Ceci n’est pas une chanson d’amour d’Alessandro Robecchi / 20 août 2020

Allez-y monter, n’ayez pas peur, M. Robecchi est un nouveau chauffeur, certes, mais il a l’habitude des rues de Milan et le trajet mouvementé qu’il nous a concocté promet son lot de surprises. N’oubliez pas d’attacher votre ceinture.

Embarquez donc dans ce polar polyphonique où chaque duo de protagonistes pourrait s’apparenter à un véhicule. Notre duo de Gitans vengeurs fait penser à un fourgon utilitaire. Fonctionnel mais efficace pour un travail sanglant qui ne laisse pas de place au hasard, un conseil si vous croisez sa route, changez de voie. Le second duo, constitué de deux assassins aux punchlines aussi percutantes qu’une rafale de mitraillette, pourrait évoquer une voiture italienne alliant prestige, élégance et puissance, une Ferrari Grancabrio par exemple. Enfin le véhicule emprunté par le personnage principal Carlo Monterossi aidé de la journaliste Nadia Federici, aux caractères bien trempé, pourraient être une ancienne voiture italienne, une fiat topolino par exemple. Rien d’éblouissant au premier abord dans la carrosserie mais la pratique a souvent démontré que ces vieilles carrioles en ont encore sous le capot, le démarrage peut-être un peu difficile parfois mais la mécanique est solide.

Voilà donc le voyage proposé par l’auteur dans les rues d’une ville de Milan où la misère côtoie le luxe. Un voyage mené à un rythme intense sans arrêts inutiles mais sans non plus de réelles surprises. La plume de l’auteur, non le moteur plutôt, rugit d’une férocité impitoyable qui ne laisse pas l’occasion de reprendre son souffle tandis que la narration, la carrosserie qui entoure toute cette mécanique, luit d’un humour mordant rappelant les meilleures scènes des tontons flingueurs. Les passagers attentifs remarqueront, ça et là, quelques petits chocs sur cette carrosserie qui sont autant de marques d’une certaine mélancolie qui s’invite parfois dans l’ouvrage, notamment par le biais du personnage de Carlo, moins flamboyant et épicurien que son image de producteur de télévision ne pourrait le laisser penser au départ.

Ce personnage est d’ailleurs le seul vraiment développé, les autres duos faisant plus office de ressort narratif. Ce pauvre bougre, qui se retrouve embarqué malgré lui dans cette folle course-poursuite, est un concentré de cynisme qui cache une profonde solitude et une amertume assumée envers le monde du spectacle audiovisuel.

Ce polar italien, mené sur les chapeaux de roues, s’avère une lecture très agréable, le compagnon idéal d’un été brûlant qui s’achève.

« Vous continuez à penser que Milan est une ville grise. Libre à vous. Mais il y a parfois des aubes, et pas si rarement, où un bleu pâle à couper le souffle se dispute l’horizon avec un rose qui ne veut pas partir, et c’est une danse qui vaut la peine d’être vue. »

Note : 9/10

Résumé: Carlo Monterossi, homme de télévision d’une tentative d’assassinat. N’ayant qu’une confiance limitée- au mieux- dans les compétences des équipes de police chargées de l’enquête, il fait appel aux services d’un ami journaliste et d’une spécialiste du numérique pour comqui peut bien lui en vouloir autant. En parallèle, des Gitans justiciers et des tueurs à gages professionnels semblent suivre des pistes similaires. Tout cela se passe à Milan et nous offre un panorama terriblement noir des arcanes de cette ville, de la haute bourgeoisie aux milieux d’ultra-droite. Savoureux…et inquiétant.

  • Broché : 320 pages
  • Editeur : DE L AUBE (20 août 2020)
  • Collection : L’Aube noire
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2815938219

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s