Buffy contre les vampires saison 8 tome 1. Joyeuses retrouvailles

Buffy n’a pas dit son dernier mot

La série Buffy the vampire slayer de Joss Whedon reste l’un de mes meilleurs souvenirs télévisuel d’adolescence. La série était fun, bien écrite, et même si les premières saisons accusent leurs âges, surtout aux niveaux effets spéciaux et maquillages, les thèmes qui y sont abordés restent toujours d’actualités. Les trois dernières saisons sont les plus mâtures, de véritables bijoux d’écritures qui donnent l’occasion de voir le passage de l’adolescence à l’âge adulte à travers ce personnage iconique qu’est Buffy.

Au terme de sept saisons il a fallu dire adieu à cette série qui a su parler de féminisme sans jamais dire le mot. Des adieux émouvants mais aussi renforcé par la fierté d’avoir assisté au départ glorieux de la série avant la saison de trop. Joss Whedon a livré au public une œuvre drôle, pleine de sous texte et à l’écriture brillante. Aussi je fus un peu surpris lorsque j’appris que la série allait se poursuivre sous forme de comics en 2007 et je décider de passer à côté de cette déclinaison de la série (bon le manque de ressources financières à peu aidé dans ce choix aussi il faut l’avouer). J’aimais la conclusion de la série et je ne voyais pas vraiment l’intérêt de poursuivre les aventures de la tueuse de vampires.

L’éditeur Panini s’étend décider à rééditer cette fameuse saison 8, dans un format sofcover qui ne rend pas hommage aux matériaux d’origine mais ceci est un autre problème, j’ai mis de côté mon snobisme et j’ai replongé dans l’univers de Buffy en espérant retrouver l’écriture fine et la caractérisation précise des personnages.

Pas le temps de niaiser, il y a du démon à terrasser

Et sur ce point je n’ai pas été déçu. L’écriture est toujours aussi jouissive. Il faut reconnaître qu’avec le créateur de la série au scénario cela aide. Joss Whedon connaît ses personnages sur le bout des doigts, il sait comment mettre en avant leurs émotions, comment les faire parler et avec quel vocabulaire. J’ai eu l’impression de retrouver de vieux amis, comme si je ne les avais jamais vraiment quittés. Buffy et son fameux Scooby gang forment une véritable famille, complice, aimante et drôle. Les vannes qu’ils se lancent à tour de bras sont autant de déclarations d’amour que l’auteur lance à son public resté fidèle à la série. Durant quelques épisodes où c’est la turbulente Faith qui vole la vedette à Buffy c’est l’excellent scénariste Brian K. Vaughan qui prend la relève, sans démériter au créateur de la série.

La déclinaison en comics est aussi pour l’auteur de prendre son indépendance par rapport au budget limité de la série. Finis les démons anthropomorphes aux maquillages hasardeux et habillés comme des humains. Whedon laisse libre cours à son imagination. La magie est omniprésente et n’est plus limitée par une question d’effets spéciaux en manque de fonds, Willow vole, il y a une armée de zombie, des éclairs dans tous les sens et la sulfureuse Faith à un droit à un combat superbement chorégraphié digne des meilleurs duels de la série.

Buffy et Faith, les sœurs ennemies

Dans l’ensemble l’intrigue est plaisante à suivre même si certaines choses m’ont gêné. Comme aux grandes heures de la série Whedon met en place des concepts un peu invraisemblables, même pour un univers où la magie et les démons pullulent. Ainsi le retour d’un ancien ennemi me semble particulièrement tiré par les cheveux tandis qu’un autre fait étalage d’une magie à toute épreuve un peu trop facilement. Whedon a également fait le choix de nous présenter le nouveau statu quo de la série sans préambule. On plonge immédiatement dans l’action, dès la première page, mais certains personnages ont vécu des bouleversements de taille, comme Dawn, tandis que d’autres ont vu leur relation développée hors-champ, comme cette chère Willow qui est mise en avant de manière détournée dans ce premier tome. J’ai même vérifié deux fois si j’avais bien en ma possession le premier épisode. Mais oui il s’agit bien du début de la saison 8 dans laquelle Whedon a fait le choix d’organiser les retrouvailles avec nos personnages favoris tout en distillant des éléments nouveaux au cours de ces onze premiers épisodes. Cela fonctionne la plupart du temps car l’auteur maîtrise sa narration. Le seul écueil selon moi est une révélation concernant l’organisation de Buffy qui tombe à plat durant le dernier épisode mais ne boudons pas notre plaisir de retrouver l’univers de Buffy, ce début de saison annonce le meilleur pour la suite.

Redoutable Willow, magnifique Willow

L’une de mes plus grandes craintes en apprenant la création de cette saison en comics fut la partie graphique. J’avais peur du côté figé que pouvait donner la représentation des visages des acteurs mais il n’en ait rien. Les visages sont fidèles à ceux des acteurs que l’on a suivis durant tant d’années tout en étant expressifs. George Jeanty signe la plupart des onze épisodes, l’artiste a besoin de quelques épisodes pour prendre ses aises avec la série mais son coup de crayon s’affine au fur et à mesure des épisodes. Avec l’arc consacré à Faith il signe les meilleurs épisodes. Je croise les doigts pour que la suite soit aussi convaincante au niveau graphique. Quant à Joe Chen qui illustre les couvertures de chaque épisode il a brillamment suivi les deux consignes qui lui ont été adressé « soit le plus réaliste et iconique possible”.

Faith rules !

Mon seul regret est de ne pas pouvoir enchaîner directement avec la suite de cette saison. Une intégrale aurait sans doute pu être envisagée plutôt que cette édition souple qui risque de ne pas supporter les affres du temps. Mis à part ce léger bémol et des éléments d’intrigues un peu en deçà de mes attentes, les retrouvailles avec l’une de mes héroïnes de jeunesse se sont plutôt bien passé. Une intrigue qui n’a pas fini de se dévoiler, des personnages bien écrits et des dessins convaincants font de cette huitième saison un plaisir de lecture.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s