Des ailes d’argent: La vengeance d’une femme est douce et impitoyable de Camilla Läckberg

Faye mène la belle vie à l’étranger. Sa société Revenge est plus florissante que jamais et son ex-mari infidèle se trouve derrière les barreaux. Mais juste au moment où Faye pense que tout est rentré dans l’ordre, sa petite bulle de bonheur est de nouveau menacée.

Achat : https://amzn.to/3peYECe

Chronique : Camilla Lackberg agace et assomme même ses fans les plus endurcis avec une histoire de vengeance féminine et un monde dénué de toute morale.

Avec sa « Cage d’or » et ses « Ailes d’argent », Camilla Lackberg a tiré ses lecteurs presque de force hors de sa zone de confort de lecture. Elle a créé un monde sale et dégoûtant d’extraterrestres, dépourvu de toute morale, ce qui est difficile à imaginer. De plus, elle a donné vie à une héroïne qui ne peut être aimée et à laquelle personne ne peut s’identifier. Cette femme pourrait partager sa vie tordue avec une centaine d’autres vies malheureuses et maltraitées. Les Suédois – et Camilla Lackberg est suédoise, donc elle le sait mieux que quiconque – aiment envelopper leur saleté dans des rideaux blancs et propres et se cacher derrière une façade de fleurs colorées et de lumières lumineuses. Et Lackberg ? Elle a brutalement mutilé et défiguré ce monde des apparences. La série sur Faye met en scène des mensonges, des trahisons, des faux, des meurtres, des violences de toutes sortes et des scènes graphiques de films pour adultes uniquement. Il n’y a rien de beau là-dedans.

L’histoire de Faye est une telle moquerie littéraire. D’une part, c’est une histoire de vengeance féminine ultime et de sororité par-dessus tout. D’autre part, c’est l’éloge apparent d’un mensonge, de toutes les tromperies qui se cachent derrière de grandes sommes d’argent et des illusions tout aussi grandes selon lesquelles le monde est plus naïf qu’il ne l’est en réalité.

En arrivant à ce cycle, il est intéressant de supposer immédiatement qu’il s’agit d’un Lackberg complètement différent du Lackberg du cycle sur Fjallbacca. L’auteur a enlevé ses gants blancs et a raconté l’histoire comme elle le voulait, sans l’envelopper d’argent. La « Cage d’or » et les « Ailes d’argent » sont un peu comme les ténias de la série – fascinants et dramatiques, si l’on adopte leur convention exagérée dès le début. Devant le lecteur, il y a l’histoire d’une vengeance fantaisiste et compliquée. C’est aussi une histoire sur toutes les violences possibles et dégoûtantes. Sans se presser, presque moralement, jetant toutes les quelques pages de pétrole dans le feu de l’action.

Et il n’y a rien à prétendre – cela ne plaira pas à tout le monde. Je regarde avec raison la réception négative de ces romans, car un tel épisode du roman de Camilla Lackberg peut certainement surprendre. Je soupçonne que même les fans les plus convaincus se sont sentis battus. Cependant, je vous recommande d’aborder cette série avec un esprit ouvert, de vous immerger dans l’histoire et de voir quelle fin l’auteur du roman prépare pour son héroïne.

Note : 9,5/10

Broché : 305 pages Éditeur : Actes Sud (4 novembre 2020)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s