Eloge de la force – 24 septembre 2020 de Laurent Obertone

Telle est la question de ceux qui n’ont pas renoncé.
Ultraviolence, crise économique, chaos social, trahison des élites…
Face à l’effondrement qui vient, le Français lucide n’est plus qu’impuissance. Dans l’angle mort du dressage médiatique, son avis ne compte pas, son opinion n’existe plus. Nié dans sa souveraineté, criminalisé dans ses pensées, il n’a plus aucun moyen de se faire entendre.
Résigné, vaincu, digéré par la matrice, il s’en remet à l’État, aux politiciens, à sa colère, à un miracle… Espérant sans trop y croire que d’autres vont le tirer de cette impasse.

Achat : https://amzn.to/2SjZQFe

Chronique : Les premiers chapitres sont écrits avec des gants de boxe tenant un scalpel qui lacère le lecteur à chaque phrase, magnifique. A ne pas lire si vous êtes dépressifs, quoique… Une dystopie paradoxalement ultra réaliste puisqu’on ne vit pas dans 1984 mais dans un monde bien pire. On jubile à le voir envoyer au tapis le lecteur, ce « Monsieur moyen » qui bien qu‘étant le fruit d‘une selection des plus forts prédateurs du passé est devenu une petite fiotte servile et démocratisée. Puis on entre dans ce qui se voudrait une sorte de livre religieux nietzschéen, Ainsi parlait Obertone et son catéchisme laïc… Une critique acerbe de l’Etat, de Big Brother, de l’Administration qui confine à l’anarchisme… de droite. Pour un peu on se croirait revenu il y a un siècle au Cercle Proudhon à préparer la révolution. Sauf qu’il ne prône que la révolution personnelle, le très nietzschéen « deviens ce que tu es », sans véritablement offrir une porte de sortie politique à sa critique du système. Dommage. C’est un repli sur soi, une suite de conseils pour bâtir une base autonome durable survivaliste intérieure, une ode en quête du surhomme qui survit en chacun, enfoui et bâillonné. « Le dormeur doit se réveiller » comme il est dit dans le roman de science-fiction Dune de l’écrivain Frank Herbert. Éloge de la force, à lire après avoir doublé sa dose quotidienne de Xanax pour ne pas sortir dans la rue y mettre le feu après avoir décapité un transgenre vegan. J’y vois une tentative désespérée de transformer un peuple d’eunuques en guerriers de l’apocalypse, seule voie pour sa survie.
A lire.

Note : 9/10

Chronique de Romain LETANG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s