Dernière nuit à Everland – 11 février 2021 de Sophie Cameron

Brody, 15 ans, vit une période difficile, entre l’argent qui manque dans sa famille et l’homophobie qu’il subit… Tout change lorsqu’il rencontre Nico, un garçon flamboyant qui assume son homosexualité et le rend fort.

Achat : https://amzn.to/3dHEpKf

Chronique : Je me suis assis pour écrire cette critique de Dernière nuit à Everland, mais j’ai ensuite réalisé que je n’avais pas de mots à offrir, seulement des larmes. Alors, je suis parti un peu, j’ai réfléchi, je suis revenu et je… n’ai toujours pas de mots, seulement des larmes. Mais on va quand même essayer d’écrire ça.

Dernière nuit à Everland est l’histoire de Brody Fair, un adolescent gay d’Édimbourg, l’enfant du milieu de trois ans, qui ne se sent pas à sa place dans le monde. Il est malmené à l’école, il a l’impression que personne ne s’en soucie à la maison, mais il rencontre Nico. Nico l’emmène à Everland, un endroit magique qui ouvre tous les jeudis à 23h21. Là, Brody se trouve une place pour lui, mais bientôt les choses commencent à mal tourner à Everland, et il doit prendre la décision d’y rester pour toujours ou d’y aller et de ne jamais revenir.

Ce que j’ai le plus aimé dans ce livre, ce sont les relations familiales. Il y a une relation familiale trouvée, oui, mais aussi la plus belle relation familiale biologique. Même lorsque Brody pense que personne ne s’occupe de lui, vous, en tant que lecteur, savez que sa famille le soutiendra quoi qu’il arrive. Je pense que ce que j’ai préféré dans tout cela, c’est la relation entre Brody et son frère Jake. C’était une angoisse parfaite et j’ai probablement pleuré plusieurs fois en lisant les scènes qu’ils ont vécues ensemble. En particulier le grand coeur à coeur à la fin.

J’ai aussi aimé le fait que la romance était en quelque sorte accessoire à cette relation familiale. L’intrigue n’était pas que Nico ait sauvé Brody ou vice versa, mais plutôt que la rencontre avec Nico et tout le monde à Everland a aidé Brody à se mettre à l’aise. Parce que la plus belle chose dans les livres LGBT, c’est que les personnages arrivent à être heureux et satisfaits d’eux-mêmes et à trouver leur place dans le monde, et cela ne me fera jamais oublier de pleurer.

Et même si la fin m’a rendu triste (quoique plein d’espoir ? D’une certaine manière), il n’y a rien que je n’ai pas aimé dans ce livre. Il était si doux et juste… guérison, je suppose que c’est le mot qui convient. Il y a juste ce côté brutal et authentique qui vient avec un auteur LGBT.

Note : 9,5/10

Éditeur : Nathan (11 février 2021) Langue : Français Broché : 384 pages ISBN-10 : 209257759X ISBN-13 : 978-2092577592

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s