Le Silence de la ville blanche – 10 septembre 2020 de Eva Garcia SAENZ DE URTURI

Dans la cathédrale de Sainte-Marie à Vitoria, un homme et une femme d’une vingtaine d’années sont retrouvés assassinés, dans une scénographie macabre : ils sont nus et se tiennent la joue dans un geste amoureux alors que les deux victimes ne se connaissaient pas.

Achat : https://amzn.to/2R5sWI1

Chronique : Je suis ravi de vous annoncer que Le silence de la ville blanche d’Eva García Seáenz de Urturi est le premier volume d’une trilogie, car une fois que vous aurez lu ce titre, vous en voudrez encore plus – et si vous êtes comme moi, vous espérerez que le processus de traduction se déroule rapidement et sans heurts.

Le postulat de base est le suivant : une série de meurtres datant d’il y a vingt ans semble recommencer à Vitoria, une ville du Pays basque espagnol. Mais l’homme condamné pour ces meurtres est sur le point d’être libéré sur parole, mais ne l’a pas encore été. Cela soulève les questions immédiates suivantes : a) a-t-il trouvé un moyen de poursuivre ses meurtres derrière les barreaux ? et b) était-il vraiment le coupable en premier lieu ?

García Seáenz de Urturi présente ce roman avec une série de rebondissements, de sorte que même lorsque le lecteur a compris une grande partie du mystère, il y a toujours des surprises en réserve. La distribution des personnages est large et engageante. Au centre se trouvent deux détectives de police – un homme et une femme – qui travaillent ensemble depuis des années. García Seáenz de Urturi crée une relation complexe et crédible entre les deux, qui équilibre les tensions et la confiance. Les personnages secondaires sont également bien développés. Certains sont sympathiques, d’autres moins, mais ils sont tous crédibles.

Ce livre vous donnera des brûlures d’estomac, car les inspecteurs sont dans une course constante contre la montre pour protéger et sauver les 25, 30, 35 ans etc… de Vitoria qui pourraient devenir les prochaines victimes, et résoudre l’affaire avant que Tasio ne soit libéré de prison. Surtout quand Kraken lui-même aura quarante ans…

La conclusion très rapide est suffisamment stupéfiante, même si toutes les pièces du puzzle étaient là, et le lecteur aurait pu deviner la choquante vérité. Mais ce n’est pas le cas, et le lecteur a lu les dernières pages avec la bouche béante d’étonnement.

La conclusion est suivie d’un épilogue, qui nous fait savoir que nous n’avons pas fini de voir La Ciudad Blanca. Le prochain livre de la série, Les Rituels de l’eau (Los Ritos Del Agua), apparaît en première page, et devrait être publié prochainement (le plus tôt sera le mieux)

Si vous aimez les mystères, en particulier les procédures policières, vous trouverez que Le silence de la ville blanche est un vrai cadeau : une longue lecture qui récompense le lecteur tout au long du récit.

Note : 9,5/10

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s