‘The Mandalorian’ Saison 2, Épisode 1 Récapitulatif et Analyse: The Passenger

Le dernier épisode de « The Mandalorian » est aussi proche du genre d’horreur que « Star Wars » peut l’être, grâce à un monstre terrifiant impressionnant.

"Le Mandalorien"

Le deuxième épisode de la saison 2 de «The Mandalorian» est… très bien.

Ce n’est probablement pas ce que les fans de la série à méga budget de Disney «Star Wars» espèrent, mais pour tout le battage médiatique sans fin de la série, les taquineries et les possibilités illimitées permises par la riche histoire de la franchise, «The Passenger» est juste plus de la même.

Voici l’intrigue: Le Mandalorien est pris en embuscade dans un désert par des méchants qui veulent prendre The Child, alias Baby Yoda (dans les magasins maintenant!). Ensuite, il y a un voyage dans la Mos Eisley Cantina, où Mando reçoit une autre mission qui pourrait l’aider à réunir Baby Yoda avec l’espèce de la créature. Baby Yoda fait des gesticulations adaptées aux médias sociaux, il y a une scène de poursuite avec les pilotes de New Republic, et le Mandalorien écrase son navire sur une planète de glace et est obligé de repousser le méchant de la semaine.

Alors que « The Mandalorian » a régurgité beaucoup de battements d’histoire dans les épisodes précédents, ce résumé de « The Passenger » peut sembler particulièrement familier. L’épisode montre une ressemblance frappante avec le deuxième épisode de la première saison de la série , qui a commencé avec The Mandalorian repoussant les méchants dans un désert qui veulent emmener Baby Yoda, suivi du Mandalorian incapable de faire fonctionner son navire, suivi du Mandalorian combattre un gros monstre spatial. Comme pour la première de la saison passablement divertissante de la semaine dernière, la durée d’exécution prolongée de 37 minutes de «The Passenger» ne fait que souligner à quel point il se passe peu de choses dans l’épisode, même par rapport aux épisodes épisodiques de la saison 1. Contrairement au deuxième épisode de la première saison, il n’y a pas de soulagement de la bande dessinée Jawa, Nick Nolte n’est pas là pour répéter un slogan amusant, et le mandalorien ne fait pas beaucoup de liens significatifs avec Baby Yoda.

Avec peu d’avancement dans l’intrigue, le développement du personnage ou un jeu d’acteur convaincant, le succès de «The Mandalorian» dépend de ses scènes d’action et de ses décors. « The Passenger » revendique les deux, et bien que ce ne soit pas suffisant pour compenser le manque des éléments susmentionnés, il est difficile de nier les forces de la série. Le mât de tente Disney + affiche toujours des valeurs de production époustouflantes, et le méchant de la semaine de l’épisode 2 est incroyablement effrayant. Le Mandalorien, Baby Yoda et la mère extraterrestre qu’ils transportent tout au long de l’épisode tombent dans une grotte gelée à l’apogée de l’épisode, qui s’avère être le lieu de nidification d’un Krykna – une très grande araignée de glace, en termes simples. Une séquence de poursuite déchirante s’ensuit et l’action est probablement aussi proche du genre de l’horreur que la franchise «Star Wars» est jamais arrivée. Les enfants qui sont juste là pour Baby Yoda et les arachnophobes doivent être avertis: les Krykna sont légitimement des bêtes terrifiantes.

Even the diminutive Baby Yoda knows that crash on a frozen planet is good.

« The Passenger » est l’un des meilleurs films de la série Villain of the Week, mais cela est particulièrement dû à l’approche centrée sur l’horreur de l’épisode, qui a été relativement inexplorée dans diverses histoires de « Star Wars ». Mis à part le Krykna, il n’y a pas grand chose à différencier de l’épisode de ses prédécesseurs, et «The Passenger» présente toujours les mêmes problèmes qui ont entravé la série depuis sa première. Le dialogue est soit une exposition guindée sur la mission des protagonistes, soit des plaisanteries restantes qui ne feraient pas la coupe dans l’univers cinématographique Marvel, et il n’y a rien qui remettra en question les idées préconçues des téléspectateurs sur l’univers de «Star Wars» ou poussera autrement la franchise dans une nouvelle direction convaincante. C’est épisodique, ce qui n’est pas intrinsèquement mauvais, mais le matériel de semaine en semaine doit être plus engageant pour justifier ces nombreuses quêtes ponctuelles. L’action est indéniablement forte, mais il est difficile de rester investi dans les combats alors que tout le reste de la série est aussi découragé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s