L’Amour, la Mort – 28 janvier 2021 de Dan SIMMONS

Entre vieilles légendes sioux, bas-fonds de Bangkok, futur dystopique et passé recomposé, Éros et Thanatos dansent ensemble pour mieux révéler les fêlures humaines.

Achat : https://amzn.to/2LhV633

Chronique : Un recueil de cinq nouvelles, dont deux sont, à mon avis, brillantes et les autres sont bonnes mais pas aussi remarquables que « Coucher avec des femmes dentues » et « Le grand amant ». J’ai donc apprécié ce recueil, surtout maintenant que j’ai lu quelques livres de Dan Simmons et que je commence à voir que ses obsessions pour certains thèmes, comme la guerre, les Amérindiens et la passion spirituelle, sont tout simplement les plus visibles. Du point de vue des Lakotas, il s’agit d’une histoire de type « quête de vision » très semblable au ton du film Dreamkeepers de 2003. J’ai été assez impressionné par l’histoire, mais Dan Simmons a fait un travail tout aussi remarquable avec une histoire autochtone dans son livre Black Hills, ainsi qu’avec son traitement des tribus du nord du Canada. Je décrirais son approche comme une pomme inversée, (Apple) un terme utilisé de façon péjorative pour les indigènes qui sont plus blancs (à l’intérieur) que leur peau ne l’indique, eh bien Dan Simmons est le contraire de cela : c’est un Indien qui vit à l’intérieur d’un homme blanc. D’accord, c’était une comparaison boiteuse, mais c’est le mieux que je puisse faire, à moins que vous ne pensiez à quelque chose de blanc à l’extérieur mais de rouge à l’intérieur. Quoi qu’il en soit, passons à la dernière histoire « le grand amant », sur la Première Guerre mondiale et le poète anglais Edward Rooke et son expérience de la bataille de la Somme. J’ai lu un certain nombre de bons écrivains qui ont fait de merveilleuses histoires, certaines basées en partie sur leur expérience de la guerre. Norman Mailer ou Harry Harrison mais aussi Dan Simmons, un vétéran du Vietnam comme Harry Harrison, et il a écrit un récit descriptif puissant de la guerre des tranchées dans la nouvelle la meilleure chose que j’ai lue sur la grande guerre, comme il s’appelait, bien que je ne puisse pas dire que j’ai lu beaucoup de récits de cette guerre, c’était quand même une très bonne histoire dans l’ensemble ; quelques histoires agréables et intéressantes veulent également mentionner ici le futur proche ; l’histoire de science-fiction « Flashback » était plutôt plus précise dans la description de la réalité d’aujourd’hui en 2021 (rappelez-vous que cela a été publié en 1992) que beaucoup d’efforts plus connus comme le Nécromancien de William Gibson, de toute façon « Flashback » était un bon effort ; il décrit en quelque sorte l’ajout de téléphones portables écrit en retour avant que nous soyons dépendants de nos téléphones portables.

Note : 9,5/10

Éditeur : Pocket (28 janvier 2021) Langue : Français Poche : 512 pages ISBN-10 : 2266298062 ISBN-13 : 978-2266298063

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s