TEST DVD : Dark Waters / 19 Aout 2020 /De Todd HaynesAvec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins

Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie…

Achat : https://amzn.to/2EipDuk

Chronique : « Dark Waters » est loin d’être le premier film du genre cinéma d’investigation… Ce qui malgré tout n’empêche pas d’y adhérer plus que jamais, ne serait-ce que déjà par cette démarche absolument nécessaire et indispensable ! En effet, on ne dénoncera jamais assez ces scandales dûs aux industries qui rongent à petit feu notre planète, et par conséquent sa population… Celui-ci est particulièrement édifiant quand on saisit l’ampleur des dégâts, d’abord de manière intense au niveau local, mais aussi au niveau mondial avec ce matériau magique et assassin qu’est le Téflon ! Mark Ruffalo en devient brillamment le dénonciateur avec une énergie affirmée et pourtant contenue, ce qui renforce et illustre bien toute l’étendue de ces années de lutte éperdue, pendant lesquelles il a fallu combattre ce dangereux géant américain DuPont (De Nemours…), dont l’histoire depuis ses débuts, est en elle-même déjà effrayante ! La complexité de cette affaire est donc extrêmement bien rendue en étant expliquée sous tous ses aspects, et en prenant en compte tous les tenants et aboutissants, tant au niveau des enjeux de chaque partie adverse, que de la population de cet état de Virginie Occidentale quant aux antagonismes créés parmi ceux qui étaient confrontés et/ou dépendaient de cette société démoniaque et vampirique. Le fait que cet avocat Robert Bilott exerce dans le contexte d’un cabinet d’affaires en lien avec le monde de l’industrie chimique, est également prépondérant dans la suite et les répercussions incroyables de cette enquête au long cours ! On voit en effet les années s’égrener, durant lesquelles des malades s’épuiseront, tomberont malades et décéderont, ce que DuPont en son for intérieur souhaite bien sûr honteusement plus que tout, afin d’installer une lassitude qui l’arrangera bien… Si l’on combine tout cela avec cette atmosphère verdâtre et anxiogène qui ne nous quitte pas, l’ensemble prend l’effet d’une bombe à retardement dont on prend de plus en plus la mesure du désastre. Désastre qui va ainsi résonner et sonner jusqu’à notre porte ou même jusqu’au fond de nos placards où reposent nos poêles à frire ! Ce qui devient vraiment passionnant et écœurant tient aussi au fait des intérêts communs qu’ont ce gouvernement et ce trust américains, quant aux interactions évidentes et pourtant scandaleuses sur le fond, avec l’absence totale de prise en compte des dangers existants, tout simplement minimisés, voire niés par ceux qui en sont responsables sciemment avec tout ce que cela implique sur le plan humain… Et ainsi qui n’est pas sans rappeler ce que nous vivons au quotidien avec nos politiques issus du monde de la finance et de l’entreprise, dont les intérêts personnels ne sont évidemment pas en adéquation avec ceux des citoyens, qui eux aspirent légitimement à une justice et une égalité pour tous… C’est bien là que ce film nous alarme, en prouvant bien par la même occasion, qu’avant tout l’écologie relève plus de marchés là encore très lucratifs, plutôt que d’une nécessité absolue que l’on nous martèle à tout instant, en culpabilisant de plus le citoyen lambda à son petit niveau, alors qu’il est dépassé par ce qui l’entoure, ce qu’il ingère et ce qu’il respire ! Le fléau des pesticides et le drame d’une certaine usine seveso récemment, nous le prouvent encore tristement ! Encore une démonstration hors pair menée avec efficacité et sobriété par Todd Haynes, qui fait hélas bien réfléchir aux dysfonctionnements de nos gouvernants et ainsi de nos sociétés, où ce profit effréné aura fatalement raison de notre perte… À découvrir sans hésitation, sans oublier pour autant de lutter contre ce système !

Dark Waters : Photo Mark Ruffalo

VIDEO

De nombreux gris, noirs et bleus servent de palette pour Dark Waters et la présentation haute définition encodée en AVC les montre de manière éclatante. L’éclairage tamisé des cabinets d’avocats transparaît naturellement et les détails de l’image de la peau et des cheveux sont nets sans artefacts visibles. Le film est naturel, net et vif sans aucun post-traitement d’image, et est aussi beau que possible.

Dark Waters : Photo Anne Hathaway, Mark Ruffalo, Tim Robbins

SON

La piste DTS-HD n’a pas grand chose à faire, mais se montre sur des moments plus dynamiques comme une vache rebelle chargeant son propriétaire. Mais le bruit ambiant semble clair et convaincant et vous donne une impression d’immersion lorsque vous l’écoutez. Le dialogue sonne clair et bien équilibré dans le canal central et ne nécessite aucun ajustement de la part de l’utilisateur, et le jeu de la reprise de Johnny Cash de « I Won’t Back Down » perce avec des cordes de guitare frappées, sonnant large et puissant.

Suppléments:

Trois extras, tous brefs, à commencer par « Uncovering Dark Waters » (5:28), ce qui se rapproche le plus du tournage du film, alors que les acteurs et l’équipe discutent de la manière dont l’histoire s’est réunie, comment Haynes travaille en tant que réalisateur et les objectifs fixés et l’emplacement pour la production. « The Cost of Being a Hero » (5:01) comprend des œuvres des acteurs et de l’équipe sur Bilott, tandis que « The Real People » (2:28) nous montre les gens de Parkersburg, dont certains réalisent le film. Il y a un disque de définition standard et une copie numérique du film pour faire bonne mesure.

  • Rapport de forme : 2.40:1
  • Classé : Tous publics
  • Dimensions du colis : 19.6 x 13.7 x 2.1 cm; 100 grammes
  • Audio description : : Français
  • Réalisateur : Todd Haynes
  • Format : PAL
  • Durée : 2 heures et 2 minutes
  • Date de sortie : 19 août 2020
  • Acteurs : Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins, Bill Pullman, Bill Camp
  • Sous-titres : : Français
  • Langue : Anglais (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 2.0), Français (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1)
  • Studio  : Le Pacte

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s