Trois Voeux – 3 février 2021 de Liane Moriarty

Il y a Lyn, la soeur raisonnable, qui bataille pour trouver un équilibre entre sa vie de mère, de couple et sa vie professionnelle. Cat, dont tout le monde envie le prétendu mariage parfait. Et Gemma, qui change de job et de fiancé comme de chemise.

Achat : https://amzn.to/3qsz3W8

Chronique: C’est le premier roman de Moriarty, écrit en 2003 avec beaucoup de perspicacité, d’humour et d’empathie pour les parents (aujourd’hui séparés et en compétition) et leurs filles de plus de 30 ans qui ont les mêmes problèmes que leur mère et que de nombreuses jeunes femmes. C’est juste que les choses semblent amplifiées quand tout est triplé. Quand l’une d’entre elles est blessée, elles le sont toutes, du moins après que deux d’entre elles ont fini de gronder et de continuer à dire que la troisième (blessée) n’aurait pas dû faire ce qu’elle faisait à ce moment-là.

J’ai tort de dire des trentenaires quand ils fêtent leur 34e anniversaire, mais cela semble être le genre d’histoire à dire des trentenaires. Tous atteignent ce moment de leur vie où ils se demandent s’ils sont sur la bonne voie – ou n’importe quelle voie, d’ailleurs.

Les deux blondes sont magnifiques, l’une étant un numéro cool, perfectionniste, à l’emploi du temps serré et aux cheveux en place, l’autre semblant plus décontractée et moins anxieuse, « sembler » étant le mot clé. Quant à la rousse, Gemma, eh bien, elle est dans une classe à part et aime se vanter d’avoir un œuf entier pour elle, alors que ses sœurs n’en ont chacune qu’une moitié.

« Gemma était habillée, comme toujours, comme une dame de sac curieusement belle. Elle portait une robe à fleurs fanées et un étrange gilet troué qui n’était pas assorti à la robe et qui était trop grand pour elle. Ses cheveux rouge-doré luisants étaient partout, un enchevêtrement qui lui tombait sur les épaules. Pointes fourchues. Le chat a regardé un type à la porte se tourner pour la regarder. Beaucoup d’hommes n’ont pas remarqué Gemma, mais ceux qui l’ont fait l’ont vraiment fait. »

Ils sont en quelque sorte les gardiens les uns des autres et ils n’ont aucun secret les uns pour les autres. Elles savent comment sont leurs maris et leurs petits amis au lit et elles échangent toutes sortes de détails personnels. Du moins, c’est ce que chacune d’entre elles pense des deux autres. Nous apprenons différemment, progressivement.

Il y a des échanges de courriels très amusants où les trois correspondent régulièrement entre elles. Mais lorsque deux ont besoin de dire quelque chose en privé sur le troisième, on ne comprend jamais qu’il ne faut pas « répondre à tous », alors le troisième en reçoit aussi une copie – ce qui n’est pas conseillé ! J’ai adoré la dernière ligne d’un e-mail à un autre, parce qu’elle sonne si fraternellement.

Comme dans le très réussi Big Little Lies de Moriarty, il se passe beaucoup de choses derrière des portes closes, les secrets qu’ils se cachent les uns les autres vous donnent envie de lire un chapitre de plus.

Ses descriptions de la vie dans cette partie de Sydney sont précises et familières pour moi (j’y ai aussi élevé des petits enfants), et les relations entre tous les membres de la famille sont parfaites.

Elle a quatre soeurs et un frère, il n’est donc pas étonnant qu’elle saisisse si bien les subtilités et les oscillations amour-frustration-dévotion-exaspération, que ce soit entre les frères et soeurs ou les couples, ou les générations. La maladresse entre les membres d’une famille proche qui rencontrent un nouveau petit ami est une chose à laquelle cette famille doit faire face – du bon temps, surtout quand Nana est sur place. Elle n’a rien de timide.

Je dois ajouter ce passage, qui montre comment ils pensent (schéma ?). Il s’agit d’un rendez-vous à venir avec un nouveau type.

« Maintenant, enroulant une serviette autour d’elle, la bouche mentholée par Listerine (ce soir, c’était sans aucun doute le moment du premier baiser), elle est allée dans sa chambre, goutte à goutte, dans le couloir, pour choisir ses sous-vêtements les moins sexy et les moins assortis afin de ne pas être tentée de coucher avec lui trop tôt ».

Bien sûr, tout n’est pas rose et tout n’est pas gaiement parfait dans les différents foyers. Il y a des sous-entendus sombres, mais pas les éléments criminels et sombres de Big Little Lies.

Je l’ai apprécié et je le recommande à tous ceux qui aiment les histoires rapides et amusantes à lire, mais qui ont plus à offrir que « juste pour les gonzesses ».

Note : 9,5/10

Éditeur : Albin Michel (3 février 2021) Langue : Français Broché : 400 pages ISBN-10 : 222644095X ISBN-13 : 978-2226440952

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s