Chroniques des années noires – 15 Octobre 2020 de Kim Stanley Robinson

Quelle aurait été l’histoire du monde si l’Europe chrétienne avait disparu au Moyen Âge, ravagée par la peste ? Le Moyen-Orient et la Chine seraient devenus les civilisations dominantes, découvrant l’Amérique, inventant le chemin de fer et l’atome, se faisant la guerre…

Achat :https://amzn.to/32n0HdN

Chronique : Celui-ci va droit dans la catégorie des grande fiction de maitre ; c’est une SF épique d’une nature et d’une portée très sérieuse.

Elle va bien au-delà du sous-genre « normal » des histoires alternatives pour nous plonger dans une vaste et très impressionnante exploration de la Chine et de l’Inde qui dominent complètement la culture et l’espace du monde entier sous la légère altération : que la plus grande partie du monde caucasien s’est éteinte dans la peste noire.

C’est vraiment magnifique et ça coule vraiment bien. Attendez-vous à de nombreuses petites nouvelles qui nous donneront des bribes de temps de la peste et la feront progresser jusqu’à ce que nous ayons un monde entièrement technologique. Le christianisme est une note de bas de page. Les musulmans sont dominants, tout comme les bouddhistes, mais ce qui m’a vraiment fasciné, c’est la poésie, l’histoire des sciences et les différentes terminologies, les similitudes étranges avec notre propre histoire, notamment les pressions démographiques, les divers engins de guerre et une guerre mondiale, le droit de vote des femmes, le développement de la médecine, et bien d’autres choses encore.

Mais ce qui fonctionne le mieux pour moi, c’est un fil de réincarnation vraiment brillant. Comme pour relier tous les romans entre eux dans un ouvrage savant ultérieur qui réconcilie quelques grandes âmes d’incarnation en incarnation à travers l’histoire. Nous avons la vie de ces personnages dans l’ensemble du roman, et c’est vraiment magnifique. Une SF bouddhiste qui non seulement se concentre sur l’auto-référence et la cohérence, mais qui le fait d’une manière très détaillée et académique qui est presque trop belle pour être énoncée.

Brillant ne rend pas vraiment justice au travail.

Je ne vais pas dire qu’elle n’est pas légèrement surchargée par les éléments scientifiques comme si elle n’était qu’un véhicule pour des découvertes fondamentales particulièrement juteuses, mais j’aime aussi ce genre de choses. Cela ne me dérange pas. Cela a cependant rendu le texte un peu trop volumineux 🙂

Cela m’a rappelé très favorablement d’autres tomes épiques de science-fiction comme Le bateau d’un million d’années de Poul Anderson. Nous avons tout notre temps pour travailler et l’exploration des idées est à couper le souffle.

Je sais donc maintenant que Robinson est non seulement un grand conteur, un bon écrivain, mais aussi, de mon point de vue, un homme bon. C’est bien, je pense. Je vais certainement lire d’autres livres de lui.

Note : 9,5/10

Poche : 1024 pages ISBN-13 : 978-2266147590 Dimensions du produit : 11.1 x 4.3 x 17.8 cm Éditeur : Pocket

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s