forum sur le Net elles concluent un pacte : chacune va commettre le meurtre parfait en assassinant le mari de l’une des autres.

Achat  : https://amzn.to/2A6T3cA

Chronique : Il est tout petit, 144 pages, et c’est une bombe. Un polar aussi glaçant que réjouissant autour d’un thème pourtant difficile, celui des violences faites aux femmes. Un roman qui vous tient en haleine sur toute la longueur car quand vous aurez fait connaissance avec Ingrid, Brigitta et Victoria, ces « Femmes sans merci », vous ne pourrez plus les laisser seules.

Pour tout ceux qui n’ont pas le temps de se lancer dans de gros pavés – ce qui est souvent le cas dans la catégorie polars -, ce «Femmes sans merci» est ce qu’on appelle une «novella», soit un court roman ou une longue nouvelle (au choix). Ces 144 pages se tournent comme on monte dans un grand huit : sensations assurées. A l’intérieur même de ce petit volume, les chapitres sont très découpés et se concentrent à chaque fois sur l’histoire de l’une de ces trois femmes. De quoi tenir en haleine jusqu’au point final. Ce n’est pas un secret pour ses (très nombreux) fans : Camilla Läckberg soutient la cause des femmes dans la plupart de ses romans et a, en outre, fondé une société qui milite pour l’égalité salariale entre hommes et femmes. Dans son roman sorti l’an dernier («La cage dorée», Actes Sud), la star du polar scandinave décrivait déjà une femme piégée dans une union par un mari volage puis sa revanche.Ici, la romancière réitère mais avec plus de force que l’an dernier et montre à quelle vitesse ces femmes sont entrées dans un engrenage. D’abord celui de l’enfermement et de la soumission puis celui de la vengeance et de la haine. Au-delà du thriller, il est aussi question du pouvoir des hommes dans l’entreprise avec la figure de Tommy, le mari infidèle d’Ingrid, qui défend ici deux collaborateurs pourtant coupables de harcèlement sexuel. Un relent d’affaire Weinstein.

Loin d’être une incitation à la violence, cette novella est l’occasion de soulever le sujet de la condition des femmes même dans un pays comme la Suède, réputé pour réfléchir activement à son amélioration.

Camilla Läckberg ne tourne pas autour du pot et décrit en peu de mots ces femmes blessées par la vie, ces maris violents et égoïstes, mais aussi ces cheminements personnels bourrés d’erreurs et donc d’humanité. En très peu de mots aussi, elle fait basculer la réalité dans un engrenage de choix irrémédiables, dont on en sort K.O. Un sans faute.

Note : 9,5/10

 

  • Broché : 144 pages
  • Editeur : Actes Sud (3 juin 2020)
  • Collection : Actes Noirs
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2330135734

41SX9eU6pOL._SX312_BO1,204,203,200_

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s