‘The Mandalorian’ Saison 2, Épisode 1 Récapitulatif et Analyse: The Marshal

Le mandalorien

Mandalorien est de retour de manière très importante. L’épisode le plus long et le plus somptueux à succès de la série démarre la saison 2 en beauté. Et un dragon Krayt.

Nous avons déjà vu des extraterrestres et des monstres dans cette série, mais la bête de la première de la saison 2 était plus grande et plus bestiale que toute autre chose dans Star War depuis l’ exogorth «Space Slug» d’ Empire Strikes Back . Grâce aux merveilles du CGI moderne, le monstre du Mandalorien était bien plus beau que le ver géant qui a presque mangé Han Solo, la princesse Leia, Chewie et C-3PO.

J’ai déjà regardé cet épisode deux fois et je l’ai aimé les deux fois. «The Marshal» est un autre épisode parallèle. Plutôt que de reprendre là où nous nous étions arrêtés – avec Moff Gideon sortant de son TIE Fighter abattu avec l’aide du Darksaber – l’épisode nous a emmenés dans une aventure sur Tatooine, où Mando est dit qu’il trouvera un autre mandalorien qui pourra aider à guider lui à un ponceau où son peuple pourra l’aider davantage dans sa quête pour trouver le Jedi.

Le mandalorien

Il glane ces informations sur un personnage borgne louche nommé Gor Koresh (John Leguizamo), une sorte de chef du crime connaissant les mandaloriens. Il s’avère qu’il cherche à traquer les Mandaloriens et à les tuer pour leur précieux acier Beskar. Après avoir essayé d’amener Mando à jouer son armure, Koresh sort son blaster, tue l’un des deux Gamorréens qui se battent sur le ring et allume l’arme sur Mando. Plusieurs de ses sbires font de même.

Baby Yoda, assis dans son berceau stationnaire, appuie rapidement sur le bouton pour fermer le couvercle. Il sait que les choses sont sur le point de se compliquer. C’est adorable.

Les choses se compliquent. Koresh dit à Mando que s’il lui donne l’armure, il le laissera sortir vivant. Mando lui dit que s’il lui donne les informations qu’il veut, il ne tuera pas Koresh. «Je pensais que tu n’étais pas un joueur de jeu», répond Koresh. «Je ne suis pas», dit Mando, et tire ses «oiseaux sifflants». Les premiers crétins sont en panne, mais d’autres – le Gamorréen survivant, le portier Twi’lek et un autre combattant – se précipitent. Koresh, quant à lui, se précipite.

Naturellement, Mando travaille rapidement sur ses adversaires et rattrape les cyclopes dans lesquels il s’accroche avec son grappin et se bloque à l’envers à un lampadaire. Koresh plaide pour sa vie et Mando promet que «vous ne mourrez pas de ma main». Alors Koresh lui dit qu’il y a un Mandalorien sur Tatooine. Mando dit qu’il a passé beaucoup de temps là-bas et n’a jamais vu un de ses gens sur la planète, mais Koresh insiste.

Puis Mando s’éloigne, laissant Koresh pendu. Il projette la lumière en jetant Koresh dans les ténèbres. De redoutables créatures aux yeux rouges, auparavant tenues à l’écart par la lumière, se déplacent rapidement en grognant. Koresh hurle son dernier.

Le mandalorien

De là, nous nous retrouvons sur Tatooine. Mando atterrit à Mos Eisley où il se réunit brièvement avec Peli Motto (Amy Sedaris) qui dit à ses droïdes mécaniciens de faire chier jusqu’à ce que Mando dise que tout va bien, ils peuvent travailler sur son navire. « Oh, alors tu aimes les droïdes maintenant? » dit-elle. Et c’est vrai. Depuis que IG-11 a gagné l’affection et le respect de Mando lors de la finale de la saison 1, avant sa disparition tragique.

Peli Motto aide Mando à trouver la ville qu’il recherche: Mos Pelgo. Ce n’est pas sur les cartes et a apparemment été anéanti par des bandits.

Ce n’est pas le cas, ou du moins pas tout à fait. Nous apprenons que Mos Pelgo a un passé riche. Il a été attaqué par Sand People (Tusken Raiders) et a été, à un moment donné, repris par le Mining Collective, ses citoyens réduits en esclavage jusqu’à ce qu’ils soient sauvés par Cobb Vanth.

Vanth est le personnage titulaire de l’épisode: The Marshal. Quand nous le voyons pour la première fois, il porte l’ancienne armure de Boba Fett:

Le mandalorien

Il y a un moment où vous pensez: «Putain de merde, c’est Boba Fett», mais vous êtes désabusé de cette notion assez rapidement. Il est clairement habillé différemment de ce que Fett n’a jamais été, d’une part. Mais c’était la voix qui était le cadeau mort. J’ai tout de suite su que c’était Timothy Olyphant.

Auraient-ils pu choisir un meilleur maréchal dans ce rôle? Je ne pense pas. Olyphant a joué le maréchal américain Raylan Givens dans l’excellente émission Justified (que vous devriez regarder si vous ne l’avez pas encore). Il a également joué Seth Bullock dans Deadwood de HBO. Il est shérif dans cette émission, mais Bullock était maréchal au Montana avant de déménager à Deadwood.

Autant dire qu’Olyphant a joué quelques maréchaux. C’est amusant de le voir dans ce rôle, surtout compte tenu de la façon dont Wild West The Mandalorian va. Cela a toujours été un western, mais cet épisode prend un cran ou dix.

Mando rencontre le maréchal vêtu d’un équipement mandalorien complet. Mais quand il s’assoit, le maréchal enlève son casque et vous pouvez (en quelque sorte) voir le registre de choc sur le «visage» de Mando. Le choc se transforme assez rapidement en colère. Il dit à Vanth de lui donner l’armure ou autre. Une personne normale peut avoir peur à ce stade, mais Vanth est tout sauf. Il ne bronche pas.

«Oh on fait ça?» dit-il, sa main allant à sa hanche où son blaster est dans l’étui.

Le mandalorien

C’est alors qu’il souligne The Child. Le petit gars traîne près de ce crachoir, juste en train d’explorer. «On va faire ça devant l’enfant?» il demande.

«Il voit pire», répond Mando. Ils sont tous les deux cool comme des concombres, mais si ça se résumait à ça, Vanth serait un toast.

Heureusement, l’impasse est évitée lorsque le sol commence à trembler. Vanth se dirige vers l’extérieur et Mando le suit.

Quelque chose arrive. Quelque chose de gros. Il gronde à travers la ville, poussant à travers le sable juste sous la surface. La petite ville tremble. Les choses tombent. Ensuite, nous voyons un bantha solitaire se détendre près de la périphérie de la ville et nous savons que le pauvre laineux n’est pas long pour ce monde.

Quelques instants plus tard, une énorme créature émerge du sable, ses énormes mâchoires s’ouvrent et avale le bantha en entier. La bête est si vaste qu’elle peut avaler un bantha entier – et les banthas ne sont en aucun cas petits.

Cette nouvelle menace, apprenons-nous, est un dragon Krayt. Cela terrorise Mos Pelgo depuis aussi longtemps que l’on s’en souvienne. Vanth a une idée.

Il dit à Mando qu’il a pu protéger sa ville et son peuple avec l’aide de l’armure, mais il ne peut pas éliminer le dragon. Si Mando l’aidera à tuer la bête, il remettra volontiers son armure sans se battre. Tout le monde y gagne. Naturellement, Mando est d’accord.

Le mandalorien

Ce qui suit est une aventure passionnante et de loin la créature CGI la plus magnifique de l’histoire de Star Wars .

Mando et Vanth se dirigent vers son repaire – une fosse de Sarlacc abandonnée. «Les fosses Sarlacc ne sont jamais abandonnées», dit Mando. Il s’avère que le dragon Krayt a tué le Sarlacc et a pris sa fosse. Putain de merde.

Sur le chemin du repaire, ils rencontrent des Tusken Raiders et leurs étranges chiens. Ceux-ci sont en fait appelés Massifs, et ils semblent vraiment menaçants au début jusqu’à ce que Mando commence à leur parler dans un langage guttural étrange. Ils se réchauffent aussitôt et on vient se faire gratter la tête. Féroce à mignon en cinq secondes.

Vanth est évidemment confus, mais la confusion se transforme en hostilité lorsque le peuple des sables émerge. Mando, nous découvrons, parle couramment Tusken, et il apaise les tensions et dit à Vanth que les Tuskens veulent que le dragon Krayt soit également mort et sont prêts à aider. Le maréchal n’est pas ravi de l’idée, mais se rend compte qu’ils vont avoir besoin de toute l’aide possible.

Ils campent avec les gens du sable cette nuit-là et Vanth et l’un de leurs hôtes en viennent presque aux coups quand il ne boit pas leur étrange jus de spores. Mando arrête le combat et leur dit à tous de se comporter.

Le mandalorien

Il s’avère que même entre eux et les Tusken Raiders, ils n’ont toujours pas assez de puissance de feu pour affronter le dragon Krayt. C’est tout simplement trop massif. Ils vont avoir besoin d’aide, et Mando offre les services des citoyens de Mos Pelgo.

Vanth dit qu’ils n’aimeront pas ça mais accepte d’essayer de les convaincre. Alors ils retournent à Mos Pelgo et font exactement cela. Les citadins n’en sont pas contents, mais tout le monde se rend compte que c’est nécessaire. Le Dragon Krayt pouvait avaler toute sa ville pour le petit déjeuner. Ils ont de la chance d’être encore en vie. De plus, c’est une chance de faire la paix avec les Tusken Raiders.

Les tensions sont fortes lorsque les gens des sables se présentent et commencent à aider à charger des explosifs sur leurs banthas. Quand on laisse tomber accidentellement une bombe explosive, l’un des hommes de Mos Pelgo se met à lui crier dessus. Cette fois, c’est Vanth qui intervient pour maintenir la paix. «C’était un accident», lui dit-il.

Ils retournent au repaire du dragon et le font sortir de la fosse. Ils ont tout un ensemble. Balistes géantes qui ont du sens pour ce type de dragon au sol. Pas comme les balistes stupides et ridicules de la dernière saison de Game Of Thrones qui pourraient éliminer des dragons volants avec une précision surprenante. Mon Dieu, rien que d’y penser me donne envie de frapper quelque chose.

En outre, le dragon Krayt est juste bien plus cool que les dragons dans Game of Thrones. Cela ne se fera certainement pas sans combat.

Le plan est de l’amadouer suffisamment loin de son repaire pour déclencher un tas d’explosifs qu’ils ont enterrés dans le sol. Le ventre est le seul point assez faible pour faire de réels dégâts, disent les gens du sable à Mando. Il s’avère que même une énorme explosion de ventre ne fait pas l’affaire.

Le mandalorien

Le dragon Krayt ne crache pas de feu, mais il pulvérise un acide mortel de sa bouche gargantuesque. Alors que le peuple des sables et les citoyens se moquent de la bête pour la faire sortir de son repaire en utilisant l’ordonnance dont ils disposent – blasters, grenades, etc. – elle commence à pulvériser, éliminant ainsi un groupe de combattants. Lorsque l’explosion se déclenche, le monstre disparaît sous terre, mais il n’est pas mort. Loin de là.

Quelques instants plus tard, il émerge au sommet de la montagne au-dessus de son repaire, rugissant et pulvérisant de l’acide sur ses ennemis. Mando et Vanth jetpack pour voir de plus près. Mais tirer sur la créature avec des blasters ne fait que l’ennuyer, et ils se retirent juste à temps pour éviter d’être avalés en entier.

Rien ne fonctionne et tout semble perdu. Mais Mando propose un plan. Il doit faire manger le dragon Krayt et un bantha chargé d’explosifs. Une fois avalée, la créature disparaît sous terre. Quand il réapparaît, Mando choque la créature (avec ce qui ressemble presque à la foudre Sith) et vole hors de sa bouche en arrière. Il vise son blaster et tire les explosifs sur le bantha.

Le dragon Krayt est tué et il y a beaucoup de joie. Dans leur accord avec Mos Pelgo, les Tuskens revendiquèrent le dragon Krayt et son ichor. Cela inclut le Krayt Dragon Pearl – une pierre massive qui ressemble à une vraie (et vraiment grosse) perle. Apparemment, ils jouent un rôle dans l’estomac du dragon Krayt pour les aider à digérer les aliments. Ils valent une petite fortune.

Mando prend une partie de la viande de la bête et dit ses adieux. Vanth lui dit qu’il espère que leurs chemins se croiseront à nouveau un jour. J’espère aussi.

La scène finale est la «grande révélation». Nous voyons une sorte d’ermite chauve debout dans le désert en train de regarder Mando s’éloigner. Il s’agit de Temuera Morrison, l’acteur qui a joué Jango Fett dans les films préquels. Il est crédité comme Boba Fett dans The Mandalorian (du moins selon IMDB), ce qui signifierait que Fett a survécu à la fosse de Sarlacc et vit en secret depuis. Il a abandonné son acier Beskar et sa vie de mandalorien avec lui. Il y a du mystère là-dedans et je suis sûr que nous en apprendrons plus au fur et à mesure que la série se déroulera.

Le mandalorien

Verdict

J’ai adoré cet épisode. Là encore, je suis fan de la façon dont cette émission combine la narration procédurale et la narration en série. Cela me rappelle un peu The X-Files . Certains épisodes sont des aventures uniques de style «monstre de la semaine» où Mando et Baby Yoda aident un village ou un criminel ou pourchassent quelqu’un. D’autres suivent l’intrigue plus large, avec Moff Gideon et sa recherche de l’enfant.

Beaucoup de gens s’attendaient probablement à ce que la première de la saison 2 (écrite et réalisée par Jon Favreau) appartienne davantage à ce dernier, mais c’était plutôt le premier. Nous n’avons rien appris de nouveau sur Moff Gideon ou sur la grande image, et avons passé tout notre temps sur Tatooine à tuer des dragons à la place. Je n’ai rien à redire. Le caractère d’Olyphant était génial. Dur, charmant avec une trame de fond intéressante (son personnage était déjà établi dans l’univers de Star Wars et le spectacle s’en tient pour la plupart à la même histoire).

Le dragon Krayt était tout simplement magnifique. Les effets spéciaux exposés ici rivalisent avec tout ce qui se trouve dans les films. En effet, je dirais que tout, du CGI aux effets pratiques en passant par les rivaux costumés, tout ce que nous avons vu dans les films.

«  The Marshal  » parvient également à marcher assez bien entre le nouveau et la nostalgie, mélangeant de nouvelles idées avec des rappels vers le passé. Clairement, se diriger (encore une fois) vers Tatooine va être nostalgique, mais on va à Mos Pelgo au lieu de Mos Eisley pour l’essentiel de l’histoire. Nous rencontrons Sand People d’une toute nouvelle manière, en tant qu’alliés au lieu d’ennemis (ou victimes d’un emo Jedi déchaîné). Le dragon Krayt était complètement inattendu et génial et tout l’épisode du début à la fin était excitant, drôle et amusant. Quand Baby Yoda sort de sa cachette dans le crachoir, j’ai éclaté de rire. C’était vraiment long pour ce spectacle, avec 54 minutes (avec crédits) mais cela n’a jamais traîné, avec un excellent mélange d’action et de construction de personnage.

J’ai hâte d’en savoir plus sur Moff Gideon et le Darksaber et tout ça, mais je ne suis pas pressé. Avec The Mandalorian, comme avec la vie, c’est plus le voyage que la destination.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s